Partagez | 
 

 Don't leave me now (Judd)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Aliénor Dastan


∆ AVENTURES : 65

MessageSujet: Don't leave me now (Judd)   Mer 13 Mai - 10:13

Don't leave me now
Don't leave me now. Leave me out in the pouring rain. With my back against the wall. Don't leave me now. Leave me out with nowhere to go. And the shadows start to fall. Don't leave me now. Leave me out on this lonely road. As the wind begins to howl. Don't leave me now.

La partie de pêche remontait à près d'une semaine maintenant et Judd n'était pas du tout revenu me voir au Haras, il n'était même pas revenu voir Crindombre. J'avais eut pour projet de lui rendre visite, j'avais peur qu'il ne soit tombé malade à cause de notre bain dans la rivière, mais je n'avais pas pus mettre se projet à exécution tout de suite. En effet, soudain je me retrouvais avec un boulot monstre, entre les leçons d'équitation pour l'elfe, gérer le Haras, mais j'avais eut aussi une de mes juments qui avait mis-bas, j'avais donc du veiller sur le poulain durant de longues heures. Le temps avait donc filé à une vitesse folle et se n'est qu'après quelques heures de sommeil que je me rendis compte que l'absence de Judd était vraiment étrange, il ne venait pas me voir tous les jours quand il était là, mais il ne laissait que très rarement passer une semaine entre chaque visites. De plus, il m'avait promis avant de partir ce soir là, je venir rapidement pour revoir Crindombre. Son cheval allait d'ailleurs beaucoup mieux, il trépignait même d'impatience dans son box. Son maître et la route lui manquait de toute évidence. C'est pourquoi après un solide petit-déjeuner, j'allais préparer le cheval, le scellant afin de le ramener à son propriétaire. Alma ? La jeune femme sortit de la maison, me regardant avec interrogation. Je vais rapporter Crindombre à Judd et récupérer Gaya, je serais de retour dans la journée. Une lueur que je ne saurais déterminer passa dans son regard, mais elle finit par hocher la tête et après un sourire je guidais ma monture vers la sortie du Haras. Le trajet n'était pas long pour aller chez Judd, il habitait la vieille maison de ces parents, ces derniers travaillant pour ma famille, ils s'étaient établie à environ 20 min de marche du Haras. Le beau temps de la semaine dernière nous avait quitté, je remontais la capuche de ma cape de voyage et me laissait presque guider par Crindombre qui avait compris qu'il rentrait à la maison.

Sur le chemin je pensais à Alma, elle était arrivée après la mort de mes parents, elle venait de la Capitale et elle avait entendu que peut être elle pourrait m'être utile et effectivement, elle m'avait été d'un grand secours. Prenant soin de la maison et de moi , s'assurant que je pensais bien à manger et surtout m'écoutant parler de tout et de n'importe quoi et souvent de Judd d'ailleurs. Au fil des années, j'en étais venue à la considérer comme un membre de ma famille, comme une amie et même si je n'entrais pas dans les détails, elle avait d'elle même deviner les tendres sentiments que j'avais pour le jeune homme. Je fermais un instant les yeux, pendant quelques secondes, le souvenir de sa main sur ma hanche et de ces lèvres le long de ma peau avait fait accélérer mon cœur, bien sur je savais qu'il ne l'avait pas fait parce qu'il m'aimait, mais pour gagner ce stupide jeu, lui ne m'aimait pas, j'étais une simple amie pour lui. Cette constatation me fit me serrer mon cœur et je soupirais alors que la maison de Judd apparaissait déjà au lien, je souris en coin, caressant l'encolure de Crindombre. Je crois que je ne suis pas la seule à être pressée de le revoir. Alors je lâchais la bride et il partis au galop pour finir les derniers cent mètres. J'arrivais dans la cour de sa petite propriété, je descendis du cheval et l'emmenais aux écuries ou rapidement je le descellait, le remettant dans son box, je me rendis compte que Gaya n'était pas là, il était surement partit se promener et rentrerait bientôt. En attendant, je rentrais dans la maison, j'enlevais ma cape dégoulinante d'eau et me rendit près de l'âtre où je ranimais le feu, savourant sa chaleur en attendant le retour de Judd.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Judd Bragolan


∆ AVENTURES : 83

MessageSujet: Re: Don't leave me now (Judd)   Mer 13 Mai - 13:16


Don't leave me now...
Aliénor et Judd


Il était parti triomphant, le sourire aux lèvres et satisfait de sa visite, laissant la porte ouverte il avait simplement repris son cheval et s'était éloigner de la propriété. J'avais suivi son ombre du regard du regard jusqu'à ce qu'elle disparaisse dans les ténèbres de la nuit, j'avais même fixer l'horizon un moment avant de me résoudre à bouger pour fermer la barrière à l'extérieur, puis à claquer la porte de la maison...avant de me laisser tomber dans le vieux fauteuil de mon père. Celui dans lequel il avait prit l'habitude de s'écrouler, tous les soirs après le repas lorsqu'il achevait une grosse journée de travail. Comme lui, il m'arrivait bien souvent de m'y endormir bercé par la lente danse des flammes de la cheminée...mais ce soir, peu importe la lassitude, la fatigue. Je savais que je ne parviendrais pas à fermer l’œil. L'ombre des paroles de Hopes planait encore dans mon esprit, et elles n'étaient pas prête de me quitter. Je réalisais finalement après la discussion que j'avais eu avec Aliénor quelques jours auparavant, qu'elle avait eu raison d'avoir peur de cet homme. Il était bien décider à obtenir ce qu'il voulait, peu importe les moyens employés. Il s'était imaginer une idylle entre elle et moi, il avait tenter de me faire assassiner et aujourd'hui, voilà qu'il menaçait de révéler ma véritable identité à Aliénor. Pire, il menaçait aussi de la tuer si cela ne suffisait pas. & peu importe que désormais, elle ne me serve que de couverture...pour une obscure raison, je ne tenais pas à ce qu'elle apprenne qui j'étais, qu'elle sache pour mes activités. Je savais qu'elle se figerait d'horreur, qu'elle poserait sur moi un regard affreux et que je serais contrains de m'éloigner définitivement. Chose à laquelle je ne tenais pas. Je tenais à sa vie, plus qu'a sa présence. Ce fut finalement le sujet des sentiments de la jeune femme qui me vint à l'esprit ensuite … avait-il tout inventer ? Avait-il imaginer quelque chose ? Ou étais-ce simplement la vérité ? Une vérité que j'avais été bien incapable de voir tout simplement parce que c'était bien loin de mes préoccupations. Il me fallu alors me repasser des brides de vie, des moments, des attitudes, des paroles et tout cela dura des heures et des heures. La dernière conversation qui me revint en tête fut celle que nous avions eu sur le mariage, lorsqu'elle avait négligemment lancer sur la table l'idée que je l'épouse moi-même afin qu'elle échappe à Hopes. Je réalisais que si j'avais tout fait pour éloigner cette idée de son esprit, elle avait de son côté tout fait pour repousser toutes mes autres propositions, comme si ce mariage était tout ce qu'elle voulait, rien d'autre. L'aube était arrivée. J'avais tourner le regard vers la fenêtre déjà baigner par quelques rayons solaires...un lourd soupire avant retentit dans la pièce, et j'avais finalement quitter le fauteuil pour me plonger dans le travail et oublier.

Une semaine avait passer, et peu importe la fatigue, peu importe le manque de sommeil...je me tuais à la tâche. L'idée de repartir me traversait l'esprit chaque jour, pourtant je n'avais pas pris la peine de récupérer Crindombre et la possibilité que je reparte me complaire au milieu des ombres qui m'allaient finalement si bien était bien loin. Il allait bien falloir que j'y aille, mais je savais que comme d'habitude j'allais être retenu là-bas ; et que je prendrais donc le risque de voir mon secret dévoilé ou pire, la vie d'Ali menacée. Je m'occupais donc l'esprit autrement, entreprenant les travaux dont la demeure avait besoin depuis des années, coupant et rangeant le bois qui devait l'être dans la cour, nettoyant la grange et l'étable. Aujourd'hui, c'était le marché qui m'avait servi d'occupation et j'avais quitter la maison dans la matinée et ce n'est que peu avant l'heure du déjeuner que j'avais regagner mon chez moi. La barrière était ouverte et aussitôt la colère monta. Si c'était encore Hopes, cette fois il était clair qu'il ne sortirait pas de chez moi vivant...mais cette afflux d'adrénaline retomba rapidement. Crindombre était là, dans son box. Descellé. Je tournais alors mon regard vers la porte de la maison et un soupire s'échappa de mes lèvres. Je priais pour qu'elle ne soit plus là … qu'elle soit repartie d'une manière ou d'une autre en ne me voyant pas chez moi. Je retirais alors la capuche de ma cape trempé et entrait rapidement...avant de me figer. Je sentis mon cœur rater un battement, à croire que les paroles de Hopes avaient réussi à me faire réagir d'une bien étrange manière. Mon cœur se serra, lorsque son regard se posa sur moi et qu'un sourire ravie se dessina sur ses lèvres. J'avalais difficilement ma salive, me détournant d'elle pour accrocher ma cape dans un coin afin qu'elle sèche. « Qu'est-ce que tu fais là ? » lâchai-je. Si elle commençait à venir d'elle-même, elle n'allait pas me faciliter la tâche. Il fallait qu'elle parte, et vite. Pour sa sécurité avant tout, et pour ça...j'étais prêt à tout. « Je n'ai pas de temps à t'accorder. » Voilà que je me montrais froid, sec, presque violent dans mes paroles...peu importe que ce simple fait soit en train de me déchirer le cœur. Je ne faisais que finir d'achever mon âme après tout.

_________________
It's like a dark paradise.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Aliénor Dastan


∆ AVENTURES : 65

MessageSujet: Re: Don't leave me now (Judd)   Mer 13 Mai - 21:19

Don't leave me now
Don't leave me now. Leave me out in the pouring rain. With my back against the wall. Don't leave me now. Leave me out with nowhere to go. And the shadows start to fall. Don't leave me now. Leave me out on this lonely road. As the wind begins to howl. Don't leave me now.

Je n'étais pas restée très longtemps à l'attendre, je m'étais réchauffée un instant auprès du feu, puis histoire de m'occuper les mains j'avais décidé de lui préparer quelque chose pour son repas, il n'aimait pas cuisiner, ça je le savais alors un plat préparer par mes soins lui ferait surement plaisir. J'avais rapidement préparer un ragoût, sa mère en faisait des divins, je me souvenais toujours quand elle en ramenait au Haras, le gout délicieux qu'il avait, je n'avais jamais réussit à en faire un aussi bon qu'elle et pourtant, se n'était pas faute d'avoir testé d'innombrable recette, parfois avec des résultats catastrophique. J'étais donc en train de mélanger ma préparation quand j'entendis Gaya dans la cours. Je reconnus sa manière de trotter et de s'ébrouer, je ne pus m'empêcher de sourire. Je me redressais alors et le regardais alors qu'il entrait dans la maison dégoulinant d'eau de pluie. Il ne devait pas être dans un de ces bons jours, cela lui arrivait parfois, mais généralement, il finissait toujours pas se détendre. Alors quand il me demanda ce que je faisais làCrindombre était pressé de retrouver son maitre, alors je me suis dis que comme il avait retrouver la forme, alors je pouvais te le ramener. Il restait toujours très calme quand je lui parlais, il était habituer à mon babillage et généralement, il me laissait papoter sans rien dire, mais au moins, il me regardait, là, on aurait dit qu'il faisait tout pour ne pas poser ces yeux sur moi. Je m'éclaircis alors la gorge, sentant la tension qui émanait de lui sans la comprendre, je m'essuyais les mains sur mon tablier.  

Je clignais rapidement des yeux et fis un pas en arrière, quelques soit le moment où je remontais dans mes souvenirs, jamais Judd ne m'avait parler sur ce ton, il s'était parfois montrer sec parfois froid, mais jamais il n'avait montrer tant de retenu, de violence et de colère dans ces mots. Je ne sus pas tout de suite comment réagir, remettant une mèche derrière mon oreille, j'essayais de comprendre ce que j'avais pus faire qui le mette dans un état pareil, malheureusement, je ne voyais rien. Il me regardait fixement cette fois, mais je n'y retrouvais pas mon Judd, l'homme en face de moi, était dur, froid et distant et je me rendis compte que je ne connaissais pas cette facette de lui. J'ai préparé du ragoût en t'attendant, je me suis dis qu'avec ce temps un plat chaud en rentrant te ferais plaisir. Mon ton n'était déjà plus le même, moi qui parlait toujours rapidement, chaleureusement et sans réserve, je faisais à cet instant tout le contraire, je me décalais d'un pas pour lui laisser voir la marmite qui était encore en train de faire mijoter mon plat. J'avalais alors ma salive, je ne savais pas quoi faire, j'avais perdu en une seconde l'assurance que j'avais habituellement avec elle, mon regard était interrogatif, que s'était-il passé pour qu'il réagisse ainsi, il savait qu'il pouvait tout me dire, je ne me serais pas moquer de lui, alors d'une petite voix fluette je finis par prendre mon courage à deux mains. Est-ce qu'il y a un problème ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Judd Bragolan


∆ AVENTURES : 83

MessageSujet: Re: Don't leave me now (Judd)   Mer 13 Mai - 21:53


Don't leave me now...
Aliénor et Judd


C'était à se demander si quelqu'un, quelque part ne jouais pas avec mon destin pour le rendre le plus sombre possible en me retirant toutes les choses qui faisait que je parvenais à rester humain une à une. Il y avait eu mes parents, et leurs disparitions m'avaient tout simplement anéanti. Je n'avais pas su me montrer fort, comme n'importe qui. Je n'avais pas su faire face au deuil et à la perte, non, je m'étais laisser dévorer par la haine, la colère et la peine et j'avais surtout laisser mon désir de vengeance me guider. Finalement, Aliénor était la seule pour laquelle j'avais conserver une partie de moi-même. Oh, j'avais beau toujours me dire qu'elle n'était là que pour me servir de couverture, ce genre d'âneries, il fallait être idiot pour ne pas se rendre compte qu'elle occupait une place dans ma vie...et c'est pour cette raison que jamais au grand jamais je n'avais montrer devant elle une once de méchanceté. De la mauvaise foi, sûrement. Oui. J'avais souvent bouder aussi, bougonner, ronchonner. Mais jamais je n'avais été mauvais, ou cruel comme je venais de l'être en lui signifiant de la pire des manières qu'elle n'était pas la bienvenue chez moi. Mon cœur avait comme cesser de battre, lorsque mes mots avait franchi la barrière de mes lèvres, et j'avais cru mourir en entendant sa voix défaite me répondre, en la voyant m'indiquer qu'elle avait simplement prit le temps de me préparer à manger...pour moi. J'avais sans doute blêmi, lorsque mon regard s'était posé sur la marmite, et mon visage était sans doute devenu une ruine lorsque sa petite voix, presque effrayée m'avait demander s'il y avait un problème. … un problème ! Si seulement il n'y en avait eu qu'un. Il y avait Hopes, oui. Ses menaces. Il y avait le risque de voir mon secret révélé, ou pire de voir sa vie s'envoler. Et puis, il y avait toutes les questions sans réponses que les révélations de l'homme avaient provoquées. Ces histoires de sentiments et d'amour, auxquelles je n'avais pas cru mais auxquelles j'avais tout de même pris le temps de réfléchir. & finalement voilà que j'y repensais maintenant. Il suffisait de la regarder et de l'écouter pour comprendre que tout ce que Hopes avait pu déblatérer était la stricte vérité.

Ma main passa sur mon visage humide. Pour une fois je ressentais le besoin de parler ! De lui parler. J'avais envie de lui dire les choses, de la faire parler de moi-même. De lui poser des questions et de tout lui raconter. Pour une fois, oui...et voilà que c'était tout bonnement impossible. Non, je ne pouvais pas tout lui dire. Tout simplement parce que je savais que rien qu'une bribe de tout ça, suffirait pour qu'elle fasse un scandale, et que ce scandale était maintenant susceptible de lui coûter la vie. Il n'y avait pas d'autres altérative maintenant, que de la faire partir de cette maison...et si le Judd qu'elle côtoyait habituellement lui aurait sûrement demander de partir, simplement après l'avoir remercier pour le ragoût, celui qui se faisait appeler Brag lui serait bien moins aimable. Malheureusement, c'était de ce dernier dont j'avais besoin à cet instant. Il fallait que je frappe fort, que je la blesse, que je creuse profond s'il le fallait pour toucher ce qu'il y avait de plus  fragile en elle...un comble quand on savait que finalement, je faisais tout ça pour son bien. « Pars. » lâchai-je finalement. « Vas t'en. Je n'ai pas besoin d'une seconde mère. » continuai-je en m'asseyant pour retirer mes chaussures humides. J’espérais que le lui ordonner de cette manière était suffisant...pourtant, elle n'avait toujours pas bouger d'un millimètre. « C'est toi le problème ! Je ne suis plus un enfant, cesse donc de passer ton temps à me materner comme tu le fais...je suis bien mieux seul. »

_________________
It's like a dark paradise.


Dernière édition par Judd Bragolan le Jeu 14 Mai - 10:30, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Aliénor Dastan


∆ AVENTURES : 65

MessageSujet: Re: Don't leave me now (Judd)   Mer 13 Mai - 22:25

Don't leave me now
Don't leave me now. Leave me out in the pouring rain. With my back against the wall. Don't leave me now. Leave me out with nowhere to go. And the shadows start to fall. Don't leave me now. Leave me out on this lonely road. As the wind begins to howl. Don't leave me now.

Je le regardais intensément, sans bouger, je n'étais surement pas la cause de tout cela, il avait dut passer une mauvaise journée au marché, en plus avec la pluie, cela n'avait pas du arranger les choses, je voulais croire qu'après un bon repas tout irais mieux. J'avais le coeur battant, j'avais du mal à respirer alors que je le fixais, je le savais les yeux douloureux. Car à cet instant j'avais peur, peur de le perdre, peur de me retrouver seul alors qu'il était mon seul point de repère depuis la mort de mes parents. Pour moi, plus que l'homme dont j'étais tombée amoureuse, il était ma seule famille, de mon passé, je n'avais plus que lui et je ne voulais pas le perdre, je ne pouvais pas tout simplement tirer un trait sur lui et alors je n'aurais plus rien. Je respirais profondément, pour essayer d'enlever la tension qui subitement m'enserrait le torse, mais je ne réussis qu'à sortir une sorte de respiration coupée et difficile. Il m'aurait gifler que cela aurait surement été moins douloureux que sa demande de me voir partir. Et surtout moins étrange que de me voir comparé à une seconde mère, je ne pensais pourtant pas faire ça. Quoi ? J'avais murmurer pour moi, je n'éprouvais à cet instant que de l'incompréhension. D'ailleurs j'étais figée sur place tentant désespérément de comprendre d'où venait le problème, mais le soucis, c'est que jamais je n'avais chercher à réellement le materné, je voulais juste lui faire plaisir, il venait de lui même me demander des services et c'était souvent que je cuisinais pour lui, mais jamais je n'avais pensé un instant que je pourrais le materner, l'idée en elle-même me semblait ridicule. J'allais d'ailleurs lui dire quand il ouvrit de nouveau la bouche et ma phrase resta coincé dans ma gorge.

J'étais le problème, j'avais donc bien fait quelque chose de mal et tout cela mêler au ton de sa voix, je sentis mes yeux s'humidifier, mon cœur battait de plus en plus vite comme s'il essayer de battre un record, alors que je le sentais se fendiller petit à petit. Je ... je suis désolée d'accord, je ... je ne pensais pas que je te donnais cette impression. Je fis quelques pas vers lui avant de m’arrêter hésitante, je ne savais pas comment réagir, mais je ne comptais pas le laisser me chasser de sa maison, peut être de sa vie, juste avec l'excuse que je lui faisais penser à sa mère, pourtant, moi qui avait toujours été si naturelle avec lui, parfois trop, je ne savais plus comment m'y prendre, je me sentais une petite chose craintive devant lui. Un instant une image terrible passa devant mes yeux, mais là je me sentais comme lors des visites de M. Hopes, je me sentis mal car je ne voulais pas ressentir la peur et le malaise en compagnie de Judd, je ne pouvais pas. Je ne veux pas que tu sois en colère contre moi, je .... Je me mordis alors brutalement la lèvre, un instant j'avais faillit tout lui révéler, j'avais faillit lui dire je t'aime, ce qui aurait été inconvenant et totalement hors propos. Il m'avait chamboulé, il avait fait surgir de tel sentiment négatif qu'un instant, j'avais voulu pouvoir tout arranger d'un claquement de doigt. Je n'étais qu'à deux ou trois pas de lui, pourtant j'avais l'impression qu'un fossé immense nous séparait. La douleur devait se lire dans mes yeux alors que je retenais plus que difficilement mes larmes alors qu'en face de moi, Judd restait complétement impassible. S'il te plait, pardonne moi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Judd Bragolan


∆ AVENTURES : 83

MessageSujet: Re: Don't leave me now (Judd)   Jeu 14 Mai - 10:49


Don't leave me now...
Aliénor et Judd


J'en ai été déjà à un stade critique pour moi. J'avais clairement dépasser les limites, et je pouvais clairement voir à son expression que ça avait fait son chemin. Elle semblait atteinte. Touchée. Ses yeux brillaient, comme si elle pouvait se mettre à pleurer n'importe quand maintenant...et je n'étais pas certain de parvenir à la regarder pleurer tout en continuant à la jeter de la plus odieuse des manières. Il fallait qu'elle quitte cette maison, je ne cessais de me le répéter. Elle ne pouvait pas rester là...et pour la faire sortir j'inventais toute sorte de choses. « Me materner. » Je savais bien que ce n'était pas ce qu'elle faisait...en réalité, j'avais toujours beaucoup apprécier qu'elle prenne le temps de s'occuper de moi. J'allais même de moi-même le lui demander … et voilà que me mettait à le lui reprocher.

Sa voix était à présent à peine audible. Je pouvais de là où j'étais percevoir le tremblement de son corps et pourtant, je ne pouvais pas m'arrêter là. Elle commença par s'excuser, comme si ce simple fait suffirait à me calmer et à me faire changer d'idée. Comme si quelques mots de sa part allait arranger les choses et reboucher le gouffre que je m'appliquais à creuser entre nous ce soir. « Arrêtes. » sifflai-je. Autant pour lui demander de se taire que pour la faire cesser de s'excuser de cette manière alors qu'au final, elle n'était qu'une innocente victime de la folie et du désir trop ardent d'un homme de pouvoir. « Je ne veux plus rien entendre. » Pourtant, elle continua. Des excuses, presque des supplications pour que je cesse dans cette voie et que je redevienne celui avec lequel elle avait été pêcher une semaine auparavant. La situation était en train de me détruire...autant que j'étais en train de la détruire. Comme si dans la souffrance, je réalisais finalement qu'elle représentait beaucoup plus pour moi que je n'aurais pu l'imaginer un jour. « Arrêtes de pleurnicher ! » criai-je ! « Épargne moi au moins ça. » Je me levais alors brutalement de ma chaise. Elle s'était avancée et j'avais besoin de remettre de la distance entre nous, un maximum de distance. « Tu n'es plus une enfant ! Nous ne sommes plus des enfants...pourquoi ne cesses-tu dont pas de faire comme si c'était le cas ? Pourquoi est-ce que tu continues de venir vers moi alors que je fais tous les efforts du monde pour te montrer que rien de ce qui te compose ne m'intéresse le moins du monde ? » C'était dur. J'atteignais des extrêmes cette fois. J'avais toujours menti pour la préserver, voilà que mentais pour tout le contraire aujourd'hui. Mes poings se serrèrent, pas sous la colère non...je savais que je serais bien incapable de lui faire le moindre mal. C'était sous la douleur. La douleur qui s'étalait dans ma poitrine, celle qui m'arrachait la gorge ou encore qui me tiraillait les entrailles. « Tu ne mérites même pas ma colère. Je ne supporte plus ta présence. Alors vas-tu enfin m'écouter, pour une fois dans ta vie et partir de chez moi ? » Énième demande, et j'espérais de tout cœur que cette fois, elle prendrait la peine d'obéir, qu'elle fuirait d'ici pour ne plus y revenir. Qu'elle fuirait loin de moi pour m'éviter de continuer à lui dire ces horreurs et ces mensonges...

_________________
It's like a dark paradise.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Aliénor Dastan


∆ AVENTURES : 65

MessageSujet: Re: Don't leave me now (Judd)   Jeu 14 Mai - 13:42

Don't leave me now
Don't leave me now. Leave me out in the pouring rain. With my back against the wall. Don't leave me now. Leave me out with nowhere to go. And the shadows start to fall. Don't leave me now. Leave me out on this lonely road. As the wind begins to howl. Don't leave me now.

Je m'étais rapprocher de lui tout en tentant de l'apaiser, je ne voulais pas croire que j'étais la cause tout cela, même quand il m'ordonna de me taire, d'arrêter, j'avais continuer m'excusant pour un comportement qui ne m'avait jamais sembler le déranger avant. J'arrivais tant bien que mal à retenir mes larmes, même si ma voix elle était tremblante, je n'avais pas craquer. Pourtant quand soudain, il se mit à me crier avant de se lever et de s'éloigner, je sentis une larme rouler le long de ma joue. D'ailleurs je lui tournais un instant le dos, non pas que je voulais accéder à sa demande, mais parce que je n'aimait pas que les gens me voient pleurer, mon père m'avait éduquer en m'apprenant que les larmes n'étaient qu'un signe de faiblesse et il voulait avoir une fille forte alors je me tournais et me mordillais la lèvre pour retenir ces fichues larmes. Pourtant, ma position et mes épaules qui étaient secoué, ne pouvait être qu'un signe évident pour lui de mes pleurs. Il aurait pu s'arrêter là, il m'avait blessé, j'avais compris qu'il ne voulait plus que j'interfère ainsi dans sa vie et je viendrais moins le voir, je serais plus distante, même si cette idée me rendait malade. Pourtant, il était loin d'en avoir finit, comme si ce soir, tout ce qu'il pouvait me reprocher avait décidé qu'il était tant de sortir. La fin de sa tirade pourtant brisa mon cœur, mes larmes ruisselèrent sur mes joues, je ne l'intéressait pas le moins du monde, il ne m'aimait pas et même si je m'en doutais j'avais toujours espérer qu'il ne voulait tout simplement pas se l'avouer. Je savais que je m'accrochais à notre enfance, à notre relation alors qui était si simple à cet époque, en faite, mon enfance fut la période la plus heureuse de ma vie, ensuite ne vint que drame et deuil et oui je m'accrochais à nous à cette période car cela me permettait de garder le sourire. Pourtant, il venait de jeter tout cela à la poubelle.

Je respirais profondément, espérant qu'il en avait terminé, peut être alors j'aurais trouvé la force de bouger, de lui faire face, de lui dire adieu et alors laisser le temps faire son œuvre pour la calmer, ensuite nous pourrions essayer de discuter pour comprendre ce qui n'allait pas. Oui je m'accrochais à cette idée, je devais le faire pour ne pas complétement m'écrouler, pour ne pas voir mon mon s'effondrer alors que lui s'efforçait de le déchiqueter en petit bout. Il dit les mots de trop, ainsi je insupportais, je tournais brusquement la tête vers lui, mes joues étaient baignés de larme, mais mes yeux n'étaient plus que colère. Je ne sais pas ce qui me pris alors, je perdis un instant la raison, car en quelques enjambées je le rejoignais et le giflais aussi fort que je pouvais. D'ailleurs, la marque de ma main s'imprima presque aussitôt sur sa joue. J'avais la respiration haletante et mon cœur battait douloureusement dans ma poitrine. Je croyais que l'on était ami. Je parlais d'une voix aiguë complétement brisé par les sanglots que j'avais du mal à contenir maintenant. C'était la deuxième fois que je le giflais, mais cette fois j'y avait mis plus de force, la colère aidant. Pourquoi tu fais ça ? La colère, la tristesse et le désespoir se battait à l'intérieur de moi pour prendre le dessus. Je le frappait alors sur le torse le poussant à moitié. Il ne semblait pas disposer à me répondre, alors j'insistais, le frappant et le poussant. Pourquoi ? Pourquoi ? Pourquoi ? Sur le dernier ma voix se brisa, mes mains sur son torse, je pleurais sans plus aucune retenu.[/i]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Judd Bragolan


∆ AVENTURES : 83

MessageSujet: Re: Don't leave me now (Judd)   Jeu 14 Mai - 14:38


Don't leave me now...
Aliénor et Judd


Pourquoi est-ce qu'elle continuait ainsi ? Pourquoi est-ce que ne me fuyait pas, comme elle aurait d'ailleurs du le faire des années auparavant ? Pourquoi est-ce qu'elle restait là, à endurer ma voix et les horreurs que j'étais en train de lui dire ? Pourquoi ? Pourquoi ? Il n'y avait guère plus que ce mot qui flottait dans l'air désormais. Il était accroché dans mon esprit comme une horrible araignée sombre s'accroche à sa victime et il était accroché à son regard. Celui qu'elle avait braqué sur moi avant de le détourner pour pleurer à l'abri de mes yeux sombres. Mais ce n'était pas ces larmes...qui devaient m'arrêter, bien au contraire. Je le sentais faiblir, plier et je savais bien qu'il fallait que je continue jusqu'à ce qu'elle se décide à courir et à claquer la porte derrière elle pour ne jamais revenir ici. Je savais ce que j'avais à faire, peu importe ce qu'elle ressentait, ou ce que je ressentais. Hopes était un homme dangereux, il avait le pouvoir, il avait l'argent et je n'avais que ma ruse et mon savoir faire. Il méritait la mort, et je ne pouvais lui offrir. Tout ce que je pouvais faire à présent...c'était lui obéir comme un chien, même si l'idée me répugnait. Je devais l'éloigner de moi. La laisser entre ses griffes...elle serait sûrement malheureuse mais au moins, je savais qu'elle vivrait.

Mais une nouvelle fois, elle semblait décider à me surprendre, et à batailler. Mes mots à peine sortis de ma bouche...elle se retourna vivement, les yeux pleins de larmes et le visage défait. Sans que je ne la vois arriver, sa main se leva alors pour venir frapper ma joue. Elle y avait mit toutes ses forces, toute son énergie et sûrement tout son désespoir du moment. Je l'avais senti, et je la sentais encore...cette brûlure sur ma peau. Et une nouvelle fois ce mot. « Pourquoi ? » Pourquoi tout ça. Pourquoi maintenant. Pourquoi ?! Si seulement j'avais pu le lui dire. Tout aurait sûrement été plus simple … et pourtant je devais garder ce secret. Un de plus, un de moins, ce n'était peut-être rien mais ma conscience sembla pourtant s'affaissant un grand coup. Celui-ci était difficile à porter, bien plus que tous les autres. « Tu croyais, oui. Tu t'es tromper. » Ses mains vinrent alors frapper mon torse, plusieurs fois. Elle mettait de plus en plus de force dans chaque coup...je pouvais le sentir, tentant d'y faire passer sa tristesse et son incompréhension du mieux qu'elle pouvait pour m'atteindre. Chose qu'elle réussissait parfaitement à faire à cet instant. Puis elle s'arrêta. Comme à bout de force, elle laissa ses mains posées sur mon torse et se laissa aller à ses larmes. Un soupire s'échappa de ma bouche et mes mains vinrent saisir ses poignets. « C'est le seul moyen pour que tu comprennes. Tu m'as été bien utile, Aliénor. Mais tu n'es pas celle qui partagera ma vie. Une autre m'attends...alors va t-en. »

_________________
It's like a dark paradise.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Aliénor Dastan


∆ AVENTURES : 65

MessageSujet: Re: Don't leave me now (Judd)   Jeu 14 Mai - 16:00

Don't leave me now
Don't leave me now. Leave me out in the pouring rain. With my back against the wall. Don't leave me now. Leave me out with nowhere to go. And the shadows start to fall. Don't leave me now. Leave me out on this lonely road. As the wind begins to howl. Don't leave me now.

Il ne chercha pas à me repousser, mais encore moins à me calmer, il me laissait le frapper sans rien dire. Je n'arrivais pas à croire que les choses avaient pu dégénérer en si peu de temps. Je n'étais pas d'une nature colérique, même si là j'avais toute les raisons de lui en vouloir et de le haïr, elle finit par retomber brusquement alors que mes poings restèrent poser sur son torse, je pouvais sentir son cœur qui tambourinait contre ma peau, comme si, lui aussi tentait de me chasser. Il y eut plusieurs secondes de silence, je restais le regard fixer sur mes mains, mes doigts s'étaient emmêler au tissus de son t-shirt et plus rien ne bougeait, le silence était épais et rien ne venait le perturber mis à part ma respiration haletante et mes sanglots. Je lui en voulait, pourtant j'espérais qu'il se moque de moi, j'espérais que soudain, il me dirait une petite phrase me faisant comprendre qu'il s'était joué de moi, je m'accrochais à cette idée je dois bien le dire, même si se serait un tour des plus méchants, j'aurais préféré cela à la vérité. D'ailleurs quand ces mains vinrent se poser sur mes poignets, je ressentis mon cœur se serrer douloureusement, mais au lieu d'une caresse amicale, il les saisit les éloignant de son torse et sa voix finit de m'anéantir. Mon regard se voilà, le peu de combativité qui me restait m'abandonna et je n'eus plus qu'une envie me rouler en boule. J'aurais du m'en douté. Ma voix n'était plus sanglotante et énervé, non, elle me sembla sortir d'un rêve, fragile, lointaine. Je respirais profondément, je le savais dans le fond que je n'avais rien qui puisse l’intéresser, je n'étais qu'une fille quelconque alors qu'il devait en avoir rencontré des dizaine bien plus attirante que moi. Je n'étais que la fille des employeurs de ces parents et durant des années il s'était servit de moi. Je levais les yeux vers lui, nos regards se croisant quelques seconde, mais je les détournait bien vite alors que les larmes menaçaient de nouveau de jaillirent. Je reculais d'un pas, puis de deux, mes poignets s’échappèrent de ces mains sans qu'il ne cherche à me retenir. Je pris alors une profonde inspiration, j'étais incapable de parler, incapable de le regarder et c'est sans un mot que j'ouvris la porte et quittait la chaleur de sa maison pour la pluie battante. Je n'avais pas pris le temps de refermer derrière moi, je montais alors sur Gaya pour fuir avant de complétement m’effondrer. Je n'avais pas récupérer ma cape de voyage, j'étais donc trempée et la pluie effaçait mes larmes au fur et à mesure qu'elle coulait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

“ Contenu sponsorisé ”



MessageSujet: Re: Don't leave me now (Judd)   

Revenir en haut Aller en bas
 

Don't leave me now (Judd)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Leave the pain behind and let your life be your own again ♥ THYBALT & HEIDI
» 02. You can leave your hat on
» the life may leave my lungs but my heart will stay with you (azazel)
» Ricardo Seitenfus claims coup against Préval was suggested
» PEOPLE ALWAYS LEAVE (15/03 14h55)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Hibéria :: 
Ruderoc
 :: Grandes Plaines :: Résidences
-