Partagez | 
 

 MÉLISENDE + Je suis le serpent qui se glisse entre vos draps, le poison qui se glisse sournoisement dans votre vin...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Mélisende Dies


∆ AVENTURES : 7

MessageSujet: MÉLISENDE + Je suis le serpent qui se glisse entre vos draps, le poison qui se glisse sournoisement dans votre vin...   Lun 22 Fév - 18:10


Mélisende Dies
Don't Underestimate the strength of each
IDENTITÉ
Nom + Dies. Prénom + Mélisende. Surnoms + ici. Age + 34 ans. Lieu de naissance + Dans une petite chaumière à à Castel-Blanc. Métier / Occupation + Sorcière, maîtresse dans l'art de la fourberie et de l'assassinat. Lieu de vie + Une grotte d'Aprecombe. Pays / Groupe + Aprecombe. Orientation + Hétéro. Situation + Concubinage mais volage. Possession + Une bague. Une guilde ? + Elle travaille en solitaire. Pouvoirs particuliers ? Nécromancie et Métamorphose. Avatar + Héléna Bohnam Carter.
CARACTÈRE
+ Mélisende est avant tout une femme forte et froide. C'est une femme qui peut vous glacer d'effroi au premier regard. La folie guide souvent ses actes, mais elle n'agit que de son propre chef. Personne ne lui commande, et il est très rare qu'elle accepte sans rechigner un contrat. Elle n'acceptera d'assassiner pour quelqu'un seulement si elle y trouve un quelconque intérêt. Elle ne veut que s'amuser et provoquer le chaos autour d'elle. Le chaos. Il est le maître mot de sa vie. Rusée et fourbe, Mélisende cherche à provoquer le désordre partout où elle passe. Elle possède l'art et la manière de s'infiltrer où elle le souhaite afin d'y semer la confusion. Maligne, elle use de ses atouts et de sa sorcellerie pour semer le doute, la discorde et la peur dans l'esprit de ses proies. Elle aime exercer sa domination sur les esprits faibles, elle est manipulatrice et s'amuse à jouer avec les humains qu'elle trouve prévisible. Cruelle, elle agit sans vergogne pour arriver à ses fins. Elle peut agir telle une noble, mimant les manières des femmes stupides de la cour, gloussant, dansant et dînant à la table des nobles afin de se retrouver près de sa proie et l'empoisonner, par une simple mixture ou en abusant de son esprit. Elle peut être très patiente et s'amuse à jouer avec les autres. Elle est comme le poison s'infiltrant dans les veines. Doucement, lentement mais sûrement, elle s'insinue partout où elle passe, répandant son venin dans les esprits. Parfois colérique, elle entre très rarement dans une rage intense, mais méfiez-vous d'elle dans ces moments là, car c'est là qu'elle deviendra la plus machiavélique. Mélisende est en constante ébullition. Toujours à la recherche d'un plan pour détruire l'instable paix qui règne en Hibéria. Elle ne cherche pas à régner sur le monde, elle veut juste régner sur le chaos qui y régnera. Pas mauvaise joueuse, elle admettra tout de même ses torts et s'avouera vaincue, mais attendez-vous à ce qu'elle revienne à la charge à un moment ou à un autre...

+ Pouvoirs Nécromancie. Mélisende manie savamment les herbes afin de créer divers poisons, foudroyants ou non. Elle est maître dans l'art d'insuffler certaines maladies à ses proies. Elle est fourbe et discrète. Elle possède d'ailleurs une sublime bague poison, ornée d'un rubis, qui lui permet de glisser subtilement le poison dans un verre. Elle adore jouer avec les maladies, tout cela la fait rire, elle en devient presque folle de joie. Généralement, elle aime laisser trainer les choses pour insuffler le plus de douleurs possible à ses victimes.
Métamorphose. La sorcière sait se fondre dans le décor. Elle peut changer son physique, modeler son corps, son visage à sa guise afin de ne pas se faire repérer. Se transformer, prendre l'apparence de quelqu'un d'autre afin de commettre quelques mœurs, c'est un passe temps qu'elle adore. C'est un pouvoir perfide qu'elle use avec calcul. Elle adore par exemple, prendre l'apparence d'une noble pour se rendre à un bal et jouer avec de riches marchands, provoquer des cauchemars, jouer avec leur peur les plus profondes. Elle apprécie beaucoup moins de se transformer en animal mais le fait tout de même, préférant prendre l'apparence d'oiseaux, un corbeau ou encore une chouette.
Hier est derrière, demain est un mystère
+ Que la fête commence !

Petite fille née un soir de lune rouge sous le regard épuisé, soulagé, mais horrifié de ses parents. Tout le monde sait que la position des astres lors de ces nuits exceptionnelles implique un alignement si particulier qu’il est propice au mal. Le bébé se mit à pousser des cris, se tortillant dans tous les sens. Petit être faible, encore couvert de sang, il avait froid et ne comprenait pas ce qu'il se produisait. Pourquoi diable avait-il été arraché à ce petit cocon chaud et protecteur où il avait élu domicile? On l'emmitoufla tant bien que mal dans une petite couverture et on le redonna à la mère qui prit la petite fille dans ses bras avec un mélange de joie et de crainte. " Ne vous attachez pas à elle Madame, les enfants nés lors d'une lune rouge sont des êtres dangereux... " S'exclama l'une des voisines du couple qui l'avait aidé à accoucher. La porte s'ouvrit soudain à la volée, la coupant. Un prêtre se tenait sur le pas de la porte, plusieurs objets divers en main dont de l'eau bénite. Le tonnerre grondait au loin, et la pluie s'abattit avec violence sur la maisonnée. Le prêtre tendit un doigt accusateur vers la créature qui venait de naître. " MONSTRE ! ABOMINATION ! IL FAUT LA NOYER, L'ABANDONNER, LA TUER !!! " Le visage baigné d'horreur, il s'approcha de la femme et tenta d'arracher le bébé au sein de sa mère qui hurla de plus belle. Un éclair jaillit et le père profita de la confusion du prêtre, croyant qu'un démon leur rendait visite certainement, pour reprendre le nourrisson. Il repoussa l'homme dehors à l'aide de la sage femme et claquèrent la porte, le laissant à la merci de l'orage. La mère semblait scandalisée, mais tremblait surtout de peur en regardant le minuscule bébé se tortiller et hurler à plein poumon. Le père tenta de la rassurer. " Ça ira Maggie ne t'en fait pas. Il délire " Mais il ne croyait pas réellement en ses paroles. Les mythes et les croyances étaient bien ancrées dans le coeur des habitants des terres d'Hibéria, mais le père ne pouvait se résoudre à tuer son enfant. * Qui serait le monstre? * Pensa-t-il, las de toute cette agitation. Il finit par s'endormir. Le lendemain, ils trouvèrent le prêtre devant leur porte, les yeux grands ouverts, mort. Le père de Mélisende fut saisi d'effroi. Il se débarrassa du corps à l'aide de quelques autres villageois et rentra chez lui, le coeur battant. Il était certain que ce n'était pas un coïncidence, mais sa femme et lui décidèrent tout de même de garder l'enfant, en ayant la peur au ventre...

+ Vilain petit canard.

Petite fille joue dans le jardin, près de sa maison. Seule comme toujours. Peu de personnes ose l'approcher. On dit qu'autour d'elle il se passe toujours un tas de choses étranges. Les parents effrayés ne veulent pas que leurs enfants jouent avec elle, du coup elle s'amuse comme elle peut. Ses parents ne s'occupent pas vraiment d'elle, ils la nourrissent, la lavent, mais ne s'adonnent pas aux distractions. Délaissée, elle se retrouve à jouer dans l'herbe avec sa poupée de chiffon. Sa robe blanche et impeccable jure avec le fouillis désordonné que forme ses cheveux noirs. Elle arrache les brins d'herbe tandis qu'un corbeau se pose à ses côtés. Elle le caresse négligemment. Ce n'est pas la première fois que cet oiseau de mauvaise augure se pose à côté d'elle, c'est d'ailleurs aussi à cause de ces oiseaux que les villageois ont peur d'elle. Beaucoup la regarde d'un air peureux, voir méchant, cruel. Depuis ce jour où des enfants sont rentrés chez eux malades et terrifiés... Elle se souvient des enfants qui se moquaient d'elle, des coups, puis d'un seul coup de leurs cris lorsqu'ils commencèrent à vomir et à se couvrir d'étranges pustules... C'était étrange, mais elle s'était bien amusée. Deux longues bottes noires surgirent soudainement devant ses yeux et elle releva la tête. Un homme, grand et beau se tenait devant elle. Il y avait quelque chose d'étrange en lui, de loufoque même. Ses cheveux étaient frisés, en fouillis comme ceux de Mélisende, il portait un monocle et une chemise blanche. Et son regard, son regard noir était pénétrant. Il était jeune, il semblait avoir un peu moins de 20 ans. Mélisende le regardait, son ombre s'étendant sur elle. Il s'accroupit auprès d'elle, posant un doigt sur ses lèvres pour l'inciter à se taire, mais la petite fille de six ans ne pipait mot, absorbé par l'homme. Le corbeau vient se poser sur l'épaule de l'inconnu et il tendit la main vers elle. Le vent soufflait dans l'herbe, murmurant et caressant doucement la peau de la frêle jeune fille. Aucun mot ne fut échangé, il n'y en avait pas besoin. Tout se passa dans un long regard. Mélisende se leva, attrapa la main de l'homme et le suivit...

+ Dans l'ombre grandit la menace.

" Regarde Mélisende, tes pouvoirs sont magnifiques... " Elle regarde l'homme qui l'a enlevée des années plus tôt à sa famille, un sourire sur les lèvres. " Oui magnifique... Je comprend mieux pourquoi tous me traitaient de sorcière... " L'homme lui redresse la tête, la forçant à le regarder. " Ils ont été méchants avec toi, tu es mieux ici, avec moi n'est-ce pas? " Jeune demoiselle de quinze ans, elle hoche la tête, conquise et séduite, à la fois par l'homme et par ses pouvoirs qui se décuplent. " Quel gâchis cela aurait été, j'ai tout de suite vu quel potentiel tu avais... " Elle sourit, fière d'elle. Depuis que la jeune fille est avec Théodovan, tout va pour le mieux. Elle apprend à manier ses pouvoirs, à en faire sa plus grande force. Bien sûr tout ne va pas pour le mieux. Il y a des hauts et des bas, cet homme est instable, fou, dangereux, mais il est aussi tendre et généreux. Il lui apprend tout son savoir, lui montre à quel point le monde est ignoble. Et ce faisant l'entraîne dans les profondeurs du Mal... Mais Mélisende apprécie beaucoup cette noirceur, elle aime la sentir l'envahir, la gagner. Elle lui fait perdre pied, lui fait tourner la tête, l'emmenant encore et toujours plus dans les profondeurs abyssales de la folie...

+ Leur vie ne tient qu'à un fil.

" Très cher, vous m'en verrez ravis ! " Elle s'esclaffe d'un rire faux, jouant et faisant des manières. Elle est à la table d'un noble de Castel-Blanc et s'apprête à semer le chaos. Elle a bien changé la petite fille de six ans. Aujourd'hui demoiselle de vingt ans, elle se dissimule habillement. Ses cheveux d'habitude noirs et emmêlés sont rassemblés en un magnifique chignon soigneux de couleur or. Ses pommettes sont colorés d'un rose pâle et ses yeux sont devenus verts. Elle porte une magnifique robe de satin et de velours bleu nuit mettant en avant un superbe décolleté. L'homme assis en bout de table la dévore du regard et elle lui lance un regard charmeur. Le piège se referme... " Bien. Les affaires m'appellent, excusez moi, nous nous retrouverons ce soir. " L'homme se lève et sort de la pièce. Mélisende attend que le reste de l'assemblée se dissipe pour se mettre à sa recherche, sous l'oeil attentif d'un autre noble aux cheveux roux qui la regarde partir avec un sourire cruel aux lèvres. Elle retrouve le jeune homme brun dans sa chambre. " Vous savez disperser la foule quand l'envie vous prend Seigneur... " L'homme se tourne vers elle, deux verres d'alcool en main et lui tend le vin. " Je serai un piètre noble si je ne réussissez pas à faire sortir ces personnes de mon domaine, non? " La sorcière sourit et boit une gorgée de vin avant de s'approcher de l'homme, mettant sa poitrine en avant en la gonflant légèrement. " Si vous étiez un piètre noble je ne serais pas là... " Murmure t'elle à l'oreille de l'homme en s'humectant les lèvres pour les faire paraître brillante. Le riche propriétaire reposa soudainement son verre avant d'éteindre la jeune femme avec force, embrassant et mordant ses lèvres avec férocité. Il la poussa sur le lit avant de la rejoindre, le regard brillant de désir. La femme gloussa et le repoussa, se mettant au dessus. " Je crois mon cher, qu'un peu plus de vin nous ferait du bien... " Elle se lève, attrape la carafe et en verse deux nouveau faire tout en faisant tourner sa bague d'un geste nerveux. " Vous semblez bien impatiente ma Mie. N'ayez crainte cela ne fait guère mal. " La femme revient et retourne s'assoir à califourchon sur l'homme, verre en main. " Oh je n'ai pas peur, je crois que vous serez à la hauteur de mes attentes... " Elle se penche vers lui afin de verser le liquide d'un rouge sang dans la bouche de l'homme qui porte ses mains à ses seins. Pendant quelques secondes, il sembla ravit de ce qu'il touchait, puis soudain, son visage changea. Son visage devint pâle, ses lèvres bleuirent et le blanc de ses yeux se teinta de rouge. La femme se mit à rire froidement, et se débarrassa des mains baladeuses de l'homme. " Oui vous serez parfait... " Elle referme le capuchon de la bague qui lui sert à cacher le poison et elle se penche à nouveau sur lui, l'embrasse et lui souffle dessus afin de lui injecter le reste de la maladie. Puis elle se releva et reprit son aspect habituel, ses cheveux et ses yeux redevenant noirs, sa robe devenant celle d'une simple femme de ménage. Elle éclata d'un rire sonore devant le regard épouvanté du noble et sortit de la chambre après avoir vérifié que personne ne passait dans le couloir. Sortir du domaine fut facile, très facile, et elle retrouva les ruelles marchandes avant bonheur. Un bras surgit soudain et elle fut entraînée dans une ruelle sombre avent d'être brutalement projetée contre le mur, son agresseur la plaquant contre les pierres et l'une de ses mains restant plaquée sur sa gorge. " Alors, comment cela s'est-il passé? " La brune sourit, narquoise. " Très bien rassure toi, il ne devrait plus vivre longtemps " Tous deux se regardent pendant quelques secondes avant de se jeter l'un sur l'autre. L'homme plaqua sa bouche rageusement sur celle de sa maîtresse avant de se redresser. " Le roux ne te va pas au teint mon amour, il va falloir remédier à cela... " Théodovan caressa délicatement les courbes de Mélisende, mais avant de répondre, la cloche se mit à sonner. " Viens, ils ont dû découvrir le corps, il nous faut partir. "

+ Le monde est en paix... Mais pas pour longtemps !

Voilà maintenant dix longues années qu'elle sillonne les terres d'Hibéria. Parfois seule, parfois avec Théodovan. Plus cruelle, plus rusée, plus maléfique, la jeune femme gagne de jour en jour plus de pouvoir. Elle sème la chaos partout où elle va, tuant, insufflant maladies et cauchemars à ceux dont elle croise le chemin. Théodovan bien que fier d'elle, semble parfois la craindre, surtout qu'entre eux, leur relation est chaotique. Deux fous, deux personnalités dangereuses, cela créé parfois des étincelles. Ils s'aiment autant qu'ils se haïssent. La passion les enflamme, mais leur goût prononcé du Mal et du Chaos s'infiltre jusque dans leur couple...
Le petit geek derrière son écran !
Pseudo + Némé. Ton âge + 2X années. Comment as-tu découvert le forum ? + ici. Présence + 7/7 jours. Un message ? + :06: .
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

MÉLISENDE + Je suis le serpent qui se glisse entre vos draps, le poison qui se glisse sournoisement dans votre vin...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Wanji - Je suis le serpent de ta vie. [FINI]
» Tableaux de la sacristie
» Noob, je suis un noooob!
» ATTENTION K-PLIM JE SUIS CONTRE TOUT RECYCLAGE DE RENE CIVIL...JWET SE JWET ...
» Salazar le Seigneur-Serpent. (UC)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Hibéria :: 
Nos héros
 :: Les héros de ce monde !
-