Partagez | 
 

 Je n'ai jamais été aussi heureuse de te voir. [Judd]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Aliénor Dastan


∆ AVENTURES : 65

MessageSujet: Je n'ai jamais été aussi heureuse de te voir. [Judd]   Jeu 7 Mai - 19:49

Je n'ai jamais été aussi heureuse de te voir
Il était revenu aujourd'hui M. James Hopes ne se laissait définitivement pas jeté, il refusait mon refus et était déterminé à m'avoir à l'usure, sauf que de toute évidence j'étais plus têtue que lui et qu'il n'avait pas la même patience que moi. Il était donc là quelques heures après le lever du soleil, j'étais en train de faire marché un cheval quand il était entré dans la cours, pas de fleur cette fois, pas de cadeau et juste son regard froid. J'avais donné les rennes à un de mes employés et m'étais dirigé vers lui tentant de fixer un sourire avenant sur mon visage alors que déjà la terreur couvait au creux de mon estomac. M. Hopes que me vaut le plaisir de votre visite ? Un soucis avec votre cheval ? Il tendit le harnais du cheval sans dire un mot à mon assistant, ce dernier me jeta un regard pas très rassurer pour moi et je lui fit un signe de tête pour qu'il aille faire son travail, je ne risquais rien, enfin je l'espérais. Miss Daclan, allons discuté à l'intérieur, je meurs de soif. il me saisit alors par le bras, serrant surement plus qu'il ne le fallait et m'entrainant vers ma maison. A l'intérieur, je me dégageais rapidement et me dirigeais vers le coin cuisine. Je ne vois pas de quoi vous voudriez discuter M. Hopes, je vous ais donné ma réponse, je ne changerais pas d'avis. Je lui servis du cidre et m'approchais pour lui tendre quand soudain, il me saisit le poignet me faisant lâcher le verre et il me colla contre le mur, ma respiration soudain plus rapide j'étais pas loin de la panique. Son regard se fit plus froid encore alors que sa main caressa ma joue et que soudain ces lèvres foncèrent sur les miennes dans un baiser brutal et loin d'être agréable. Je réussis à me dégager. Je ne vous permet pas, sortez de chez moi. j'étais prête à en découdre, à me battre s'il le fallait même, heureusement, il se recula un peu en souriant. Vous finirez par me permettre Miss Dastan. J'avalais difficilement ma salive et c'est à cet instant qu'un bruit me fit tourner la tête.

Il était là dans l'entrée de la porte semblant chercher à comprendre ce qui se passait, un instant, je me demandais depuis quand il était là. Judd ! Ma voix n'avait rien de sure, on sentait un grand soulagement dans ce prénom. Je respirais profondément toujours coller au mur je n'osais pas bouger. M. Hopes s'en allait. Je ne le regardais pas, jamais il ne s'était montrer ainsi si physique et si proche. J'avais peur je devais bien l'avouer qu'à cet instant j'en menais pas large. Bien, mais je reviendrais bientôt terminer cette petite conversation. M. Bragolan Sur un signe de tête envers Judd il quitta la pièce en réclamant haut et fort son cheval. Je réussis alors à bouger, à retrouver mes marques bien que mes mains tremblent énormément, la même question n'arrêtais pas de tourner en boucle dans ma tête  que se serait-il passé si Judd n'était pas arrivé. Je lissais ma jupe puis allait ramasser le verre au sol. Tu es rentré depuis longtemps ? Je ne voulais pas expliquer qui était M. Hopes, bien sur il le connaissait, l'un des plus gros marchand de la région, mais je ne voulais pas lui expliquer que depuis des années maintenant il cherche à ce que je l'épouse et que je refusais chaque fois, le rendant un peu plus amère et violent à chacune de nos rencontres.


Dernière édition par Aliénor Dastan le Ven 8 Mai - 14:38, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Judd Bragolan


∆ AVENTURES : 83

MessageSujet: Re: Je n'ai jamais été aussi heureuse de te voir. [Judd]   Ven 8 Mai - 11:49


"Je n'ai jamais été aussi heureuse de te voir"
Aliénor et Judd


Il accusait le coup. Il avait pourtant penser avoir adopter le rythme et pourtant, quelques jours après son retour à Ruderoc il ressentait toujours cette horrible fatigue, cette lassitude qui semblait ne plus vouloir le quitter. Peut-être étais-ce les voyages. Aprecombe, n'était pas la porte à côté et faire les allers-retours était épuisant … ou alors étais-ce cet enchaînement de contrats. Il s'était absenter un bon moment cette fois et il avait du prétexter des retards à cause de routes bloquées, de mauvais temps et de voleurs lorsqu'Aliénor était venue aux nouvelles quelques heures à peine après son retour. Il s'étonnait d'ailleurs de la voir continuer à le fréquenter, il avait finalement bien changé ces derniers temps. Il était clair qu'il était loin du jeune Judd qu'elle avait connu et avec lequel elle avait passer autant de temps. Il avait penser que ses voyages, ses absences ainsi que son attitude finiraient par décourager la jeune femme, qu'un jour elle se serait simplement arrêter de venir lui rendre visite ; il s'était trompé lourdement. A chaque retour elle était là. Dés qu'elle apprenait la nouvelle, elle quittait son haras et ses chevaux pour passer par chez lui, avide d'entendre les récits de ses voyages a travers Hibéria. Et a chaque fois, il le faisait. Il inventait. Il lui mentait durant des heures entières, jusqu'à ce qu'elle finisse par rentrer chez elle en lui faisant promettre de passer bientôt, de ne pas partir sans la prévenir, sans lui dire au revoir, et comme pour soulager sa conscience de tous les mensonges avec lesquels il lui bourrait le crâne, il acceptait de le faire. En profitant même pour s'inviter chez elle à l'improviste parfois. Finalement, il était bien utile d'avoir une femme qui veillait sur lui. S'il savait se débrouiller, il y avait des choses pour lesquelles il était affreusement nul. La couture par exemple, et c'était d'ailleurs son prétexte du jour. Il avait commencer à faire ses affaires, avec l'idée en tête de repartir bientôt et c'est en rangeant quelques vêtements qu'il s'était rendu compte de cet entaille sur sa cape de voyage. Non pas que ce soit réellement voyant, ou dérangeant, mais il tenait à cette cape sombre qui lui était bien utile pour passer inaperçu.

Dans la matinée, il emballa alors négligemment la fameuse cape, avant de sortir de chez lui pour sceller son cheval. « T'en fais pas mon vieux. C'est pas la peine de râler on va pas si loin. » Pauvre bête. Elle lui était fidèle et pourtant, depuis quelques temps il sentait qu'il commençait à trop lui en demander. L'animal avait un peu de mal à assurer les longues distances, bien pour cette raison qu'il restait le plus longtemps possible à Ruderoc pour lui permettre de reprendre des forces entre chaque contrat. Il ne lui fallu pas longtemps, pour atteindre le haras. Il se dirigea directement vers la maison, dont la porte était d'ailleurs grande ouverte. Il posa un pied à l'intérieur pour surprendre une scène un peu étrange. Il connaissait bien l'homme qui se trouvait en compagnie d'Aliénor, c'était un gros client, ça l'avait toujours été. Pourtant, il lui sembla évident que le sujet de la conversation n'avait cette fois rien à voir avec une histoire de chevaux et la mine de la jeune femme trahissait une certaine panique passagère. La peur, il avait appris à la lire chez n'importe quel individu et il fallait dire qu'Aliénor n'était pas tellement douée pour dissimuler ce genre de sentiments, même s'il ne lui avait jamais rien dit à ce sujet. Hopes ne tarda pas à sortir, et Brag se contenta d'un salut de la tête tout en le suivant du regard quelques secondes, avant de reporter son attention que la jeune femme. « Je viens d'arriver. » se contenta t-il de dire. « J'étais passé voir si tu serais capable de me réparer ça... en fait. » continua t-il en s'avançant pour poser la cape sur la table le trou en évidence. « Je sais pas trop ce que j'ai fichu...fin. Voilà. T'es sûre que ça va ? » finit-il par demander, s’apercevant alors du léger désordre caractérisé par le verre renversé par terre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Aliénor Dastan


∆ AVENTURES : 65

MessageSujet: Re: Je n'ai jamais été aussi heureuse de te voir. [Judd]   Ven 8 Mai - 16:17

Je n'ai jamais été aussi heureuse de te voir
Il m'avait jeté ce regard noir juste avant de se tourner vers Judd, un regard que je voyais de plus en plus souvent depuis quelques mois. Il était têtu et ne supportait pas le moindre refus, hors voilà quatre ans maintenant que je le repoussais sans relâchement et d'une manière de plus en plus brusque avec le temps qui passait. Je restais complétement immobile appuyé contre le mur jusqu'à ce qu'il quitte la maison, Je respirais alors profondément, essayant de reprendre mes esprits et je devais lutter chaque instant pour m'essuyer les lèvres, j'avais encore l'impression de sentir ces lèvres sur les miennes essayant de se frayer un passage. Je frissonnais fortement alors que Judd qui heureusement n'avait rien vu de tout cela m'expliquait la raison de sa venue. Il avait besoin de mes talent de couturière, j'essayais de sourire alors que je récupérais le verre entre mes mains qui n'avaient toujours pas décidé d'arrêter de trembler. Je vais te le faire, tu veux boire quelque chose en attendant, du cidre peut être. Ma voix était trop aiguë, presque tremblante et surtout je n'étais pas comme d'habitude, j'avalais ma salive difficilement, généralement quand il venait me voir pour du raccommodage, je le taquinais et lui proposais de lui apprendre à coudre. Bien entendu, je ne voulais pas vraiment, car je savourais les moment où il venait me demander de l'aide, cela m'assurais alors quelques heures en sa compagnie.

Le trou n'était pas gros, j'aurais tôt fait de lui réparer sa cape, il devait l'avoir pris dans les branchages d'un arbre alors qu'il était sur les routes. Il n'avait pas fait de commentaire sur ce qu'il avait vu ou déduit, mais finalement, il finit par me demander si tout allait bien. Je le regardais pour la première fois dans les yeux depuis son arrivée ici. J'aurais pu tenté de lui mentir, mais avec lui j'étais toujours une piètre menteuse. Je n'arrivais pas à comprendre comment je pouvais être impitoyable en affaire, ne laissant rien deviné et être incapable de lui dire que tout allait bien alors que s'était totalement faux. Je m'éclaircis la gorge, posant le verre vide sur la table. Non, ça ne va pas terrible. J'effleurais la cape de la main, pour me donner une contenance, j'en avais parlé à Merinia quelques jours plus tôt, mais ce secret commençait à devenir dangereux, j'allais avoir besoin d'aide pour que cet homme m'oublie, enfin oublie l’appât du gain qu'un mariage avec moi pourrait lui apporter. Depuis quatre ans maintenant M. Hopes veut ... les mots ne voulaient pas sortir de ma bouche car alors il prendre une réalité. Il veut m'épouser pour obtenir le Haras. Car voilà la véritable raison, pas d'amour, pas d'attirance, juste la soif de devenir plus riche, car si je devenais sa femme alors tout mes titres de propriété lui appartiendrais et je n'aurais plus aucun droit sur mes terres. Je levais les yeux pour le regarder, je croisais les doigts pour qu'il ne soit pas ravis de l’opportunité, car une autre raison me faisait redouter monsieur Hopes. Et en ce moment il me fait peur. Devais-je lui dire qu'il attendait toujours que Judd soit sur les routes pour venir, qu'il s'arrangeait alors pour me menacer à demi-mot et aujourd'hui il tentait même de m'embrasser, de me toucher, un gros frisson me repris bien visible celui là.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Judd Bragolan


∆ AVENTURES : 83

MessageSujet: Re: Je n'ai jamais été aussi heureuse de te voir. [Judd]   Sam 9 Mai - 4:06


"Je n'ai jamais été aussi heureuse de te voir"
Aliénor et Judd


Ce n'était plus tellement dans ses habitudes à lui, de poser ce genre de questions. Est-ce que ça allait … c'était se préoccuper des autres et il avait apprit à ne plus le faire. Il tuait après tout, et pour bien le faire il avait besoin de mettre de côté beaucoup de choses. Il était inutile de réfléchir, de psychoter, de se demander quelle était la vie des gens qu'il tuait. Belle ? Moche ? Peu importe. Si leurs noms avaient été inscrits sur le tableau sombre, alors ils devaient mourir. Peu importe la raison, que ce soit stupide ou justifié...ce n'était à lui d'en juger. Il n'était que l’exécuteur. Seulement l’exécuteur. Pourtant, cette fois voilà qu'il prends le temps de s'inquiéter un peu...comme si les affaires des autres pouvaient l'intéresser. Mieux, au lieu de rester debout dans un coin, comme pressé de s'en aller comme d'habitude, il prend cette fois le temps de s'asseoir un peu à table, acceptant même le verre de cidre qu'elle lui propose d'un simple signe de la tête. Peu importe l'histoire, ça ne lui regarde pas vraiment...et puis connaissant Aliénor, il se doute qu'elle va simplement passer dessus rapidement ; mais pas cette fois. Non, cette fois la jeune femme semble avoir besoin de parler, de se confier et malheureusement pour lien Brag vient de lui offrir l'occasion de se confier à lui. Il se pinça alors les lèvres en l'entendant lui avouer que ça n'allait pas, mais il ne leva les yeux vers elle que lorsqu'elle se mit à évoquer Hopes et son désir de prendre sa main pour récupérer les terres des Dastan. Il n'avait jamais apprécier cet homme. Son regard, ses attitudes, il avait tout ce qu'il composait en horreur et il pouvait comprendre – une fois n'était pas coutume – qu'Aliénor se trouve effrayée par une telle « proposition » a plus forte raison quand l'homme semblait insister lourdement et visiblement plutôt brutalement pour qu'elle accepte. Il n'articula qu'un « Mh. » sonore. Que pouvait-il répondre d'autre ? Même si Hopes était loin d'être une personne attirante, il était riche et une partie de lui se disait qu'Aliénor pouvait trouver de l’intérêt à ce potentiel mariage si elle s'en donnait la peine. Mais la longue période qu'elle avait mentionner lui fit dire qu'elle avait probablement ses raisons à elle pour camper sa position et refuser. « Embauche des guerriers de la guilde. » proposa t-il alors qu'elle lui avouait sa crainte. « Ça coûtera quelques pièces d'or, mais si c'est pour ta protection...ou alors épouse quelqu'un d'autre.» Bon, c'était loin d'être des solutions réellement fiables. Lui aurait sûrement déjà fait égorger l'homme pour avoir la paix. D'ailleurs, il aurait pu le faire si elle avait souhaiter mettre un contrat sur sa tête...mais il se doutait que la jeune femme était bien trop honnête pour ne serais-ce que songer à la guilde des assassins. « Je suis jamais là. Ou presque … je peux pas tellement t'aider à l'éloigner. » D'autant qu'un coup de nerf de sa part aurait eu vite fait de coûter la vie de Hopes et qu'il valait mieux l'éviter. « Mais comme je vais rester un moment cette fois...s'il t’ennuie encore, tu peux toujours me prévenir. Je me ferais un plaisir de lui faire avaler ses bottes de cuir. »

_________________
It's like a dark paradise.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Aliénor Dastan


∆ AVENTURES : 65

MessageSujet: Re: Je n'ai jamais été aussi heureuse de te voir. [Judd]   Sam 9 Mai - 12:45

Je n'ai jamais été aussi heureuse de te voir
Je lui servais un grand verre de cidre avant de m'installer à table face à lui, j'étais toujours pas très bien après ce qui venait de se passer, pourtant, quand Judd était là, je me calmais plus rapidement. Il y avait quelque chose en lui qui m'aidait à m'apaiser, une chose qui n'existait pas avant son départ des années auparavant, il était revenu plus calme, avec une capacité à se faire oublier qui tenait de la magie et j'appréciais beaucoup ces traits de caractère. Je sortis mon nécessaire à couture et alors qu'il tentait de m'aider à repousser définitivement mon prétendant. J'y avais déjà pensé, malheureusement actuellement aucune de ces solutions étaient viable. Je n'ai pas les moyens pour me payer un guerrier, sinon je perdrais mes chevaux et puis si les guerriers m'aident alors ils risquent de me prendre pour une personne faible et ils ne feront plus affaire avec moi. Ils aiment les personnes fortes capable de se battre. Prenant sa cape entre les mains, je commençais à examiner la déchirure, trop net pour être causé par un arbre, je fronçais un instant les sourcils, avant de chercher le fil qui irait très bien pour se fondre dans la cape. Et pour ce qui est du mariage, on ne peux pas dire que j'ai un grand choix, alors à moins que tu sois volontaire pour m'épouser, je vais devoir faire avec. Oh seigneur j'avais osé dire ça, me rendant compte que je venais d’émettre l'idée qu'il pourrait vouloir m'épouser, je piquais un fard monumental et me mordis la lèvre inférieur brusquement. Désolée ... je n'aurais pas du dire ça. Je n'osais pas le regarder en face. Il m'avait aussi expliquer que le faite qu'il soit absent n'aidait pas vraiment, je soupirais.

Je posais lentement ma bobine de fil, je n'arrivais toujours pas à croire que j'avais proposer à Judd de m'épouser, j'étais folle, le choc du baiser de M. Hopes, le faite de tout raconter au jeune homme faisait que j'en avais trop dit. Il ne vient jamais quand tu es là, je ne sais pas comment il fait pour savoir quand tu quitte le coin et quand tu reviens, mais ces visites ne se passe qu'en ton absence et je t'interdis de lui faire avaler ces choses, je ne veux pas que tu ai d'ennuis. Je réussis même à sourire un peu à l'idée de voir M.Hopes les chaussures dans la bouche était très drôle. Me sentant plus légère et espérant que mon idée de mariage ne soit plus à son esprit, je commençais à raccommoder sa cape cherchant un moyen de changer de conversation, alors que je savais très bien qu'il n'était pas trop porté sur les discutions. Tu pense rester combien de temps ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Judd Bragolan


∆ AVENTURES : 83

MessageSujet: Re: Je n'ai jamais été aussi heureuse de te voir. [Judd]   Sam 9 Mai - 13:13


"Je n'ai jamais été aussi heureuse de te voir"
Aliénor et Judd


C'était une idée séduisante. Régler son compte, ou plutôt simplement faire peur à un riche de la région l'aurait sûrement beaucoup amuser...à une époque. Aujourd'hui, il lui semblait qu'il avait proposer ça plus sérieusement qu'il ne l'aurait souhaiter. Pas que l'idée de se débarrasser de ce cancrelat aux pattes chargées de bagues en or lui déplaisait au contraire, si c'était pour rendre service … malheureusement, tuer en dehors des contrats de la guilde n'était pas permis. C'était une règle importe et ne pas la respecter lui aurait facilement valu son renvoi, chose à laquelle il ne tenait pas réellement à être confronter. Faire partie de cette communauté lui était utile. Il laissa un soupire s'échapper, posant ses doigts sur le verre de cidre avant de finalement le porter à ses lèvres pour en boire une longue gorgée alors que ses yeux fixaient Aliénor, occupée à raccommoder sa cape de voyage. Non, elle n'avait pas les moyens de se payer un guerrier … d'ailleurs, il semblait qu'elle n'en avait pas envie. Elle semblait préférer se défendre seule, pour paraître forte aux yeux des gens. Comme si les gens avaient besoin qu'une femme soit forte. C'était à se demander où elle allait chercher de telles idées parfois...d'ailleurs, il lui aurait bien expliquer sa façon de penser si elle n'avait pas glisser ce petit bout de phrase à la fin de sa tirade. Sur le coup, il failli s'étrangler avec son cidre. Il avala difficilement le breuvage avant de reposer le verre sur la table, toussant légèrement alors s'excusait presque immédiatement. « Y'a pas de mal. Mais je doute d'être le meilleur parti de la région. Je ne suis qu'un marchand un peu trop absent de la maison. » Et il n'y avait pas que ça. Si elle avait su d'ailleurs, il doutait que l'idée de l'avoir lui pour mari lui aurait traverser l'esprit, il doutait d'ailleurs de la possibilité de la voir si calme qu'a présent en train de réparer l'un de ces outils de travail. « Épouses donc un guerrier. Tu feras d'une pierre deux coups. » A croire qu'il essayait par tous les moyens de lui trouver un mari autre que lui tout à coup. Il s’efforça donc de sourire un peu maladroitement, histoire de faire passer sa dernière remarque pour une plaisanterie avant de terminer son verre de cidre. Son regard vint alors se poser sur les doigts de la jeune femme, qui s'affairaient à recoudre la cape. Une entaille nette, une coupure plus qu'une déchirure, faite par une lame qui avait bien failli faire plus qu’abîmer cette cape d'ailleurs. Il espérait qu'elle ne remarque rien, les femmes étaient douées pour ce genre de chose étrangement. Il la fixa ainsi un moment, avant de relever la tête lorsque sa voix résonna de nouveau. « Je sais pas. » commença t-il par avouer. « Une semaine, deux peut-être. Plus, c'est possible aussi. Crindombre fatigue à force de voyages, je pense qu'il va falloir que je le laisse se reposer un peu avant de repartir. » Et puis, ce n'était pas si mal. Lui aussi avait besoin de repos, besoin de se retrouver avec lui même, besoin de reprendre quelques repères dans le pays de son enfance. Et puis il fallait dire qu'il pouvait largement se le permettre, il avait enchaîner les contrats et les récompenses avaient été fructueuses...le crime payait, c'était ainsi. « Les affaires ont été bonnes. Je peux largement prendre un peu de repos. » ajouta t-il alors.

_________________
It's like a dark paradise.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Aliénor Dastan


∆ AVENTURES : 65

MessageSujet: Re: Je n'ai jamais été aussi heureuse de te voir. [Judd]   Sam 9 Mai - 14:18

Je n'ai jamais été aussi heureuse de te voir
Heureusement, il ne se vexa pas, mais sa réponse bien qu'évidente me sera le cœur, s'était stupide pourtant, je savais qu'il ne me prendrais pas au sérieux, qu'il ne voudrait pas m'épouser, pourtant l'idée m'avait un instant plus énormément, l'idée qu'il revienne chaque soir auprès de moi, enfin quand il n'était pas en voyage, qu'il soit tout le temps près de moi, qu'il dorme avec ... non vraiment je ne devais pas partir dans ces idées là, mes joues étaient rouge et je dus toussoter pour m'éclairer la voix. Ne dit pas de bêtise, tu es un très bon partis et ... je suis sur que tu as des admiratrices. Je soufflais, mais dans quoi je me lançais, pourquoi je disais ce genre de chose, je le voulais pour moi, pas le lancer dans une chasse à de possible autres femmes. Sa proposition d'épouser un guerrier histoire d'avoir le beurre et l'argent du beurre me donna une bouffée de colère, je relevais les yeux vers lui. Si j'avais voulu épousé quelqu'un pour sa position, tu m’appellerais Mme Hopes à cet instant. Je frissonnais et sentis la bile me remonter à la gorge à l'idée qu'il pourrait alors me toucher et m'embrasser selon son bon vouloir. Je veux un homme qui m'aime pour moi et ce que je pourrais lui apporter et non pour mes terres. Bon se n'était pas le genre de conversation que l'on a avec un homme, mais Judd était un ami de longue date, il était celui qui me connaissait le mieux et ce que je venais d'expliquer était aussi la raison pour laquelle j'étais une vieille fille, car j'aimais bien un homme, mais lui semblait totalement aveugle.

Se n'était pas une grosse entaille dans sa cape, je m'en occupais rapidement sans même réellement me concentrée dessus, il faut dire que sa remarque sur son cheval m'inquiéta fortement, je m'étais occupé de cette bête depuis sa naissance, l'élevant durant des années avant de l'offrir à Judd pour l'aider dans son commerce, un cheval résistant et doux. J'étais attaché à chaque cheval et quand un guerrier revenait me voir pour racheté un cheval car le sien était tombé au combat, je sentais toujours la tristesse m'envahir. Tu vas me laisser Crindombre, je vais m'occuper de lui rendre la santé. Tu pourras choisir le cheval que tu veux en attendant. Se n'était pas une suggestion en faite, s'était un ordre, j'allais m'occuper de lui pour que Judd n'ai pas de mauvaise surprise lors de l'un de ces voyages. Je finis mon raccommodage et me levais lentement, j'étais heureuse qu'il pense resté si longtemps, 15 jours ou peut-être plus, s'était pour moi une bonne nouvelle, non seulement je ne verrais pas M.Hopes pendant un certain temps, mais en plus je pourrais le voir presque tout les jours. Je posais alors la cape sur ces épaules en souriant. On ne voit rien. Mes mains restèrent un peu trop longtemps sur ces épaules, il y avait cette distance entre nous depuis plusieurs années maintenant qui m'horripilait. Tu auras peut être le temps de m'accompagner à la pêche, ça fait un moment que l'on à pas fait ça ensemble. Depuis tout petit, s'était une activité que l'on faisait tout les deux passant une journée au bord de la rivière, pique-niquant  sous un arbre et ramenant notre pêche pour que ma mère cuisine les poissons que nous mangions pour le repas du soir tous ensemble.


Dernière édition par Aliénor Dastan le Sam 9 Mai - 14:44, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Judd Bragolan


∆ AVENTURES : 83

MessageSujet: Re: Je n'ai jamais été aussi heureuse de te voir. [Judd]   Sam 9 Mai - 14:43


"Je n'ai jamais été aussi heureuse de te voir"
Aliénor et Judd


Des admiratrices. Rien que le mot me fit sourire. Ce n'était pas le genre de choses auxquels je faisais attention...en réalité, ça pouvait paraître bien étrange pour une homme de mon âge mais les femmes ne m'intéressaient pas. C'était comme ça. Je ne ressentais ni le besoin, ni l'envie de partager ma vie avec quelqu'un et si comme elle le prétendait j'avais des « admiratrices » je me fis la réflexion que ces pauvres filles allaient attendre une vie ou deux avant d'obtenir ce serait-ce qu'un regard. A quoi bon offrir mon cœur ? Je me souvenais de mes parents, du couple qu'ils avaient toujours former. Je me souvenais du climat de confiance et de tout ce qu'ils partageaient ensemble. Tout. Jamais un secret, jamais un mensonge. Ils avaient toujours été unis, dans la vie comme dans la mort d'ailleurs et je savais bien que ça n'était pas réalisable pour moi. Mon regard se perdit sur Aliénor. Elle avait toujours été différente. Elle avait toujours eu d'étranges remarquer, des réflexions amusantes...et en évoquant la possibilité d'un mariage entre nous, elle continuait de me surprendre. Comment pouvait-elle parvenir à imaginer une union avec moi ? Moi je n'y parvenais pas. Je savais qu'avec moi, un mariage n'en serait jamais véritablement un parce que j'étais sans cesse entouré de mensonges. Je savais que jamais je ne parviendrais à instaurer entre nous ce côté du mariage et de l'amour qui m'avait à une époque tellement fasciner. « Tu trouveras bien un moyen de le repousser sans t'offrir va. » terminai-je, sentant bien son agacement face à mon entêtement dans cette voie. « Et puis si ça se trouve tu trouveras celui qu'il te faut bien plus vite que tu ne le crois. » Un mariage d'amour, qu'elle voulait. Est-ce que ça existait encore ça ? Nous vivions une étrange époque ou les pères n'hésitaient pas à offrir leurs filles pour quelques pièces d'or. Dans un sens, elle était chanceuse dans son genre...elle avait le choix.

La discussion s'arrêta là, à mon grand soulagement. Elle passa au sujet de mes voyages, de mon départ et alors que je lui annonçais mon besoin de rester un peu pour soulager mon fidèle destrier, elle émit l'idée de conserver Crindombre avec elle, et de me prêter un autre cheval pour voyager. Cette idée me fit froncer les sourcils. Je tenais énormément à ce cheval, en premier lieu sans doute parce que c'était un cadeau, mais aussi parce qu'il m'avait accompagner dans de nombreux voyages. Il n'y avait qu'avec lui que je souhaitais voyager et aucun autre cheval n'aurait su me convenir. « Je te le confierais le temps de mon séjour ici. Être au haras avec d'autres chevaux lui fera du bien … mais je le reprendrais en partant. Je n'ai confiance qu'en ce cheval, pas un autre. » Il fallait dire que cet animal représentait pour moi plus qu'une monture. C'était presque un ami qui m'avait porter sur des kilomètres, alors que j'étais épuisés, à bout de force et le cœur en miette à force de sang et d'horreurs que je commettais de mes mains.

Aliénor, termina enfin son ouvrage. Elle vint alors déposer la cape raccommoder sur mes épaules. « Merci. » me contentai-je de dire en l'ajustant légèrement tout en me levant. « Ça fait des lustres que je n'ai pas pêcher... » avouai-je. En réalité, ça remontait à peu avant la mort de mes parents. Lorsque je les avaient perdu, tout avait changer.  Je n'avais plus jamais été le même, mes habitudes avaient radicalement changées, j'avais tout laisser de côté. Et puis, j'étais parti comme un voleur un moment. « Mais … si ça te fait plaisir. Pourquoi pas. »

_________________
It's like a dark paradise.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Aliénor Dastan


∆ AVENTURES : 65

MessageSujet: Re: Je n'ai jamais été aussi heureuse de te voir. [Judd]   Dim 10 Mai - 0:20

Je n'ai jamais été aussi heureuse de te voir
Je le regardais droit dans les yeux, oui il avait comprit, je voulais régler le problème sans m'offrir en contrepartie, je n'étais pas une marchandise, je n'étais pas un gros lot et c'est aussi la raison pour laquelle j'étais encore à 28 ans célibataire, je faisais peur à la majorité des hommes en voulant être indépendante et donc si pendant un temps j'avais été courtisé, surtout du vivant de mon père. Au fil des années, les prétendants s'était fait plus rare, jusqu'à ce que je n'en ai plus aucun. Enfin à part M. Hopes mais lui j'aurais tout donné pour qu'il m'oublie, pour qu'il se trouve une autre femme qui n'hésiterais pas à se lancer dans un mariage malheureux. Tu as tout compris, je m'en sors depuis des années, alors là j'y arriverais aussi. En avoir discuté avec lui m'avait à défaut de solution, au moins apporté un regain d'énergie, j'allais me battre et finir par repousser cet homme infect. Par contre la suite de son petit discours était loin d'être motivant, j'avais déjà trouvé l'homme fait pour moi, malheureusement, lui était complétement aveugle, chose moins douloureuse à se dire que de savoir qu'il était complétement hermétique à tout sentiment amoureux à votre égard. Je préférais donc rester silencieuse, j'avais déjà commis un imper en parlant ainsi du mariage, je n'allais pas en plus lui déclarer ma flamme à demi-mots, je préférais un sourire énigmatique qui peut être dans mes rêves les plus fou l'intriguerais assez pour se rendre compte qu'il pourrait être cet homme.

Le sujet du cheval heureusement nous détourna de tout autre discussion sur l'amour, je m'inquiétais suffisamment pour Crindombre pour exiger qu'il me le laisse quelques temps, pour lui refaire une santé. Je ris alors doucement quand il parla de le récupérer dès qu'il devrait partir. Ne t'inquiète pas, je ne comptais pas le garder, il me faudrait des mois pour préparer un cheval au rythme de tes voyages, je ne voudrais pas tuer une pauvre bête. J'avais raccommoder la cape de Judd tout en discutant, sans même vraiment y prêter attention, ma mère m'avait appris alors que je n'avais que sept ans, elle s'était assuré que je pourrais repriser toutes sortes de choses afin d'être une épouse parfaite. L'idée de la pêche m'étais venue naturellement, nous n'étions pas aller pêcher depuis des années et tous notre matériel prenait la poussière dans un coin de la remise. J'eus peur un instant qu'il refuse, en faite nous n'étions pas aller pêcher depuis la mort de ces parents, mais je me trompais, alors qu'il était debout face à moi, accepta, il voulait me faire plaisir et je devais avouer que l'idée de passer une journée en tête à tête en sa compagnie, me faisais extrêmement plaisir. Je nous ferais un bon pique-nique, pour dans deux jours ça te convient. Et là, allez savoir ce qui m'était passé par la tête, soudain, je me mis sur la pointe des pieds et déposais un baiser sur sa joue. Je me figeais, non vraiment, la visite de M. Hopes m'avait réellement retourner pour faire une chose pareil, me remettant à plat sur mes pieds, je n'osais plus croiser son regard. Je ... Allons te choisir un cheval. Ma voix était trop haut perchée et j'étais pétrifiée le regard sur le sol.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Judd Bragolan


∆ AVENTURES : 83

MessageSujet: Re: Je n'ai jamais été aussi heureuse de te voir. [Judd]   Dim 10 Mai - 0:45


"Je n'ai jamais été aussi heureuse de te voir"
Aliénor et Judd


Si ça lui faisait plaisir, oui. Voilà bien longtemps que je n'avais pas fais quelque chose pour satisfaire le bon plaisir de quelqu'un d'autre que moi. Malheureusement, accepter et rester le bon ami d'Aliénor n'avait toujours rien de désintéressé. Non, en réalité, j'avais grand besoin qu'elle continue de penser au Judd qu'elle avait connu, en premier lieu parce que ce simple fait m'assurait la confiance que j'avais besoin pour tenir ma couverture et dissimuler ma véritable nature, et aussi sûrement parce qu'au fond, je ressentais le besoin de me dire que celui que j'avais été un jour n'avait pas totalement sombré. Après tout, je continuais de la voir et de tolérer quelques discussions plutôt que de rester en solitaire dans mon coin.

Je terminais rapidement de réajuster ma cape de voyage, jetant un œil à l'endroit de la déchirure. Effectivement, on y voyait plus rien, elle était comme neuve...et c'était encore une bonne, une excellente raison pour prendre la peine de conserver Aliénor dans mon sillage. Ravie de ma réponse, elle évoqua l'idée de préparer un pique-nique et d'organiser donc, cette journée à la pêche dans deux jours...ce qui m'allait parfaitement. Je ne faisais jamais grand chose de mes journées lorsque j'étais à Ruderoc. Pour donner le change, il m'arrivait de couper le bois, de le ranger, d'entretenir un peu la maison de mes parents en faisant quelques travaux … je sortais rarement, seulement les jours de marché pour faire des provisions. Alors finalement, peut-être étais-ce l'occasion de renouer avec des choses que j'avais peu à peu abandonnées. Je m'étais donc contenter de hocher la tête pour lui signifier mon accord et c'est à ma grande surprise qu'elle s'était hisser sur la pointe des pieds, afin de se mettre à ma hauteur pour déposer un baiser des plus innocent sur ma joue. Elle n'avait pas refait ce genre de chose depuis bien longtemps, la dernière fois devait remonter à notre enfance, lorsque j'avais fais l'effort de lui offrir quelques fleurs pour son anniversaire...En grandissant, nous avions comme tout le monde mis de la distance. L’innocence de l'enfance s'étant envolée, nous étions devenu un homme et une femme et il avait fallu établir sans même en parler quelques règles de convenance et de bienséance. Ses lèvres sur ma peau me firent détourner le regard légèrement. Elle avait réussi à me troubler l'espace d'un court instant, mais la vitesse à laquelle elle était revenue à elle m'avait sorti de mon espèce de torpeur passagère.

Je me raclai la gorge, alors qu'elle gardait le regard fixé sur le sol, je fis un pas puis un autre vers la sortie. « Bonne idée. » lançai-je, comme pour la faire réagir. « Mais n'importe lequel m'ira, tu sais. Il ne me servira guère à plus qu'a aller au marché... »

_________________
It's like a dark paradise.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Aliénor Dastan


∆ AVENTURES : 65

MessageSujet: Re: Je n'ai jamais été aussi heureuse de te voir. [Judd]   Dim 10 Mai - 1:51

Je n'ai jamais été aussi heureuse de te voir
Mes lèvres picotaient encore, sensation agréable et je dus me retenir de poser mes doigts sur ma bouche en souriant béatement, je m'étais comportée sottement depuis son arrivé, je devais me calmer et un petit tour vers les box des chevaux avait toujours été une manière de m'apaiser. Il recula lentement et quand il ouvrit la bouche j'osais lever les yeux vers lui et affronter son regard, je hochais la tête et le suivit en direction de la cours, saluant d'un signe de tête, Alma, une employée qui s'occupait de tenir propre la maison, elle était sur le pas de la porte et je lui souris alors qu'elle rentrait pour nettoyer ce qui avait été dérangé. Je savais tenir ma maison, seulement, avec le boulot, je n'en avais souvent pas le temps, alors je m'étais résolu à employer une femme du village voisin, permettant ainsi à une famille de vivre. Dans la cours, attacher à un poteau se trouvais Crindombre qui s'abreuvait en attendant l'heure de repartir. Je dépassais alors rapidement Judd pour rejoindre le cheval. Hey mon beau ! Comment tu vas ? Je me mis à le caresser prenant mon temps de l'observer, regardant ces yeux, ces dents, je le flattais et lui parlais, à cet instant j'avais oublier ce qui m'entourait me consacrant totalement au cheval. Ton maitre te fait trop travailler hein ! Je collais alors mon oreille contre son thorax et restait un long moment silencieuse écoutant le cœur palpitant de Crindombre. Au bout d'un long moment je me redressais avec un petit sourire. Mais heureusement, tu es un battant. Une dernière caresse entre les oreilles et je me tournais vers Judd. Il a l'air d'avoir un peu maigri, mais son cœur est fort, je ne m’inquiète pas. Je ferais changer ces fers pour éviter qu'il ne se blesse et je pense qu'après une semaine ou deux de repos dans la prairie, il galopera comme jamais. Je détachais son harnais et l'entrainait suivit de son maitre vers le box qu'il allait occuper pendant quelques jours.

Une fois le cheval enfermé à l'intérieur je me tournais vers Judd et lui souris. Alors si tu ne veux aller qu'au marché avec le cheval, il faut que je t'en donne un calme, sans quoi tu vas vite te retrouver les fesses dans la boue. L'idée était marrante, mais je savais que je ne pourrais pas lui faire ce genre de farce, par parce que je ne voulais pas le voir dans la boue, non, ça se n'était pas le problème, mais parce que mon cheval aurait pu se blesser dans l'histoire et ça il en était hors de question. Vient ! Le prenant par le bras, je l'attirait vers un des box, vers Gaya, une jument âgé de 10 ans, elle avait un robe blanche et noire et était d'un calme olympien, douce et peu nerveuse, elle convenait totalement pour les courtes ballades, elle n'avait pas un énorme besoin de se dépenser. Je pense que Gaya te conviendra bien alors. Je le poussais alors vers la jument, il était important qu'il fasse connaissance avec elle et qu'il la monte avant que quitter le Haras, je devais être sur qu'ils s'entendent bien. Allez vas là voir, sort là et dit moi ce que tu en pense.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Judd Bragolan


∆ AVENTURES : 83

MessageSujet: Re: Je n'ai jamais été aussi heureuse de te voir. [Judd]   Dim 10 Mai - 2:47


"Je n'ai jamais été aussi heureuse de te voir"
Aliénor et Judd


Je pris une grande inspiration, un grand bol d'air en ressortant de la maison, réalisant peu à peu toute l'étrangeté de la discussion que nous venions d'avoir, Aliénor et moi. Ce n'était pas bien courant, de pouvoir ainsi discuter avec un femme, encore moins de sujets comme le mariage ou l'amour. Si les filles, étaient bavardes et un peu collantes, il semblait que les femmes étaient tout autrement. Plus réservées face aux hommes, sans doute par soucis de convenance et il n'y avait guère que les catins ou les rares femmes pirates de Riveclair pour se montrer trop bavardes et détendues face aux inconnus. Ruderoc était différent. Même si ici, personne n'était particulièrement riche, le respect et les bonnes manières étaient tout de même de rigueur. On apprenait aux femmes à rester à leur place, leur bourrant le crâne sur les avantages d'un mariage, peu importe que l'amour rentre ou non en ligne de compte. L'important était bien souvent les dots et les profits que chaque famille pouvait y faire. J'avais toujours penser qu'Aliénor finirait mariée à un homme dans le genre de Hopes à la vérité, pas parce qu'elle l'aurait décider non, mais parce qu'à une époque j'étais persuadé que son père finirait par l'offrir. Depuis la mort des Dastan, elle avait été courtisée, je le savais. Elle était une belle femme qui avait un peu de pouvoir, une modeste richesse et des terres ainsi que des propriétés. Elle avait dans son haras parmi les plus beaux chevaux du pays et cela je le savais avait fait des envieux. Ils avaient sans doute été nombreux à se présenter à elle, pourtant après plusieurs années...elle était toujours seule à la tête de son entreprise familiale. Ce qui était relativement étonnant.

Dans la cour, j'étais resté un peu en retrait alors qu'Aliénor s'était rapidement dirigé vers Crindombre pour lui parler, le caresser, le cajoler un peu. Elle avait toujours eu cette habitude d'être proche des animaux qui entraient et sortaient de son haras et parfois je me demandais si cela était une bonne chose … après tout, les chevaux n'étaient pas toujours achetés par de bonnes personnes et nombre d'entre eux finissaient très mal. Surtout chez les guerriers. Pour ma part, j'étais comme j'étais … mais je prenais grand soin de ma monture. Ce cheval à la robe sombre était le seul qui me suivait partout depuis ma décision d'entrer dans la guilde. Il était tout jeune, lorsqu'Aliénor m'en avait fait cadeau, un peu fougueux mais le courant entre nous était très vite passé. C'est bien pour cette raison que je ne souhaitais pas m'en séparer trop longtemps...même si je savais que la pauvre bête commençait à prendre de l'âge et qu'il lui fallait du repos.

Lorsqu'elle eut terminer avec Crindombre, la jeune femme le détacha du poteau pour l'attirer avec elle et m’entraîna jusqu'aux box. Elle descella rapidement l'animal, avant de me proposer immédiatement un cheval. C'était fou, il lui suffisait de lui en dire si peu pour qu'elle sache immédiatement quel cheval confier. Elle me poussa légèrement vers la bête, et je vins immédiatement poser mes mains sur sa tête, lui offrant quelques caresses. « Salut Gaya. » Je connaissais l'importance de parler avec sa monture … je le faisais énormément avec Crindombre, c'était sans doute l'une des raisons pour laquelle ce dernier me faisait confiance, pourtant, je le faisais rarement en publique. Ces moments n'appartenaient toujours qu'a moi et mon destrier. Pourtant, cette fois, il fallait bien le faire. Hors de question de monter un cheval sans lui avoir offert quelques mots. « Alors ma belle, il semblerait que toi et moi soyons destinés à faire équipe un moment, tu veux bien ? » continuai-je en passant ma main sur la robe de la jument, avant de revenir devant elle pour la sortir et la faire marcher un peu avec moi. Après quelques minutes ainsi, je pris finalement la décision de poser ma scelle sur son dos et de sangler le tout correctement, pour finalement la monter et faire quelques tours avec elle. Effectivement, c'était un cheval relativement calme qui m'allait parfaitement pour le moment. Je revins alors vers Aliénor au trot. « Ce sera parfait. Merci … pour le cheval, la cape. Je vais rentrer, je reviens dans deux jours donc ? »

_________________
It's like a dark paradise.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Aliénor Dastan


∆ AVENTURES : 65

MessageSujet: Re: Je n'ai jamais été aussi heureuse de te voir. [Judd]   Dim 10 Mai - 14:26

Je n'ai jamais été aussi heureuse de te voir
Je m'étais reculée, le laissant faire connaissance avec sa jument, je croisais les bras et l'observais, malgré les années qui séparait son ancien travail au Haras, il n'avait pas oublier comment se comporter avec les chevaux. Il était doué, je lui avait toujours dit qu'il ferait un bon dresseur, mais il avait choisit la voix du commerce itinérant. J'étais déçue par ce choix, je dois bien l'avouer, j'étais sur que lui et moi nous aurions fait une très bonne équipe ici, mais je respectais son choix, il voulait tourner le dos à ce que ces parents avaient connus, il voulait trouver sa propre voie et c'est en partis ce qui me plaisait chez lui. Bien vite, il eut finit de préparer le cheval, de le monter et de faire un tour avec, j'étais restée immobile le regardant faire et lui souriant quand il revint vers moi. J'étais déçue, il voulait déjà repartir, mais j'avais la promesse de son retour dans deux jours. Je hochais la tête doucement. Tu sais que tu peux tout me demander. Il savait bien qu'il pouvait me demander toute sorte de service, je n'avais jamais refuser, je ne le pouvais pas et bien que cette phrase conclue de manière bizarre cet étrange conversation que nous avions eut depuis son arrivée, je me dis que finalement, il était pas plus mal qu'il parte maintenant avant que je ne continue à dire des bêtises. A dans deux jours alors ... Je tapotais la croupe de Gaya et elle partit au petit trot en direction de la sortie, je restais dans la cours à le regarder s'éloigner, rêveuse avant de retourner dans la maison, prévenir Alma qu'il faudrait préparer un pique-nique dans deux jours.

Les deux jours étaient passés avec une lenteur folle, j'avais pourtant tout fait pour m'occuper, j'avais même de la visite puisqu'un elfe était venu me demander mes services pour apprendre à monter à cheval et pourtant j'avais l'impression que ce fameux matin n'arriverait jamais. Au première lueur de l'aube j'étais debout, j'avais la veille, fait préparer notre matériel de pèche et mon cheval allait être sceller. J'étais dans la cuisine avec Alma et je lui racontais comment nous partions pêcher étant jeune, comme alors nous passions la journée au bord de la rivière à jouer et rire. J'avais hâte de retourner là bas, je me rendais compte que se serait comme un instant retourner au temps de l'innocence avant que la mort ne nous ravisse tout. Il ne devait pas être loin de neuf heures quand j'entendis Gaya entrer dans la cours. Prenant notre repas, je sortis de ma maison avec un grand sourire. Bonjour Judd. Je grimpais sur mon cheval avec un air de défi sur le visage. Tu te souviens où on allait pêcher ? Près à faire la course ? Voilà bien une chose que nous faisions enfant, nous lancer des défis pour nous dépasser constamment.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Judd Bragolan


∆ AVENTURES : 83

MessageSujet: Re: Je n'ai jamais été aussi heureuse de te voir. [Judd]   Dim 10 Mai - 20:11


"Je n'ai jamais été aussi heureuse de te voir"
Aliénor et Judd


La nuit avait été courte, comme toutes les autres. C'était sans doute ce qu'il avait de plus difficile, tenter d'effacer sa conscience et ne pas y parvenir. Ressasser sans cesse. Voir son sommeil être troublé par des visages torturés, entendre dans la nuit les voix si lointaines des morts. Être assailli de toute part les fantômes en colère des êtres que j'avais éliminer. C'était sans doute tout ce qu'il manquait désormais, pour parvenir à faire ce travail correctement. Pour m'y mettre réellement sans me soucier des conséquences ; il fallait que je fasse taire mon cœur et mon esprit définitivement. Malheureusement, je n'avais toujours pas trouver le moyen de ne rien ressentir, même si sur le moment je m’efforçais de taire les voix dans ma tête, lorsque je terminais...c'était toujours plus compliqué. Les matins étaient toujours difficiles. Je m'éveillais en sursaut, en sueur, après des heures à tourner en rond et comme toujours, il fallait faire face et affronter la réalité. Pourtant, aujourd'hui, j'eus rapidement l'étrange sentiment que j'allais parvenir efficacement à laisser mes fantômes de côté...si l'idée de la pêche ne m'avait finalement que peu enchanté lorsqu'Aliénor l'avait proposer, les temps avait fait son œuvre et j'étais finalement en train de me dire que renouer un peu avec mon passé pourrait contribuer l'espace de quelques heures à me faire oublier mes démons. Je n'avais rien emporter, en partant. En réalité, je n'avais rien garder ici. Tout le matériel de pêche était resté enfermé, toutes ces années au haras des Dastan et je n'avais pas poser les mains sur une canne à pêche depuis au moins dix années maintenant. Je me souvenais pourtant que la pêche était une activité que j'adorais dans le passé...en réalité, ça me ressemblait beaucoup. J'avais toujours été du genre calme, patient et peu bavard, des qualités autant utile à un pêcheur qu'a un assassin d'ailleurs. J'avais donc pris tout mon temps pour sceller Gaya et m'occuper un peu d'elle, avant de finalement monter à cheval et prendre la direction du haras au trot, le plus tranquillement du monde. A mon arrivé, Aliénor était déjà prête. Elle me salua rapidement alors qu'elle montait sur son cheval, chargeant son panier par la même occasion sur l'animal. Un léger sourire traversa mon visage alors qu'elle se mit soudainement à me défier … c'était une habitude qu'elle n'avait pas perdu. Comme si elle avait toujours eu quelque chose à me prouver, elle n'avait jamais cesser étant enfant de se lancer dans ce genre de courses ou autre concours. Au début, je devais l'avouer...j'avais pour ainsi dire jouer les gentleman en la laissant gagner le plus souvent possible. Pourtant, mon esprit de compétition avait vite repris le dessus. « Femme ou pas, je te ferais pas de cadeau, tu es prévenue. » dis-je en lançant subitement Gaya au galop sur le chemin que nous avions tant de fois parcouru lorsque nous n'étions que des enfants.

_________________
It's like a dark paradise.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Aliénor Dastan


∆ AVENTURES : 65

MessageSujet: Re: Je n'ai jamais été aussi heureuse de te voir. [Judd]   Dim 10 Mai - 21:21

Je n'ai jamais été aussi heureuse de te voir
Nous nous étions observer un instant en silence alors que je lui lançais un défis, un instant je me demandais si je n'étais pas allé trop loin, après tout, il n'était plus le Judd d'autrefois, peut être qu'en faisant cela je lui rappelais plus de mauvais souvenir qu'autre chose. Pourtant soudain, je crus déceler un petit sourire sur son visage, ces yeux s'allumèrent et il releva le défis. J'éclatais de rire en lançant Vardens dans la course, s'était un étalon rapide, pourtant, bien que bonne cavalière, Judd avait toujours eut un don pour la vitesse, si bien que malgré mon cheval, je restais toujours derrière lui. Je pestais, j'aimais gagner, j'avoue j'étais une très mauvaise perdante et si pendant longtemps il m'avait laissé gagner, il était clair qu'aujourd'hui, se n'était plus le cas. Nous galopions à travers la prairie, notre point d'eau se trouvait à environ 20 min au rythme ou nous allions, presque une heure à pied. Je fermais un instant les yeux me laissant porter par Vardens, les cheveux aux vents comme à chaque fois je me sentais pleinement vivante alors que je fonçais ainsi. Sous mes airs de fille de bonne famille, je pouvais sentir le feu de l'aventure couver en moi, mais il me manquait l'audace, voilà ce qui me faisait défaut, je n'osais pas foncer, partir à l'aventure et découvrir le monde. Je rouvris les yeux et me rendit compte qu'il avait recreuser l'écart, je caressais l'encolure et murmurais tendrement. Hlaupa Vardens Hlaupa Je sentis alors le cheval redoubler d'effort, je sentais ces muscles sous moi se contracter et la force de l'animal alors que de nouveau nous nous rapprochions de Judd. Je n'usais pas souvent du langage elfique pour mes chevaux, mais il le connaissait et bizarrement, cela avait une grand influence sur eux. Je me rapprochais enfin, peu à peu l'écart se réduit et bientôt je fus à sa hauteur. Nous chevauchions l'un à côté de l'autre et je ne pouvais m'empêcher de rire. Je tournais la tête vers lui, notre point d'arrivée n'était plus très loin maintenant et vraiment je voulais gagner, même si pour cela je devais tricher. Oui oui j'avoue j'étais fourbe dans ces moments-là. Tu sais que tu ne peux pas gagner, pas avec mes chevaux. J'avais parler fort pour couvrir le bruit du vent, bien sur il aurait été avec Crindombre, alors je n'aurais eut aucune chance, mais là, malheureusement, il était avec Gaya et elle m'obéissait à chaque fois. Gaya Blöthr et soudain sa monture ralentit, se mit au trot avant de s'arrêter alors que je continuais à foncer. Quelques minutes à peine après j'arrivais au point de pêche, s'était un coude de la rivière, sous un gigantesque saule pleureur, l'eau y était calme et s'était l'idéal pour attraper les poissons. Je descendis de ma monture, l'amenait près de l'eau pour qu'il se désaltère et entendit Judd arriver, je me mordis la lèvre pour ne pas rire. Tu as réussis à la faire repartir ? Tu es vraiment doué avec les chevaux. Je ris doucement, alors que je savais très bien, qu'à un moment donné, il arriverait à me faire payer cette petite blague.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Judd Bragolan


∆ AVENTURES : 83

MessageSujet: Re: Je n'ai jamais été aussi heureuse de te voir. [Judd]   Dim 10 Mai - 21:54


"Je n'ai jamais été aussi heureuse de te voir"
Aliénor et Judd


Il n'y avait rien que j'appréciais plus que la vitesse et l'adrénaline que pouvait me procurer un cheval lancé en pleine course. C'était une habitude qu'il me prenait bien souvent, lancer Crindombre au galop sur de courtes distances juste pour profiter de cette sensation unique. Et cette fois encore, même si je sentais la nette différence entre Gaya et mon destrier habituel, je prenais le temps de savourer chaque seconde de cette course à vive allure, jetant un œil par dessus mon épaule de temps à autre. Aliénor était douée avec les chevaux, bien plus que moi sans doute. Elle donnait l'impression de savoir les faire parler, pourtant, lorsqu'il s'agissait de mettre un peu d'action dans sa vie, elle rechignait toujours un peu et c'était là mon avantage. J'étais bien plus libre et aventureux qu'elle, je ne me posais aucune limite contrairement à elle. Pourtant, cette fois...elle avait semble t-il décider de me surprendre. Son cheval accéléra subitement un grand coup et elle gagna du terrain jusqu'à me rejoindre. Elle ne m'avait toujours pas dépassé, bien pour cette raison que mon air satisfait ne m'avait pas encore quitter. Sa voix siffla à mes oreilles. Je ne pouvais pas gagner disait-elle, pas avec ses chevaux. « Ne me sous estime pas, je peux gagner avec n'importe lequel de tes chevaux ! » dis-je, plutôt fier de mon avance encore visible. Mais voilà. La tendance s'inversa plus rapidement que je ne l'aurais cru et alors qu'un langage qui me paru être de l'elfique me parvint aux oreilles, je sentis Gaya se détendre...puis ralentir avant de finalement s'arrêter et cogner les sol de ses sabots. « Oh...ah, ouais. C'est comme ça... » murmurai-je en caressant la tête de Gaya quelques secondes, alors qu'Aliénor prenait la tête de la courses avec aisance, atteignant le point d'eau plutôt rapidement. « Ça c'était fourbe. » Je pris encore quelques secondes pour rappeler à Gaya que c'était moi qu'elle portait sur son dos pour le moment, et il ne me fallut qu'un léger coup de talon pour la faire repartir au trot cette fois. Je pris tout mon temps pour rejoindre la jeune femme, qui avait déjà eu l'occasion de poser à terre son panier, et le matériel alors que Gaya arrivait tranquillement à sa hauteur. « Tu as tricher. » déclarai-je. « Depuis quand triches-tu ? » Ce n'était décidément pas dans ses habitudes. A croire que l'appel de la victoire avait été trop forte cette fois.

Je descendis tranquillement de cheval, laissa la bête s'éloigner pour boire un peu plus loin, alors que je m'approchais d'Aliénor qui souriait, pas peu fière de sa victoire entachée de tricherie. « Tu dois savoir un truc sur moi ... » commençai-je tout en avançant toujours vers elle. « J'ai horreur qu'on triche avec moi. » Et alors que j'arrivais près d'elle, je passais un bras derrière ses genoux, l'autre dans son dos pour la faire basculer, je la portais ainsi près du rivage rapidement. « Je trouve toujours un moyen de me venger. » lâchai-je en la jetant finalement à l'eau, me laissant tomber ensuite sur le sol pour m'asseoir. « Tu vas faire fuir les poisson à frétiller comme ça ! »

_________________
It's like a dark paradise.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Aliénor Dastan


∆ AVENTURES : 65

MessageSujet: Re: Je n'ai jamais été aussi heureuse de te voir. [Judd]   Lun 11 Mai - 9:38

Je n'ai jamais été aussi heureuse de te voir
Ma mère n'aurait pas apprécier que je triche, pourtant, je m'étais toujours retenu, mais voilà, j'aimais gagner et malheureusement, j'avais cet instinct de tout faire, même si se n'était pas fairplay pour arriver à mes fins. Dire que Judd était surprit était un euphémisme, il faut dire jamais je n'aurais fais ce genre de chose du vivant de ma mère et nous n'avions plus fait tout ça depuis bien avant son décès. Je souris en coin alors qu'il arrivait à ma hauteur avec le cheval. Je ne dirais pas que j'ai triché. J'ai plutôt saisit une opportunité m'amenant à gagner. Bon d'accord de belles paroles juste pour détourner le faite que j'avais triché, sa deuxième question m'arracha un petit sourire triste, je posais le reste du matériel, alors qu'il descendait de cheval. Disons que ma mère n'aurait pas aimé ce genre de comportement à l'époque. Je relevais la tête en le voyant approcher, parlant négligemment de ce que je devais savoir sur lui. Il avait l'air mi-plaisantin, mi-sérieux et je sentis que je ne m'en tirerais pas aussi facilement et que sa vengeance serait plus rapide que je ne pensais. Je reculais de quelques pas avant qu'il n'arrive à me porter dans ces bras. En temps idéal cela aurait été grisant pour moi de me sentir transporter ainsi entre ces bras, je le sentir si proche de moi, pourtant là je n'en menais pas large. Judd ! Il se dirigea vers le rivage et je le regardais en riant nerveusement. Ne fais pas ça. Trop tard, il m'avait jetée à l'eau comme si je n'étais pas plus lourde qu'une plume, je poussais un cri alors que mon corps brulant à cause du soleil ressentait la morsure fraiche de l'eau. Il m'avait envoyer vers une zone assez profonde et je restais immergée quelques secondes avant de me relever de l'eau m'arrivant presque jusqu'à la poitrine. Je respirais profondément, remettant mes cheveux en place il réussit à placer une petite pique à mon égard. Se sera donc de ta faute si nous ne ramenons rien pour diner ce soir. Je ris de nouveau, j'avais l'impression de ne pas avoir ris autant depuis bien des années.

Ce matin, je m'étais habillé d'une robe d'été légère, je savais que j'allais faire du cheval, nous allions pêcher au bord de la rivière, je ne pouvais pas mettre une grosse robe et puis j'avais voulu me faire jolie, je dois bien l'avouer. Ainsi, alors que je sortais de la rivière, je me rendis vite compte que j'étais maintenant loin d'être décente, le tissus léger faisait qu'il me collait comme une seconde peau, laissant voir toute mes formes, mais ça j'aurais pu m'en accommoder sans trop rougir, après tout il avait déjà dut être avec une femme, je ne lui révélait rien de nouveau et je savais que j'étais plutôt jolie. Non se qui me fit rougir, se fut la transparence du tissus, pas énorme, mais suffisamment pour deviner les choses. Je sortie lentement de l'eau et je me rendis compte se faisant que j'espérais le séduire, ce qui n'était réellement pas bien, je voulais qu'il m'aime pour moi et pas juste pour ce que ma robe laissait apercevoir. Pourtant, l'idée de voir ne serait-ce qu'une lueur d'intérêt s'allumer dans ces yeux auraient été grisant pour moi. Je m'arrêtais alors que j'avais de l'eau aux genoux. Tu devrais me rejoindre, elle est fraiche. Et alors pour continuer à le taquiner je lançais de l'eau vers lui. Pour le moment nous étions loin d'être près à pêcher.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Judd Bragolan


∆ AVENTURES : 83

MessageSujet: Re: Je n'ai jamais été aussi heureuse de te voir. [Judd]   Lun 11 Mai - 13:06


"Je n'ai jamais été aussi heureuse de te voir"
Aliénor et Judd


Satisfait. C'était une petite vengeance, mais une vengeance tout de même. Nous étions quittes maintenant. Aliénor pataugea un petit moment, avant de reprendre un peu de contenance et se stabiliser dans l'eau. J'étais toujours sur la berge, assis au soleil à l'observer se débattre pour remettre ses longs cheveux en place, en sourire bien dissimulé au coin de mes lèvres. « Oh, oh, tout de suite les grands mots … je te rappel que TU as lancer les hostilités ! » déclarai-je en m'étirant légèrement alors qu'elle bougeait enfin, s'avançant vers le rivage pour sortir de l'eau. Il faisait chaud, à cette époque de l'année, et il ne faisait aucun doute que la robe légère qu'elle portait aujourd'hui ne tarderait pas à sécher. Mon regard ne l'avait toujours pas quitter, pourtant, au fur et à mesure qu'elle s'avançait vers moi...le besoin de détourner le regard se fit sentir. Mes yeux la quittèrent alors, pour se poser loin devant moi sur l'horizon...c'était comme ça, qu'on se rendait compte encore une fois de la différence entre l'enfance, et l'âge adulte. Ce genre de jeu était courant, avant, et nous nous en étions toujours amuser. Pourtant, aujourd'hui, en me rendant compte que la robe qu'elle portait épousait parfaitement son corps, que le tissu clair qui la composait laissait deviner ce qu'une femme passait son temps à cacher au reste du monde...je ne ressentis que de la gène, et aussitôt mon sourire s'effaça pour laisser place à mon sérieux habituel. Je ne tenais pas à poser sur elle ce regard. Le regard d'un homme envieux ou désireux face au corps d'une femme comme Aliénor. Elle était une amie, et j'avais un immense respect pour elle. Bien pour cela que j'allais éviter de la regarder jusqu'à ce que cette foutue robe sèche enfin. « Non merci. » lâchai-je finalement comme toute réponse à sa question avant de laisser le silence retomber.

Quelques minutes s'écoulèrent ainsi. Sans que je ne bouge, sans qu'elle ne bouge. Si bien que finalement, je fus le premier à soupirer et à reposer mon regard sur elle, un peu par obligation. « Tu vas rester plantée dans l'eau toute la journée ? » demandai-je avant de me lever et de m'avancer dans l'eau à sa rencontre. « Ne bouges pas...t'as un truc bizarre dans les cheveux. » dis-je en tendant la main dans sa direction, la faisant se tourner légèrement pour retirer le morceau d'algue noire qui s'était accrocher dans ses cheveux.

_________________
It's like a dark paradise.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Aliénor Dastan


∆ AVENTURES : 65

MessageSujet: Re: Je n'ai jamais été aussi heureuse de te voir. [Judd]   Lun 11 Mai - 15:38

Je n'ai jamais été aussi heureuse de te voir
Je sentais l'eau dégouliner lentement sur ma peau, le soleil aurait tôt fait de me sécher et j'avais hâte finalement, non pas à cause de Judd qui détourna soudain le regard, mais à cause du vent qui se levait par moment et qui me glaçait soudain, couvrant ma peau de chair de poule. Je voulais qu'il me rejoigne, qu'il se baigne un moment avec moi, avant il serait venu plonger dans l'eau avant même que je termine ma phrase, mais là, alors que j'étais sortie de l'eau, mes courbes dévoilées par le tissus me collant, il s'était soudainement renfermé, il avait détourné presque pudiquement la tête me donnant envie de sourire, car je ne l'avais jamais imaginé timide. Sa réponse fut nette, définitive, il ne voulait pas me rejoindre. Je croisais alors les bras, immobile au milieu de l'eau et j'attendis en le fixant, il prenait bien soin de regarder partout sauf vers moi, pourtant plus le silence s'éternisait plus je restais camper sur mes positions. J'étais très têtue et je savais qu'à force d'attendre il finirait par refaire attention à moi. J'eus raison, il me regarda droit dans les yeux cela étant dit, ne laissant pas son regard dévier sur le reste de ma personne. J'eus envie de lui tirer la langue quand il me demanda si je comptais rester plantée là toute la journée, mais je me retins, je ne voulais pas qu'il me prenne pour une fille complétement idiote et puérile. C'est une nouvelle technique de pèche, je laisse les poissons se ... Je m'interrompis aussitôt car il se lève finalement et rentre dans l'eau d'un air décidé. J'ai presque du mal à avaler ma salive, mon cœur se mettre à battre à foison avant qu'il ne m'indique que j'avais quelques choses dans les cheveux. Je respirais profondément, je ne devais pas me faire d'histoire, il ne me voyait pas comme ça, j'étais une simple amie pour lui et ça ne changerait sans doute jamais.

Il me fit tourner, se pencha alors pour m'enlever l'algue qui s'était emmêler dans mes cheveux. Sans réflechir, je posais alors une de mes mains sur son bras, le tout ne dura qu'une dizaine de secondes, mais voilà je me sentais étrange car je n'avais pas été aussi proche de lui depuis bien longtemps. Je levais les yeux vers lui en souriant alors qu'il rejetait l'algue à l'eau. Merci. Je restais immobile et je me mordillais la lèvre doucement, ma main n'avais pas bouger de son bras et je savais que bientôt cela allait devenir gênant. Je lui avais demander de venir se baigner et maintenant qu'il était là, l'idée de le voir trempé à son tour était plaisante, je savais que je ne gagnerais pas à ce jeu là, il avait beaucoup plus d'imagination que moi, mais je ne pouvais résister à cette tentation. Ce n'est pas drôle tu sais, je suis trempé et toi non. Alors avant qu'il ne comprenne, je le poussais de toute mes forces en arrière, le faisant trébucher et tombé en arrière. J'éclatais alors de rire en reculant de quelques pas, vraiment nous n'étions pas prêt d'attraper le moindre poisson avec le chantier que nous faisions dans l'eau. Je m'éclaircis la gorge alors pour tenter de l'imiter. Tu vas faire fuir les poisson à frétiller comme ça ! Je reprennais exactement la même phrase qu'il m'avait sortit quelques minutes à peine, mais mon imitation n'était pas des plus terrible. Je m'avançais alors vers lui et lui tendit la main pour l'aider à se relever, riant toujours.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Judd Bragolan


∆ AVENTURES : 83

MessageSujet: Re: Je n'ai jamais été aussi heureuse de te voir. [Judd]   Lun 11 Mai - 16:29


"Je n'ai jamais été aussi heureuse de te voir"
Aliénor et Judd


Qu'est-ce qu'il me prenait, de me laisser tenter maintenant ? Rester trop longtemps à Ruderoc, en compagnie d'Aliénor avait pour effet me semblait-il de me ramollir. J'étais pourtant bien résolu à rester là, planté sur le rivage à attendre qu'elle ne décide à se sortir de l'eau afin que la faune sous la surface ne reprenne une vie normale … pourtant, voilà qu'après avoir jouer les tricheuses, elle jouait la forte tête. Voilà qu'elle faisait preuve de patience et d'entêtement, c'était autant de qualités, ou de défauts – selon qui veux les voir – que je ne lui connaissais pas, ou si peu. C'est sans doute son attitude et sa détermination qui me poussèrent à me lever tranquillement et à plonger les pieds dans l'eau pour finalement m'approcher d'elle, sans hésitation aucune et venir retirer cette algue disgracieuse qui s'était accrochée à ses cheveux. Oh, je ne comptais pas m'éterniser dans l'eau, non. En réalité, je n'avais pris l'humidité qu'avec l'espoir de la voir enfin sortir de là, afin qu'elle puisse sécher et que nous puissions peut-être pêcher un peu … j'avais une sainte horreur de revenir bredouille d'une partie de pêche. C'était comme un échec, et depuis longtemps pour moi l'échec n'était une plus une chose que je parvenais à tolérer. « C'est une très mauvaise technique. » dis-je finalement, en jetant l'algue un peu plus loin dans l'eau. « Vas-tu te décider à sortir de ce point d'eau, maintenant ? » Mais elle ne semblait pas souhaiter bouger de là. Mieux, voilà qu'elle se mettait à constater, le sourire aux lèvres l'absence d'eau sur mes vêtements. « Oh c'est très bien, ça te va mieux qu'a moi. Tu... » Et encore une fois, elle avait décider de me surprendre. A se demander ce qu'elle avait manger pour le petit-déjeuner... Je sentis ses mains se poser sur mon torse, exerçant une pression loin d'être puissante, mais soudaine qui me fit basculer en arrière. Rien pour retenir, peu de temps pour réagir, l'issue était inévitable. Je me retrouvais entièrement trempée à mon tour, sous l'eau et il me fallu quelques secondes pour parvenir à me stabiliser, puis à me lever pour souffler un peu. « Très drôle ! » lâchai-je. Oui, il fallait l'avouer … j'étais vexé. Et surtout, m'être laissé avoir de cette manière par Aliénor était tout à fait frustrant et décevant. S'il avait été quelqu'un d'autre, cet écart aurait pu me coûter la vie, je m'en rendais compte.

Me passant une main sur le visage, j'ouvris finalement les yeux et mon regard vint aussitôt chercher le sien. Bon, il fallait l'avouer...c'était bien jouer. Elle me surprenait. Elle me surprenait de la bonne façon, et c'était étrange de le constater. Je m'avançais alors de nouveau vers elle, et cette fois, je ne pris pas garde de conserver de la distance. Non, bien au contraire. Je viens au plus près d'elle, approchant finalement mon visage du sien, ou plus précisément de son oreille. Elle était parvenu à se jouer de moi deux fois aujourd'hui, et c'était à mon tour. Pour ça … j'utilisais des choses que j'avais appris pour tuer. Se montrer fourbe. « La mort est séduisante, sers-toi en. » m'avait un jour dit mon mentor et je n'avais compris le fond de sa pensée que récemment. Il ne suffisait pas d'agir dans l'ombre, il fallait aussi savoir se montrer, savoir séduire son monde, savoir convaincre. Si je ne m'intéressais pas aux femmes, si je les approchaient pas pour mon plaisir...je savais tout de même les charmer. C'était utile lorsque mes victimes s'avéraient être de sexe féminin. Et c'est bien ce que j'allais utiliser cette fois. Si elle pensait que je n'avais pas remarquer cette forme de timidité qu'elle arborait sans cesse, elle se trompait. Je savais qu'en m'approchant d'elle ainsi, en posant ma main sur l'une de ses hanches, en approchant mes lèvres si près de sa peau … elle perdrait sûrement tous ses moyens. « Tu ne paies rien pour attendre. » murmurai-je à son oreille, avant de m'éloigner et de remonter sur le rivage. La laissant plantée là, au milieu du point d'eau, figée. « Tu vas prendre racine ! »

_________________
It's like a dark paradise.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Aliénor Dastan


∆ AVENTURES : 65

MessageSujet: Re: Je n'ai jamais été aussi heureuse de te voir. [Judd]   Lun 11 Mai - 17:53

Je n'ai jamais été aussi heureuse de te voir
Il se redressa, tout aussi trempé que moi, il bougonnait un peu, mais au moins il ne semblait plus aussi gêné de me regarder maintenant. Je lui souriais fière de moi et espérais qu'il ne trouverais pas d'autres idées pour se venger de mes bêtises. Il se releva complétement, dégoulinant d'eau, s'essuyant le visage et je sentis ma respiration se bloquer un peu, il était beau, à cet instant, il était détendu et avait même un petit sourire en coin. Il était tellement rare de voir ces lèvres s'étirer ainsi que je pouvais les compter sur les doigts de la mains ces dernières années. Soudain pourtant il s'approcha de moi et mon rire s'éteignit tout de suite, il avait ce regard si intense, que je fus clouée sur place, il sembla soudain oublier les convenances, oublier la distance que nous nous appliquions à mettre entre nous. Sa main se posa sur ma hanche et nos corps se frôlèrent, je pris une profonde respiration qu'il dut entendre j'en suis sur. Je ne savais pas ce qui lui prenait, pourquoi se soudain changement d'attitude, j'avais du mal à croire qu'il se serait tout à coup découvert un sentiment amoureux. Mais c'est alors que son visage s'approcha du mien, je cessais tout simplement de respirer et de penser. Se rendait-il compte de ce qu'il faisait, j'avais du mal à croire que ça se passait vraiment. Quand sa bouche effleura ma peau je fermais les yeux savourant cette caresse subtile et mon corps se couvrit de frisson. Sa bouche bien que ne frolant que ma peau laissa un sillon brulant, il remonta jusqu'à mon oreille et me ramena alors sur terre.

Il ne vit rien heureusement, mais alors qu'il partait et que je restais figé sur place, je sentis les larme me monter aux yeux. Pour lui tous cela n'avait été qu'un jeu, une manière de me faire perdre mes moyens, de gagner dans ce petit jeu que j'avais moi-même instauré. Il ne s'était pas rendu compte du mal qu'il venait de me faire sans s'en rendre compte. J'étais dans tout mes états, l'espace d'un instant j'y avait cru et redescendre sur terre maintenant était juste encore plus douloureux. Je sortis lentement de l'eau, prenant soin de lui tourner le dos, espérant que cela passe pour de la gêne ou de la timidité, chose qu'il voulait surement au départ. Je me dirigeais vers mon cheval, petit à petit j'arrivais à me calmer. Je levais alors les yeux et regardait un instant, au loin je vis un cavalier s'éloigner dans la direction de la ville. Qu'est ce que ... S'était étrange je devais bien l'admettre, cette zone de la prairie ne voyait pas souvent des voyageurs et un instant bien que loin quelque chose me sembla familier dans le cheval. Je soupirais, je travaillais bien trop et je me posais surtout beaucoup trop de question. Fouillant dans un sac j'eus un sourire attendrit pour Alma, elle avait glisser ma cape de voyage dans mes affaires, je pus donc la mettre autour de mes épaules, cachant mes formes et atténuant presque totalement la transparence, j'étais de nouveau presque décente. L'apparition du chevalier avait au moins eut le don de faire passer mon malaise, j'avais réussis à reprendre le contrôle de moi-même et je préférais oublier ce qui venait de se passer. J'avais jouer avec le feu et il avait gagné. J'enlevais alors mes bottines, elle était trempé et je les mis au soleil pour les faire sécher, puis je me tournais vers Judd. Alors tu penses que nous avons une chance d'attraper un poisson aujourd'hui.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Judd Bragolan


∆ AVENTURES : 83

MessageSujet: Re: Je n'ai jamais été aussi heureuse de te voir. [Judd]   Mar 12 Mai - 14:04


"Je n'ai jamais été aussi heureuse de te voir"
Aliénor et Judd


J'avais réussi. Elle était restée figée un petit moment, avant de réagir et de bouger enfin. Passer par dessus les convenances, les ignorer … c'était quelque chose que je savais faire mieux que n'importe qui et que je ne faisais pourtant normalement pas en compagnie des gens de Rudercoc qui comme Aliénor, m'avaient vu grandir. En réalité, je commençais déjà presque à regretter d'avoir agi comme ça, pour un simple jeu tout ce qu'il avait de plus enfantin. Ce n'était pas tellement que je n'étais pas satisfait d'avoir de nouveau gagner au jeu de la ruse … non, j'aimais bien en sortir gagnant, même si finalement c'était devenu une habitude. Mais j'avais pris le risque de me dévoiler un peu trop. Aliénor connaissait un Judd un peu introverti, qui approchait peu les gens, d'un naturel plutôt calme et qui parlait peu, jamais pour ne rien dire. Elle ne connaissait pas cette part de moi qui avait appris à se jouer des autres par tous les moyens pour parvenir à les attirer dans un coin d'ombre et les assassiner. J'avais voulu la surprendre, je ne doutais pas d'avoir réussi mon coup.

J'étais rapidement remonter sur le rivage, lançant une dernière boutade sans même me retourner avant de me laisser tomber contre le tronc du saule pleureur, retirant mes bottes pour les vider de l'eau qu'elles contenaient et les jetant négligemment un peu plus loin. Elle n'avait toujours pas redit un mot, et c'est ce qui me poussa finalement à reposer mon regard sur elle. Être aussi silencieuse, ce n'était pas dans ses habitudes. Lorsque j'étais là, elle ne cessait de parler en général, comme si elle gardait toutes ses histoires de côté, attendant patiemment mon retour et ma présence pour tout me raconter. Mes lèvres s'entrouvrirent … pour finalement se refermer alors que son regard se perdait au loin et qu'elle murmurait quelque chose. Je n'eus que le temps de me retourner rapidement, pour apercevoir une ombre furtive au loin. Un cheval, un cavalier peut-être. Peu importe. J'avais froncer les sourcils un instant, avant de reporter mon attention sur mon amie d'enfance qui venait de dissimuler ses formes précédemment dévoilées par une cape de voyage. Comme moi, elle retira ses bottines, et les déposa dans un coin au soleil avant de se tourner vers moi. « Je pense pas...il va falloir une à deux bonnes heures pour que les poissons se calment un peu maintenant. » dis-je en fixant la surface de l'eau.

Finalement, la journée passa rapidement. Trop rapidement, sans doute. J'avais tout de même lancer une canne, environ une demi-heure après notre remue ménage dans l'eau, et même si j'avais du attendre un petit moment, les poissons étaient finalement revenus et nous avions remonter de quoi faire un bon repas. Le soleil, avait commencer à décliner, lorsque nous étions remonter à cheval et pour le retour, nous avions pris notre temps, savourant la fraîcheur de la soirée qui approchait. Le haras était pratiquement en vue, lorsque je vins me mettre à la hauteur du cheval de la jeune femme. « Alors comment tu vas nous cuisiner ça ? En bouillie ? En soupe ? Bien grillé ? » demandai-je, lui offrant un petit sourire. « Je meurs de faim ! »

_________________
It's like a dark paradise.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Aliénor Dastan


∆ AVENTURES : 65

MessageSujet: Re: Je n'ai jamais été aussi heureuse de te voir. [Judd]   Mar 12 Mai - 15:40

Je n'ai jamais été aussi heureuse de te voir
Il avait gagné notre petit jeu, encore, déjà enfin, il était rare que j'ai le dernier mot et aujourd'hui on peut dire qu'il avait réussit à frapper fort, comme s'il se doutait que faire ces gestes allaient me faire rendre les armes. Avec un autre je me serais peut être montrer encore plus combative, mais là non, il avait eut des gestes que je rêvais qu'il fasse depuis des années, mais pas pour les raisons que j'espérais, malheureusement. Alors le reste de l'après midi s'était passé de manière bien plus calme, j'avais peu parlé, ce qui était étrange pour moi, mais en faite en plus milieu d'une conversation j'avais soudain l'impression de sentir ces lèvres effleurant de nouveau ma peau et je perdais alors complétement le fils de la discussion, mais cela n'était pas désagréable pour autant, pêcher au bord de l'eau et savourer la présence de l'autre voilà quelque chose de familier qui faisait du bien. Finalement, nous avions réussis à pêcher quelques beaux spécimens, nous avions lever le camp alors que le crépuscule s’annonçait, la journée avait été chaude, ma robe bien que froissée était toutes sèche et le retour se fit tranquillement, sans pousser les chevaux.

Au retour au Haras, Judd me questionna sur ma cuisine, alors que nous descendions de cheval et que James s'occupait d'aller nettoyer nos chevaux. J'ai bien envie de les griller, ça fait longtemps, avec quelques épis de maïs se sera succulent. Je récupérais le panier contenant les poissons, Alma n'était toujours pas apparus et je trouvais ça bien étrange, s'était pourtant dans ces habitudes de venir à ma rencontre. Je soupirais elle devait être occupé à l'intérieur à se demander pourquoi nous avions mis si longtemps pour revenir de la pêche. Je chassais ces idées rapidement car je me tournais vers Judd, la cuisine se n'était pas son dada et le voir tourner en rond n'allait pas être bon pour mes nerfs. Je m'approchais alors de lui, posant ma main sur son avant bras pour attirer son attention. Va t'occuper de Crindombre, je viendrais te chercher quand le repas sera près d'accord. Je lui fis un sourire qui n'était pas habituelle, j'avais laisser tomber ma garde un instant et mes lèvres se firent douces et sensuelle alors que mon regard fut plus appuyé, pendant quelques secondes, ce que je ressentais sembla vouloir s'échapper de moi. Je m'empressais alors de faire demi-tour espérant qu'il n'est pas remarquer la différence et me hâtais d'entrer dans la maison qui était totalement vide. Je fronçais un instant les sourcils, mais je n'avais pas le temps de vraiment la chercher. Nous avions vidés les poissons près de la rivière, du coup je n'avais plus qu'à les nettoyer un peu puis de les mettre à griller dans le feu de cheminée avec des épis de maïs. Vingt minutes après je ressortis de la maison, la table était dressé, le repas attendais, je le trouvais près du box de Crindombre. Judd, le repas est près.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Judd Bragolan


∆ AVENTURES : 83

MessageSujet: Re: Je n'ai jamais été aussi heureuse de te voir. [Judd]   Mar 12 Mai - 23:51


"Je n'ai jamais été aussi heureuse de te voir"
Aliénor et Judd


Poissons grillés. Rien qu'a m'imaginer l'odeur de la chair fumée et des épis de maïs en accompagnement, je devais dire que j'en avais l'eau à la bouche. Je mourrais de faim, malgré le succulent pique-nique du déjeuner, et l'idée de manger du poisson fraîchement pêché était plutôt séduisante. Je descendis rapidement de cheval, laissant Gaya être emmenée par l'un des employés du haras et bien vite, Aliénor m'envoya voir ailleurs si elle y était. Elle me connaissait bien, il n'y avait pas à dire. J'étais particulièrement agaçant, quand j'avais faim, et me voir tourner en rond et m'impatienter dans la cuisine n'avait sans doute rien de bien agréable. J'obéis donc à sa demande, la laissant rentrer chez elle avec le panier de poisson déjà nettoyés et je pris la direction des box ou Crindombre était au repos. Je vins caresser la tête de l'animal, avant d'ouvrir la porte pour entrer avec lui et lui offrir quelques caresses de plus. « J'aurais gagner si tu avais été avec moi aujourd'hui, tu sais ? » Parce que oui, si les petits tours d'Aliénor marchaient sans aucun doute avec les chevaux qu'elle élevait...je savais très bien que ça n'aurait pas marcher si j'avais eu ma propre monture. Peu importe qu'il vienne d'ici, de ce haras, Crindombre n'obéissait qu'à moi depuis des années. « Et je n'aurais pas eu à utiliser ma petite ruse. » Je m'appuyais alors sur la paroi de bois du box, laissant échapper un lourd soupire en repensant à cette après-midi. Si Aliénor avait eu l'air de ne pas trop s'en formaliser, moi je n'étais pas prêt d'oublier ma bêtise. « Elle finira par me rendre dingue. » Pour toute réponse, l'animal se secoua légèrement avant de hennir. « Oh ça va hein. Monsieur le moraliseur. »

Il ne fallut pas bien longtemps à Aliénor pour revenir vers moi. Sa voix résonna, m'appelant pour le repas alors que j'étais occupé à brosser mon cheval. Posant ma brosse à sa place, je tapotais alors légèrement la croupe de Crindombre, avant de sortir du box pour rejoindre la jeune femme et lorsque j'entrais dans la maison, je constatais que la table était prête. Une bonne odeur de poisson grillé flottait dans l'air et je me jetais presque littéralement sur la table pour savourer un bon repas. Il était plutôt tard, lorsque je pris enfin la décision de quitter le haras pour rentrer dans ma propre demeure. Je récupérais alors Gaya et saluait Aliénor. « Prends soin de Crindombre. Je repasserais le voir. » dis-je avant de lancer Gaya dans un léger galop pour rentrer rapidement.

La nuit était déjà tombée, lorsque j'atteignis enfin la demeure familiale. Je pris le temps de desceller Gaya et de la rentrer dans l'étable ou Crindombre logeait normalement. Je lui remis un peu d'eau et de foin, puis refermait la porte...quand une voix grave et familière me parvint aux oreilles. « Monsieur Bragolan. » Je me retournais vivement, tendu. Je n'aimais pas les surprises et j'aimais encore me faire surprendre sur mon propre territoire. D'autant que le visage qui m'apparut à la lueur de la lune était tout à fait déplaisant. « Hopes. » dis-je simplement. « Il se fait un peu tard pour une visite de courtoisie. » continuai-je en avançant tranquillement vers la maison. « J'avais à vous parler. » dit l'homme en m’emboîta le pas. « Ça ne pouvait pas attendre l'aube ? » demandai-je une fois à l'intérieur, soupirant en constatant que mon visiteur m'avait suivi. « Je vais être clair, vous allez vous éloigner de Mademoiselle Dastan. Elle n'a pas besoin d'un pauvre roturier dans votre genre. » Mon corps entier se figea et un sourire malsain apparu sur mes lèvres. Il venait ici … me menacer ? Cet homme avait du culot. Et s'il pensait m'effrayer il était loin du compte. « Vous devez avoir bien peu confiance en vos capacités de séduction pour venir jusqu'ici à cette heure pour éloigner de la sorte ce que vous pensez être un concurrent. Dehors. Je n'ai pas d'ordre à recevoir des gens de votre espèce...Monsieur. » Cette fois, ce fut sur son visage qu'un sourire étrange se dessina. Il s'approcha de moi, comme un serpent de sa proie. « Cette pauvre petite chose sera à moi. Ainsi que ses terres, soyez en assurer. Je ne vous laisserais pas la place...peu importe les sentiments qu'elle nourrit à votre égard. » Mes yeux se plissèrent un moment, finalement je laissais échapper un petit rire moqueur. « Vous délirez... » Mais l'homme en face ne semblait pas en démordre. « Pauvre fille. » lâcha t-il. « Amoureuse d'un homme depuis toujours...amoureuse d'un monstre plutôt. D'une créature de l'ombre qui ne vit que pour tuer et qui tue pour vivre. Qui ne prend même pas la peine de la regarder comme elle voudrait qu'il la regarde. » Mon corps se figea ne nouveau. Comment savait-il ça ? « Vous êtes surpris, n'est-ce pas ? Il y a peu de raisons...pour que la guilde des assassins refuse un contrat. La plus courante, est que le contrat est mis sur la tête de l'un de leur pion...il aurait pourtant bien plus simple de vous faire trancher la gorge. Je n'aurais pas eu à me déplacer et à salir mes chaussures dans votre immonde baraque. » Cette fois, s'en était trop. Ma main vint se saisir d'un couteau, poser sur le meuble de la cuisine et je fondis aussitôt sur l'homme. « Vous allez sortir d'ici, avant que je ne tranche moi-même la vôtre. » Mais la peur ne vint étrangement pas se peindre sur le visage de Hopes, au contraire...il se remit à sourire. « Éloignez vous d'elle. Que je ne vous voit plus ensemble...ou je lui dirais tout. Je lui apprendrais que l'homme qu'elle aime est un monstre et vous lui briserez le cœur ! Vous la tuerez comme si vous l'aviez fait de vos mains, c'est ce que vous voulez ? Mh ? » Je serrais le manche de mon couteau de toutes mes forces, luttant pour ne pas l'enfoncer dans la gorge offerte à mes yeux...mais mon étreinte se desserra. Je relâchais l'homme. « Sortez ! DEHORS ! » hurlai-je. Hopes s’exécuta lentement, il s'arrêta néanmoins sur le pas de la porte. « J'épouserais Aliénor, Bragolan. Et si vous tentez de vous mettre entre nous, je la ferais tuer comme j'ai fais tuer ses parents avant elle. Personne ne l'aura si je ne peux pas l'avoir. » Je me tournais alors vers celui qui venait de devenir mon ennemi, et balançais le couteau dans sa direction. La lame vint se ficher dans le bois de la porte. « J'ai dis dehors. »

_________________
It's like a dark paradise.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

“ Contenu sponsorisé ”



MessageSujet: Re: Je n'ai jamais été aussi heureuse de te voir. [Judd]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Je n'ai jamais été aussi heureuse de te voir. [Judd]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Main Event - I Quit Match : Carlito VS John Cena.
» L'on n'est jamais mieux que chez soi!
» T'as toujours d'aussi beaux yeux ϟ Pabo
» Les aventuriers vont jamais tout droit...
» "Je n’ai jamais été membre d’aucun parti politique"

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Hibéria :: 
Ruderoc
 :: Grandes Plaines :: Résidences :: Haras d'Aliénor
-