Partagez | 
 

 Une rencontre tant espérée! [PV Barral Warin]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
“ Invité ”

Invité

MessageSujet: Une rencontre tant espérée! [PV Barral Warin]   Mar 20 Aoû - 19:28




UNE RENCONTRE TANT ESPEREE

« Chaque fois qu'un enfant dit: "je ne crois pas aux fées", il y a quelque part une petite fée qui meurt. » ► James Barrie
Comme chaque jour, je me levais sans grande envie. Je n’avais plus rien à découvrir dans ces bois… je les connaissais par cœur, depuis 52 ans que je les arpentais. Chaque arbre, chaque source, chaque espèce d’insectes ou d’animaux, je les connaissais. La vie ici me semblait d’un monotone. Et puis, cela faisait un bon moi que je n’avais vu personne traverser les bois, même en changeant d’endroit !! C’était assez étonnant du reste, puisque la forêt est un lieu dans lequel les humains ont besoin d’aller : pour le bois, pour chasser… Mais là, rien. Ou alors, le hasard faisait vraiment les choses contre moi et envoyait quelqu’un arpentait les sentiers d’un côté alors que j’étais de l’autre !! Bref, je me levais, espérant au moins que la journée ne serait pas trop longue. Comme chaque matin, je rejoignis le centre du village, avec toutes les autres fées, pour la répartition des tâches et tout le blabla habituel… La routine. Comme d’habitude, j’étais assignée au ramassage des myrtilles, mais cette fois c’était dans un endroit de la forêt que je connaissais assez peu. Non pas que je ne l’ai jamais exploré, mais je n’y étais allée que rarement. Là, ça devenait un minimum intéressant.

Enfin, après un petit déjeuner léger, je me dirigeais vers la zone qu’on m’avait attitrée, avec quelques autres fées, et mon panier. Une fois là-bas, nous commençons à ramasser les baies déjà tombées, comme toujours, pour ne pas gêner la nature et lui ôter ses fruits naissants. Les paniers n’étant pas particulièrement grands, nous avons vite terminé et retournons au village pour mettre en commun les produits récoltés. Ce après quoi, nous pouvons vaquer à nos occupations. Je décide, pour une fois, d’aller dans cette zone que je connais mal pour l’explorer. Peut-être aurais-je davantage de chances de croiser un humain là-bas ? Ou peut-être une créature pacifique… enfin, avec de la chance. Bref, je vole doucement jusque là-bas, et comme à mon habitude, je me pose sur la branche d’un arbre pour observer les lieux. Il s’agit d’un endroit relativement découvert et assez peu boisé finalement, en comparaison avec le reste de la forêt. Visiblement, peu d’humain viennent par ici, étant donné le nombre d’animaux que j’aperçois, cachés dans les fourrés. Je soupire en pensant que non, ce n’était peut-être pas ici que je rencontrerais quelqu’un.

Finalement, je m’assois sur le bord de la branche, les jambes balançant dans le vide et les yeux rivés vers le feuillage de l’orme sur lequel je suis assise. Quelques fourmis passent sur le tronc, me saluant… C’est très sociable comme insecte, pas forcément bavard, mais aimable et polis. Contrairement aux moustiques… Eux sont vraiment pénibles et brutaux. Enfin… puis, un scarabée vole doucement jusqu’à moi et se pose à mes côtés, comme pour attendre avec moi. Il ne parle pas beaucoup, mais je lui raconte un peu ce que je fais là et lui pose quelques questions sur sa petite famille, tout ça quoi… Et il finit par s’en aller, ayant sa petite vie à mener… oui, ça ne vit pas très longtemps un scarabée, mine de rien, alors autant qu’il fasse beaucoup de choses pour ne rien regretter !! Comment ça, vous pensiez que les humains étaient les seuls à pouvoir regretter et avoir conscience de ce qu’ils font ? Certainement pas… enfin bref. Et puis enfin, après quelques heures passées à parler aux coccinelles, regarder les feuilles pour ma nouvelle robe, et observer le ciel en rêvant de voler sans qu’un oiseau ne m’attrape, je finis par me lasser d’attendre… Mais en même temps, je n’ai pas envie de partir maintenant… Et si quelqu’un arrivait au moment où je pars ? Non… j’attends encore un peu, pleine d’espoir d’entendre des pas ou le cataclop d’un cheval.


Barral Warin & Niniel

CODE BY ANARCHY
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Barral Warin


∆ AVENTURES : 156

MessageSujet: Re: Une rencontre tant espérée! [PV Barral Warin]   Sam 24 Aoû - 11:10














  Une rencontre tant espérée
Les routes se poursuivent encore et toujours, sous la pluie ou le soleil aride, mais je les parcours d'un pied avide, avec l'impossibilité de retour. ~




Les sabots des chevaux martelaient le sol d'une foulée rapide, faisant trembler la terre et tapir les lapins dans leurs terriers. Leurs hennissements se faisaient entendre à plusieurs mètres, faisant battre encore plus vite le cœur du jeune homme courant devant. Il était vêtu d'une longue cape noire qui lui donnait maintenant chaud, d'une tunique et d'un pantalon noire, ainsi que de larges bottes usées. Son front était couvert d'une fine pellicule de sueur et il se maudissait intérieurement. Il tourna la tête pour regarder ce qu'il se passait derrière lui. Les cavaliers s'étaient rapprochés, et au vue de leurs lames effilées qu'ils tenaient dressées devant eux, l'accueil ne serait pas chaleureux. Pourquoi le serait-il d'ailleurs? Le jeune homme venait de voler une riche demeure à Castel-Blanc et s'enfuyait le sac remplie d'or mais aussi de nourriture. Il serait sans doute recherché maintenant, quoiqu'il doutait que quelqu'un ai réellement vu son visage. Le souffle court et les jambes commençant à faiblir, il vit au loin ce qu'il recherchait. Il allongea la foulée et resserra la prise sur son sac. Si ses calculs étaient bons, il atteindrait son but juste à temps et échapperait à ses poursuivants. Un sourire s'étira sur son visage fatigué. Vingt mètres. Le martèlement des sabots se firent plus pressants. Dix mètres. Il entendit un des hommes hurlait des ordres aux autres. Cinq mètres. Une flèche siffla à l'oreille du fuyard et entailla légèrement sa joue. Trois mètres. Deux mètres. Un mètre...

Le voleur s'engouffra dans la forêt de Clairval, sautant par dessus les troncs d'arbres et se frayant un chemin à travers les ronces. Puis il fila se cacher dans un buisson de genièvres et guetta les cavaliers. Ceux-ci s'étaient arrêtés à la lisière de la forêt et parlaient entre eux d'une voix légèrement angoissée. Les chevaux renâclèrent et l'un deux rua. Un des gardes avança avec sa monture pour regarder à travers les branches mais arrivée au premier arbre, la bête refusa d'aller plus loin et hennit de frayeur. Le vent se mit à souffler, faisant grincer les branches et soulevant les feuilles. Prit de panique, le cavalier de tête lança un bref ordre et ils repartirent vers la ville, laissant au jeune homme le temps de reprendre son  souffle. Haletant, il se mit à inspirer profondément, cherchant à retrouver son calme. C'était moins une. Il devrait songer à s'acheter un cheval s'il voulait que cette course poursuite ne se reproduise plus. Il appuya sa tête contre l'arbre et ferma les yeux, se laissant bercer par le chant du vent dans les feuillages, puis il se mit à rire doucement. La plupart des personnes n'étant jamais sorties de leur petite ville n'osait pas s'aventurer dans la forêt de Clairval. Il est vrai que beaucoup de rumeurs circulaient à son sujet, plusieurs chasseurs s'y seraient perdus et on ne les aurait plus jamais revus. Pour le jeune homme tout cela n'était que des contes de bonnes femmes pour effrayer les enfants et éviter qu'ils ne s'aventurent hors de leurs terres. Rien ne valait mieux que de voir de ses propres yeux s'il y avait vraiment nature à s'inquiéter. De plus il n'était pas quelqu'un de froussard, la peur ce n'est que pour les proies, si on a peur on passe de chasseur à chassé, de traqueur à traqué. Et la peur faisait commettre des bêtises.

Ayant repris son souffle, il se leva et regarda autour de lui. Bon. Cette forêt n'avait pas l'air d'être particulièrement terrifiante. Il regarda dans son sac et en sorti victorieux, un morceau de viande séchée qu'il mâchonna goulûment. Il saliva de plaisir. Enfin il avalait quelque chose de savoureux. Il fouilla de nouveau dans le sac pour en sortir une pomme d'un rouge éclatant qu'il croqua avec plaisir. Le jus coula le long de son menton. Rassasié, il ôta sa cape et la roula en boule avant de chercher un endroit convenable. Une fois trouvé, il s'allongea et posa la tête son son oreiller de fortune, Le sac sous le bras. Il avait bien l'intention de faire une petite sieste, l'endroit était calme, sec... Soudain il détourna la tête. Un bruit avait attiré son attention. Là. Le buisson sur la gauche. Il s'en approcha lentement. Le bruissement s'arrêta. Le jeune homme se décida alors à écarter les branches. Quelle ne fut pas sa surprise lorsqu'il tomba nez à nez avec un petit être de légende dont il ne soupçonnait pas l'existence jusqu'alors...



© Code de Phoenix O'Connell pour Never-Utopia
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
“ Invité ”

Invité

MessageSujet: Re: Une rencontre tant espérée! [PV Barral Warin]   Mar 3 Sep - 21:21




UNE RENCONTRE TANT ESPEREE

« Chaque fois qu'un enfant dit: "je ne crois pas aux fées", il y a quelque part une petite fée qui meurt. » ► James Barrie
Je commençais à m’ennuyer, sifflotant des airs de notre village, les jambes ballantes dans le vide. Soudain, un bruit se fit entendre. Pas quelque chose de très alarmant, mais plutôt… intéressant. Ce bruit fut suivit de voix d’hommes, et de quelques hennissements. C’était assez lointain, mais ils indiquaient la présence éventuelle de personnes dans la forêt. Puis, un groupe de moineaux s’envola, confirmant mon idée que quelqu’un ou quelque chose venait les déranger. Je me relevais rapidement, et voletais jusqu’à un arbre, un peu plus loin. Je ne voyais toujours pas pourquoi il y avait tant d’agitation, alors que quelques secondes auparavant, tout était si calme. Je volais encore un peu, restant dans l’ombre des feuillages, quand j’aperçus enfin quelqu’un. C’était un Homme, visiblement assez jeune, mais aussi essoufflé. Il était caché, et visiblement était celui qui avait amené les cheveux jusqu’à la lisière. Ceux-ci n’avaient pas essayé de pénétrer entre les branchages, comme si ils avaient peur de quelque chose. Pourquoi, cette forêt était loin d’être inquiétante… Ils finirent par s’en aller et le jeune homme seul sembla s’apaiser quelques peu. Il ne s’attarda pas dans son buisson et avança, s’engouffrant un peu plus entre les arbres. Je le suivais prudemment, me cachant dans les branches, dans les feuilles, restant le plus possible en hauteur pour ne pas me montrer tout de suite. Allais-je enfin oser aller le voir ?


Il sortit des choses de son sac, et commença à les manger, un air triomphant et bienheureux sur le visage. Je reconnu la pomme, mais ne comprit pas ce qu’était la chose rouge et étrange qu’il avait pris avant… bah, ça ne me regardait pas. Finalement, il s’installa dans le creux des racines d’un arbre, au calme, et posa sa tête sur sa cape, qu’il avait retirée et roulée en boule. Je l’observais quelques instants, alors qu’il fermait les yeux, et me décidais enfin à prendre mon courage à deux mains. J’allais enfin oser adresser la parole à un humain !! J’étais toute excitée. Je descendis de ma branche, faisant le moins de bruit possible, et me cachais dans un buisson non loin de lui. Je ne bougeais pas, sentant que l’excitation et le manque d’expérience allaient me faire faire une bêtise. Je l’observais encore quelques instants, avant de faire quelques pas au milieu des branches. Je… oups, l’une d’elles craqua, et je tombais de surprise, faisant remuer les feuilles. Le jeune homme rouvrit les yeux, dans ma direction. Peut-être ne m’avait-il pas vu ? Hum… il s’était un peu rapproché malgré tout… Je n’osais plus bouger, craignant la réaction qu’il pourrait avoir à ma vue. Peut-être avait-il déjà vu des fées ? Ou peut-être pas… quoiqu’il en soit, il est assez déconseillé à une petite créature dans mon genre de se promener seule et surtout de s’exposer aux regards d’autres créatures… disons, plus banales ? Sans pouvoirs particuliers ? Bref. Malgré le calme désormais environnant, il approcha sa main du buisson.


Les branches s’écartèrent, alors que je commençais à regretter d’être venue. Qu’allait-il me faire si je ne déguerpissais pas très vite ? Tant pis, j’allais bien le voir assez vite de toute façon… Je me fis toute petite et rabattis mes ailes, afin d’être assez discrète, quand le soleil éclaira enfin ma cachette. Le jeune homme écarquilla les yeux à ma vue, et ne dit d’abord aucun mot. Hum, visiblement non il n’avait jamais vu de fée. Pour le mettre à l’aise tout de suite et lui faire comprendre que je n’étais pas là pour lui jouer de mauvais tour, je lui adressais un grand sourire et déployais doucement mes ailes. Après quelques rapides instants passés à l’observer, je me décidais enfin à m’envoler, et stagnais à hauteur de son visage. Je dû me retenir pour ne pas tourbillonner dans les airs et pousser des cris de joies pour ne pas m’être faite écraser en un instant, et je pense que j’arborais un air relativement calme… oui, relativement. Finalement, lasse du silence qui avait déjà trop duré, je voletais jusqu’à son genoux, qui étais replié, et me posais dessus, ne prononçant qu’un mot, d’une voix qui se voulait rassurante. « Bonjour » Non pas qu’il avait quoique ce soit à craindre de moi, mais j’ai entendu dire que le propre de l’Homme est de prendre peur devant ce qu’il ne connait pas.


Barral Warin & Niniel

CODE BY ANARCHY
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Barral Warin


∆ AVENTURES : 156

MessageSujet: Re: Une rencontre tant espérée! [PV Barral Warin]   Jeu 19 Sep - 21:53














  Une rencontre tant espérée
Les routes se poursuivent encore et toujours, sous la pluie ou le soleil aride, mais je les parcours d'un pied avide, avec l'impossibilité de retour. ~



Quelle ne fut pas sa surprise lorsqu'il tomba nez à nez avec un petit être de légende dont il ne soupçonnait pas l'existence jusqu'alors...


D'environ quinze centimètres, les cheveux roux et le regard bleu, une petite créature ailée le fixait avec de grands yeux. Vêtue de feuilles, elle se fondait parfaitement dans son environnement. Le jeune homme la fixait, bouche entrouverte, légèrement ébahi.

- Qu'est-ce que... ?

Murmura t-il lorsque cette petite chose voleta jusqu'à son visage. L'espace de quelques secondes, il eut le réflexe de lever sa main et de l'agiter sous son nez comme pour chasser une mouche. La petite... Fée semblait-il, évita sa main, puis se posa sur son genoux, comme si de rien n'était, avant de le saluer de sa petite voix fluette. Toujours éberlué, le jeune homme mit quelques instants à comprendre ce qu'il se passait. Elles existaient... Les fées existaient. Ils se mit soudain à penser aux vieilles histoires que l'on contait sur ce pays. Étaient-elles vraies? Existait-il réellement des druides, des naïades, des elfes? Des personnes s'étaient-elles vraiment perdues ici et avaient péris? Curieux, il regarda de nouveau la petite créature. Pourrait-elle le renseigner? Lui faire découvrir son monde? Son pays? Ses coutumes? Il avait soif d'apprendre, et c'était la première fois qu'il rencontrait un être de légende. Cela ne devait pas arriver à beaucoup de monde ! Il voulait en profiter et découvrir la région de Clairval. Il ne l'avait jamais visitée. Sa décision prise, il s'intéressa à la petite chose qui le fixait intensément et prit le partie d'être courtois, même s'il resterait distant. Après tout, elle ne semblait pas bien méchante. 

- Euh... Bonjour? - hasarda t-il - Qui est-tu?



© Code de Phoenix O'Connell pour Never-Utopia

_________________
Rise a knight...
« Terre de l'ours et terre de l'aigle, tu nous a porté et bénis, terre dont l'appel berce nos nuits, nous rentreront par delà les montagnes...•• All of them. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

“ Contenu sponsorisé ”



MessageSujet: Re: Une rencontre tant espérée! [PV Barral Warin]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Une rencontre tant espérée! [PV Barral Warin]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» PC peu compétant ...
» Un simple POEME qui dit tant de notre SORT :Le loup et le chien
» Attention faire pipi en étant ivre pour être mortel...
» Tu m'aimes ? Tant mieux. Tu ne m'aimes pas, moi non plus.
» Bon ou mauvais, tant qu'on est loyal, on reste le même.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Hibéria :: 
Clairval
 :: Forêt des fées
-