Partagez | 
 

 ER'RIL + i take a picture with my memory, so i can fall asleep with you next to me

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Neelann Devlin


∆ AVENTURES : 43

MessageSujet: ER'RIL + i take a picture with my memory, so i can fall asleep with you next to me   Lun 11 Mai - 21:42


Er'ril & Neelann
    i take a picture with my memory, so i can fall asleep with you next to me

Si on avait dit à Neelann qu'elle allait autant pleurer Tyodond, elle ne l'aurait certainement pas cru. Elle avait grandit en ayant l'habitude de faire avec son absence. Alors, elle aurait du pouvoir faire avec sa mère. Certes, elle s'attendait à la douleur. Après tout, il avait été ce qu'elle avait pu avoir de plus proche d'une famille. Mais pas à ce point. Quand elle avait regagné la maison de Tyodond, sa cachette qu'elle était l'une des rares à connaître, elle avait ressenti un tel manque que ça avait été vite insoutenable. Elle n'avait pourtant pas pleuré alors qu'elle avait vu son corps dérivés sur les flots et tombé en cendres. Les premiers temps elle avait erré dans la maison, sans savoir quoi faire. Il lui avait fallut un temps pour se rendre compte que tout ce qui était là, était maintenant à elle. Elle qui avait l'habitude de ne pas vraiment avoir de chez elle, en avait finalement un. Elle n'avait jamais autant voulu se retrouver de nouveau sur la route. Mais elle ne le fit pas tout de suite. Elle resta des jours entre ses murs qu'elle pensait connaître par cœur, à découvrir de nouvelles choses. Tyodond avait cumulé des tas de trésors chez lui. Elle avait fini par faire du tri, en profitant pour revendre certains de ses bibelots qui valait finalement plus qu'elle ne l'aurait cru. Elle termina son rangement par la chambre. Celle dans laquelle il avait passé les derniers jours de sa vie. Et la douleur n'en fut que plus forte alors qu'elle hésitait sur le pas de la porte. La chambre semblait tout autant encombré que le reste de la maison, pourtant, elle se refusait d'y toucher. Elle se contenta alors d'enlever les draps, de laver la peau de mouton qui lui avait tenu chaud. Puis elle se tourna vers le petit bureau qui faisait face à la fenêtre. Il y avait là des tas de papiers, une plume qui trempait encore dans l'encrier, comme s'il avait été interrompu alors qu'il écrivait. Elle tenta d'y mettre de l'ordre, bougeant les papiers avant que l'un d'entre eux n'attire son regard. Son prénom était là, en entête. Mais c'était l'une des rares choses qu'elle arrivait à lire. Elle reconnaissait l'écriture de Tyodond, mais elle ne l'avait jamais vu aussi tremblante. Les larmes lui vinrent aux yeux en imaginant la force qu'il avait du tenter d'avoir pour tenir sa plume. Ce qui en faisait une écriture hésitante, illisible. Elle tenta tant bien que mal de déchiffrer la suite, mais elle n'y parvint pas vraiment. Quelques mots en sortirent tout de même. Parents, Clairval, Mère et Roncevieille, et encore, elle avait l'impression de les deviner, peut-être se trompait-elle.

Le lendemain matin, en se levant et en quittant la petite chambre qu'elle avait toujours eu depuis son enfance, elle s'était finalement décidé. Elle avait l'impression de devenir claustrophobe dans cette maison. Il fallait qu'elle bouge, qu'elle fasse autre chose. La lettre de Tyodond rejoignit son sac de voyage et en début d'après-midi, elle avait pris la route pour Roncevieille. Le voyage dura plusieurs jours. Et elle prit son temps. L'argent que lui avait offert la vente des objets de son tuteur lui permis de profiter un peu du voyage. Mais quand elle arriva finalement à destination, elle se sentit bien vite perdue. Cette lettre ne donnait finalement pas beaucoup d'explication. Apparemment, ses origines auraient un rapport avec cette endroit, mais elle n'en savait pas plus. Et de toute façon, elle n'était pas sure de vouloir savoir. Elle avait pris la route sur une impulsion, un besoin de fuir la maison, de ne pas s'enfermer entre ses murs. Elle avait depuis longtemps cessé de s'en faire pour l'identité de ses parents. Comme toutes les orphelines, elle avait bien sur rêvé être une princesse caché ou une autre fantaisie du genre. Mais finalement, elle avait fini par savoir qui elle était. Elle était une voleuse et c'était tout ce dont elle avait besoin de savoir. Elle marchait au milieu du marché quand elle se dit que finalement, elle ferait peut-être mieux de faire demi-tour, de reprendre la route. De prendre une mission de la guilde pour s'occuper. Elle passerait la nuit ici et demain, elle reprendrait la route. C'était ce qu'il y avait de mieux à faire. Ou peut-être quelques jours de plus, pour tenter d'avoir quand même quelques informations. Si elle y parvenait. Mais pour l'instant, elle allait tenté de prendre quelques bourses pour payer une chambre à l'auberge. Forte de sa décision, elle releva la tête, marchant en se sentant un peu plus sur d'elle. Elle en avait assez de se lamenter. Elle fonctionnait mieux quand elle avait un but, un objectif. Et c'était ce dont elle avait besoin. Mais elle oublia bien vite alors que son regard en rencontra un autre. Elle aurait pu reconnaître ces yeux entre milles.

Mais qu'est ce qu'Er'ril faisait ici. Elle n'aurait jamais cru pouvoir le revoir. Elle avait tiré un trait sur lui, s’efforçant de ne pas penser à lui et encore moins aux sentiments qu'il éveillait en elle. Et la surprise la prit au dépourvu, elle fut bien incapable de bouger. Pourtant, une petite voix dans son esprit lui rappelait qu'elle n'avait certainement pas envie qu'il la voit maintenant. Elle avait natter ses cheveux, comme toujours, et sa natte masquait à peine son tatouage. Et puis, elle était en tenue de voyage. Une tenue masculine, bien sale et pas du seyante. Elle avait toujours été en robe quand elle le voyait et là, elle ne pourrait que trahir sa véritable nature. C'est finalement cette pensée qui lui permis de bouger ses jambes. Rabattant la capuche de sa cape de voyage sombre, elle fit demi-tour, tentant de s'éloigner.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Er'ril Kempe


∆ AVENTURES : 31

MessageSujet: Re: ER'RIL + i take a picture with my memory, so i can fall asleep with you next to me   Mar 12 Mai - 15:06

Je n'ai jamais été aussi heureuse de te voir
Nos fiançailles avaient été fêtés quelques jours plutôt, pourtant, contre toute attente j'étais plutôt heureux, car ma belle fiancée ne voulait pas non plus m'épouser, elle ne voulait pas d'un mariage arrangé et au cours de son anniversaire, nous avions rapidement sympathiser, nous entendant très bien, mais ne ressentant aucun attirance l'un pour l'autre. J'avais donc le coeur plus léger, j'allais peut être pouvoir repartir sur les routes, ne pas me retrouver coincé dans une vie maritale qui ne me convenait. Mon père bien sur ne voyait pas cela, il pensait que mon bonheur venait directement de Seryë et de mes futurs noces. Je ne supportais plus de rester enfermer entre quatre murs, ma vie sur la route m'avait habitué au grand air et surtout à voir du monde. Alors j'étais partis faire un tour au marché, la promenade me pris un temps fou, en effet, j'étais partie depuis trois ans, j'étais guérisseur et ma réputation était revenue aux oreilles des habitants. Alors presque tous s'arrêtait pour me serrer la main, me féliciter pour mon futur mariage, me demander de l'aide pour les jours prochain et dans un certain sens, j'étais heureux qu'eux me donne ce que mon père était incapable de faire. J'embrassais une petite fille sur la joue, la remerciant pour la fleur qu'elle venait de m'offrir quand en me relevant, je regardais le reste de la rue et elle était là. Un instant je pensais à un mirage, une illusion de ma part, car j'avais tant envie de partager ce genre de moment avec elle. Neelann ?

J'étais curieux pourquoi était-elle là, je ne pensais pas que son père venait de cette région, mais j'avais pu me tromper. J'esquissais un sourire qui disparus bien vite quand elle baissait soudain les yeux rabattant sa capuche sur sa tête et reculant avant de faire demi-tour. Elle m'avait vu j'en était certain et pourtant, elle me fuyait, je fronçais un instant les sourcils avant de m'élancer à sa poursuite. Attend. Il me fallut faire plusieurs centaines de mètre avant de réussir à l'attraper par le bras, sans un mot je l’entraînais dans une rue transversale déserte. Arrivé là, je la collais dos au mur, je ne comprenais pas sa fuite, elle semblait s'être un peu attacher à moi les jours suivants notre rencontre, je pensais qu'il y avait une alchimie entre nous surtout quand elle m'avait embrasser alors pourquoi me tourner le dos ainsi. Je soupirais lui bloquant le passage, je voulais comprendre. Pourquoi à tu fuis ? Je voulais capter son regard, pourtant, elle faisait en sorte que ce soit impossible. Je savais que je devais faire attention, une rumeur comme quoi je voyais une autre femme aurais pu nous porter préjudice à tous. Pourtant, je posais ma main sur sa joue, la forçant à me regarder droit dans les yeux et alors qu'elle restait muette je reposais la question. Pourquoi me fuis tu ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Neelann Devlin


∆ AVENTURES : 43

MessageSujet: Re: ER'RIL + i take a picture with my memory, so i can fall asleep with you next to me   Mar 12 Mai - 16:21


Er'ril & Neelann
    i take a picture with my memory, so i can fall asleep with you next to me

Ce qu'elle éprouvait pour lui était dangereux. S'il y avait une leçon qu'elle devait retenir de Tyodond, c'était de ne jamais s'attacher à quelqu'un. Donner de l'importance à une personne, c'était prendre le risque de vouloir un jour tout abandonné. C'était aussi mettre cette personne en danger. Quoi de mieux pour atteindre quelqu'un que de s'en prendre à la personne la plus importante de sa vie. Tyodond ne s'était jamais attaché à une femme en particulier, ni à personne en fait. Neelann était toute particulière pour lui. Elle a encore, elle savait que s'il partait toujours sans aucun scrupule de la laisser derrière lui, c'était pour justement ne pas montrer qu'elle était spéciale. Mais Neelann avait déjà momentanément oublié cette leçon. Et cela lui avait déjà porté préjudice. Parce qu'elle n'avait pas pu partir sans dire au revoir à Er'ril, elle n'avait pas pu le faire avec l'homme qui l'avait élevé. Elle avait alors tout simplement tiré un trait sur lui. Comme à chaque fois que quelque chose compliquait sa vie et sa routine. Mais quand son regard se pose sur lui, finalement, elle se rend compte qu'elle ne pourrait jamais totalement l'oublié. Et qu'elle ne veut pas devenir un monstre à ses yeux. Et elle ne veut pas qu'il la voit comme ça, alors qu'il est bien plus facile de deviner ses origines alors qu'elle ne porte plus de jolies robes et que ses habits sont plein de poussières. Elle veut qu'il garde l'image qu'elle a réussi à lui donner jusque là. Elle fait alors la première chose qui lui vient à l'esprit, une chose pour laquelle elle est plutôt douée : s'enfuir.

« Attend. » Mais elle n'attend pas. Continuant de slalomer entre les étales du marché, tapant dans certaine d'entre elle. Elle tape même sur un stand d'armes, et sans vaguement la morsure d'une lame sur sa jambe. Mais elle continue à fuir. Mais il faut croire qu'elle n'est pas aussi doué qu'elle le pense alors que la main d'Er'ril se saisit de son bras. Elle ne cherche même pas à se dégager alors qu'il entraîne dans une ruelle déserte. Elle se retrouve contre le mur, et maintenant qu'elle arrête de marcher, elle sent bien davantage la douleur sur son mollet. Elle a du se couper, mais elle ne cherche même pas à regarder, tentant juste de fuir le regard du jeune homme. Elle a l'habitude de se blesser, elle a quelques cicatrices pour en attester. Elle peut ignorer la douleur. « Pourquoi à tu fuis ? » Elle ne répond même pas, se contentant de tourner le regard ailleurs. Mais la caresse de sa joue semble briser ses dernières résistances, alors qu'il tente de croiser son regard. Elle tourne finalement la tête vers lui. Elle n'aime pas la douleur qu'elle lit dans son regard. Elle ne voulait pas le blesser, ne l'avait jamais voulu. « Pourquoi me fuis tu ? » Elle déglutit faiblement. Qu'est ce qu'elle pouvait répondre à ça ? D'autant que maintenant, elle n'avait surtout qu'une envie, se glisser dans ses bras. Elle avait l'impression de ne pas être elle-même en sa présence. Elle découvrait une facette de sa personnalité dont elle ne soupçonnait même pas l'existence. « Je ne voulais pas que tu me vois comme ça... » Murmura-t-elle finalement. Ce n'était qu'une demi vérité, mais une vérité quand même. Pour être totalement honnête, elle aurait certainement ajouté qu'elle ne voulait pas qu'il découvre qui elle était réellement. Du moins, la partie qu'elle même connaissait. Mais le plus déconcertant, c'était qu'il ne semblait même pas s'être rendue compte de sa tenue. Gênée de se dévoiler comme ça, elle passa d'une jambe à l'autre. Quand elle s'appuya sur sa jambe blessée, elle ne put retenir une grimace de douleur. Mais elle tenta de la chasser bien vite. « Je ne m'attendais pas non plus à te trouver ici. » Reprit-elle à voix basse, tentant de ne pas montrer sa douleur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Er'ril Kempe


∆ AVENTURES : 31

MessageSujet: Re: ER'RIL + i take a picture with my memory, so i can fall asleep with you next to me   Mar 12 Mai - 18:48

Je n'ai jamais été aussi heureuse de te voir
Nous étions proche l'un de l'autre, la revoir ici et être réellement seule avec elle, faisait remonter tous ce que j'avais commencé à ressentir pour elle. Je n'avais pourtant jamais crus en l'amour, mon père ne voyait ma mère que comme le moyen de rendre sa lignée plus puissante et ma mère ne m'avait jamais parler de toute ces choses. Pour moi les histoires sur l'amour n'était que des histoires, des contes et des légendes. Je n'avais jamais connu dans mon enfance un couple s'aimant réellement, chez moi toute relation devait apporter quelque chose obligatoirement. Alors quand j'avais croisé le regard de la brune, quand elle était venue s’asseoir près de moi sur ce banc, tout mon monde avait basculer, mon cœur m'avais fait connaitre un sentiment que je pensais impossible. Je voulais être près d'elle, je voulais tout lui donné même si elle ne me donnait rien en échange, je voulais la voir rire et cela même si dans le fond je ne la connaissais pas. Quand enfin sa voix résonna, je ne pus m'empêcher de sourire, je jetais un rapide coup d’œil et ne vit rien qui aurait du me déranger. Moi je te trouve très belle comme ça. Elle ne m'avait vu que dans mes beaux habits, ceux que je gardais au fond de mon sac, mais sinon ma tenue de voyage était simple et poussiéreuse aussi.

La douleur passa soudain dans son regard et j'en oubliais ce qu'elle disait, je me reculais de quelques pas quand je vis la tache de sang sur son pantalon. Je soupirais un instant. Ne bouge pas d'accord. Je m'accroupis alors lentement, laissant mes mains glisser le long de sa jambe, il y avait un trou dans son pantalon, en écartant les morceaux de tissus, je pus me rendre compte qu'elle s'était coupé et même profondément à ce que je pouvais voir. Je lui saisis les mains, je n'étais pas inquiet pour sa blessure bientôt elle n'aurait plus rien. Tu vas devoir me faire confiance d'accord. Je vais t'emmener dans un endroit pas très loin d'ici et je vais m'occuper de ta jambe. Je lui souris alors, je connaissais une petite maison abandonnée non loin d'ici, elle ferait parfaitement l'affaire, car avec une telle blessure, j'allais être clouer par la douleur pendant au moins une heure. Entrelaçant mes doigts au siens, je l'attirais pour remonter la ruelle. A cet instant l'idée de croiser quelqu'un connaissant mon père, pouvant rapporter que l'on m'avait vu beaucoup trop proche d'une femme ne me traversa pas un instant l'esprit. Nous avancions lentement, mais bien vite la maison se dressa devant nous, je l'aidais à entrer et refermais la porte derrière nous. Je l'aidais à s'installer à même le sol et m’agenouillais à ces côtés. Quand tu m'as rencontré ce soir là, j'avais été convié non pas à cause de mon rang. Tout en parlant je relevais son pantalon, le levant jusqu'à son genoux, je laissais glisser mes doigts sur sa peau, chose qui n'était pas très décent mais que je n'avais pas pu m'empêcher de faire alors que je la regardais dans les yeux racontant mon histoire. J'étais invité parce que je l'avais guérit quelques heures auparavant. Je posais alors ma main sur sa coupure, bien sur il ne me suffisait pas de toucher sa peau, je devais en plus me concentrer et c'est alors que je ressentis la vibration, ça marchais je la guérissais, mais cela voulais dire aussi l'apparition de la douleur. Mon visage se crispa alors qu'une intense douleur me saisit au mollet, remontant par vague vers mon crane. Me sentant faiblir je m'appuyais la main sur le sol laissant apparaître son mollet certes badigeonner de sang, mais intact. Je m'allongeais alors à même le sol, si je ne disais rien, mon visage lui était ravager par la douleur qui avait pris place dans mon crane.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Neelann Devlin


∆ AVENTURES : 43

MessageSujet: Re: ER'RIL + i take a picture with my memory, so i can fall asleep with you next to me   Mar 12 Mai - 23:26


Er'ril & Neelann
    i take a picture with my memory, so i can fall asleep with you next to me

Elle devait avoir l'air bien ridicule à s'inquiéter ainsi de sa tenue -même si dans le fond, ce n'était que la partie visible du problème-. Mais elle elle s'en fichait pas mal d'avoir l'air un peu naïve. Et encore moins quand elle voit alors le sourire d'Er'ril, comme s'il n'avait suffit que de ça pour chasser la douleur qu'elle avait causé en s'enfuyant. Et ce sourire semblait être contagieux puisqu'elle en arbora un à son tour, alors qu'il se rendait finalement compte de sa tenue. « Moi je te trouve très belle comme ça. » Elle en aurait presque rougit, si elle n'avait pas appris à parfaitement contrôler ses émotions. Faut dire qu'on ne la complimentait pas souvent pour sa beauté. Pour sa dextérité à l'arc. Pour son habilité au vol. Mais qu'on lui dise qu'elle est belle, non, elle ne l'entendait jamais celle-là. Même si parfois c'était une qualité mise aussi en avant pour les missions de la guilde, on ne le disait jamais comme un compliment dans ses moments-là. Surtout quand cela lui offrait une position d’appât. Du coup, elle devient une fille comme les autres, heureuse d'entendre l'homme qui lui plaît dire une chose pareille. Mais bien vite -trop vite- le sourire de Neelann est chassé par une grimace de douleur, qu'elle tente de chasser le mieux possible. Mais pas assez bien pour que Er'ril ne la voit pas. Il se recule alors et son regard tombe sur sa jambe. Elle n'a pas besoin de suivre son regard pour savoir qu'une tache de sang doit s'étaler là. La douleur ne la trompe pas, elle a du se couper. Et si elle ne s'en inquiétait pas, ce n'était visiblement pas le cas du jeune homme « Ne bouge pas d'accord. » Elle fronça les sourcils alors qu'il s'agenouillait. Elle mordilla sa lèvre inférieur alors qu'elle sentit ses mains glisser le long de sa jambe. Elle sentit ses mains écarté le tissus maintenant déchiré. Elle allait avoir de la couture pour rattraper ça. Puis il se relève subitement, se saisissant de ses mains. « Tu vas devoir me faire confiance d'accord. Je vais t'emmener dans un endroit pas très loin d'ici et je vais m'occuper de ta jambe. » Lui faire confiance, elle pouvait le faire sans soucis. Mais elle ne voyait pas l’intérêt de soigner ça pour le moment. Elle avait le temps. Elle pouvait faire un bandage de fortune pour l'instant. Mais, encore une fois, son sourire la prend au dépourvue et elle ne peut même plus refuser. Comment lui refuser quoique ce soit. « D'accord... » dit-elle finalement. De toute façon, elle aurait été encore plus incapable de dire quoique ce soit alors qu'il entremêlent ses doigts au sien. Elle se laisse guider au travers des rues. Ils marchent lentement entre les passants. Et de toute manière, elle n'était pas sure qu'elle aurait pu marcher plus vite. Poser le pied au sol lui fait de plus en plus mal. Elle s'était peut-être plus abîmée qu'elle ne voulait bien l'admettre, et ce qu'elle pensait n'être qu'une simple coupure devait être plus profond que ça. Il les fit s'arrêter finalement devant une maison qui lui parut vide. Il les fit entrer avant de refermer la porte et d'aider Neelann à s'installer à même le sol. Certains auraient certainement bien rit en la voyant se laisser faire comme ça. Il faut dire qu'elle avait toujours su jouer la fille fière qui ne montrait pas ses blessures. On l'avait élever ainsi. Mais Er'ril semblait réussir à effacer tout ça. Elle le regardait alors s'agenouiller à côté d'elle, ne comprenant pas vraiment pourquoi il l'avait emmené ici. « Quand tu m'as rencontré ce soir là, j'avais été convié non pas à cause de mon rang. » Elle fronça les sourcils. C'était plutôt elle cette histoire. Elle n'avait même pas été réellement invité, elle s'était incrustée. Pour tirer quelques bourses discrètement. Mais le froncement de sourcils ne dure pas longtemps, alors qu'elle sent ses doigts glisser sur sa peau, là où il a remonté son pantalon, exposant sa coupure. Elle ne parvient même pas à retenir le frisson qui la travers à ce contact. Et son regard est happée par la contemplation de ses mains à lui. C'est à peine si elle regarde sa blessure qui est vraiment moche, au final. Elle avait été vraiment empotée sur ce coup-là. « J'étais invité parce que je l'avais guérit quelques heures auparavant. » Nouveau froncement de sourcils alors qu'elle le voit poser ses mains sur sa coupure. « Mais que... » Mais elle n'a pas le temps de formuler sa question alors qu'une drôle de sensation passe sur sa jambe. Comme un fourmillement. Rapidement, elle écarquilla les yeux, alors qu'elle tentait de comprendre ce qui se passait. Puis sa main bougea et en dessous plus rien. Sa peau était lisse, aucune trace de coupure. Seule le sang encore dessus pouvait attester de ce qui c'était passée. Il l'avait soignée, ni plus ni moins. Alors qu'elle relevait la tête vers lui, des tas de questions traversèrent son esprit. Elle n'était pas la seule à avoir cacher des choses, mais elle devait l'avouer, son secret à lui était bien mieux que le sien. Mais quand elle vit son visage, les questions s'envolèrent subitement. « Er'ril ? » Elle ne comprenait pas du tout ce qui se passait. Elle n'y connaissait rien en magie. Mais quand il s'allonge finalement, elle ne peut empêcher la peur la traverser. « Er'ril ! » En un quart de secondes, elle s'était approché de lui. « Qu'est ce qui se passe ? Qu'est ce qu'il t’arrive ? » Elle savait reconnaître la douleur quand elle la voit. Même s'il ne dit rien. Et elle ne supporte tout simplement pas de le voir ainsi, et la panique s'empare d'elle. Elle passe une main sur le visage d'Er'ril, chassant une mèche de cheveux qui s'était collé à son front. Elle qui ne pleurait jamais, elle avait bien envie de pleurer maintenant. « Dis-moi quoi faire. » Demanda-t-elle finalement, au bord du désespoir. Elle osait à peine le toucher, de peur de lui faire encore plus mal. Mais elle ne supportait pas de le voir souffrir sans pouvoir rien faire. Elle l'attire finalement contre elle, posant sa tête sur ses genoux, et se mit alors à passer une main dans ses cheveux. Bien que ce geste devait plus l'apaiser elle que lui.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Er'ril Kempe


∆ AVENTURES : 31

MessageSujet: Re: ER'RIL + i take a picture with my memory, so i can fall asleep with you next to me   Mer 13 Mai - 9:34

Je n'ai jamais été aussi heureuse de te voir
La douleur, je vivais avec depuis ma plus tendre enfance, les premières fois que j'avais guéris des gens, j'avais hurler de douleur, tant elle était prenante les premières minutes. Mon père avait eut tôt fait de m'apprendre à me taire, de garder la bouche fermée et de rester digne. Maintenant je n'avais plus aucun soucis à rester silencieux, mais je ne pouvais pas parler au début, je devais dompter la douleur, jusqu'à ce qu'elle devienne une pulsation sourde. Je m'écroulais alors, incapable de rester debout, je l'entendis m'appeler, mais ma bouche ne pus se desserrer, j'avais déjà du mal à respirer correctement. J'aurais du la prévenir avant, j'aurais du lui dire que tout irait bien pour moi, car au son de sa voix et sur son visage l'inquiétude grandissais. Elle était près de moi, elle n'osait pas me toucher, elle avait peur de mal faire, je tentais de lever la main vers elle, pour la rassurer. Ma main se souleva de quelques centimètre avant de retomber au sol. Je détestais ce moment, cet instant où j'étais incapable de bouger, de réfléchir et où j'étais à la merci du premier venu. S'était le moment où j'étais le plus vulnérable, il durait une dizaine de minutes. Neelann fit alors quelques chose qui me surpris, elle me déplaça, me bougea jusqu'à ce que ma tête repose sur ces genoux, sa main glissa dans mes cheveux et je fermais un instant les yeux. Habituellement, les gens me laissaient tranquille affrontant la douleur, ils ne me touchaient jamais sauf pour m'aider à m'allonger sur un lit de fortune. Là se fut différent, la main sur mes cheveux m'aida à ma focaliser sur autre chose que la douleur et bien vite, elle devant une pulsation sourde dans mon crane.

Ma mâchoire se desserra doucement alors que mes traits se détendirent légèrement, je serais bien incapable de me lever pour un petit moment, je cela devenait supportable. Ma main qui avait tenter de se lever plus tôt, réussit enfin à se mouvoir, j'attrapais alors la main qui n'était pas dans mes cheveux, la serrant entre mes doigts. Tu as fais tout ce qu'il fallait. Ma voix n'était pas encore terrible, mais au moins je ne m'étais pas mis à hurler comme un dément, je respirais enfin profondément, c'était bizarrement la première fois que j'arrivais aussi vite à maîtriser la douleur, la voir s'inquiéter, la sentir s'occuper de moi, vouloir parler avec elle, toutes ces petites choses faisaient que s'était soudain plus facile que d'habitude. Tu ne dois pas t'inquiéter, soigner n'est pas juste effacer ce qui ne va pas. C'est un ... transfert si tu préféré, je prend ton mal et je dois ensuite laisser mon corps l’éliminer. J'aurais peut être pus me redresser sans trop de peine, pourtant, je ne fis pas un mouvement, j'étais bien là et tant que je pourrais profiter de cette proximité alors je comptais bien le faire. J'aurais du te prévenir avant. Je ne voulais pas te faire peur. J'avais voulu faire mon malin, j'avais voulu l'impressionner en faite, je devais bien le dire, mais j'avais complètement raté, je l'avais effrayé et je m'en voulais maintenant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Neelann Devlin


∆ AVENTURES : 43

MessageSujet: Re: ER'RIL + i take a picture with my memory, so i can fall asleep with you next to me   Mer 13 Mai - 11:41


Er'ril & Neelann
    i take a picture with my memory, so i can fall asleep with you next to me

Il fallut de longues minutes avant que Neelann ne puisse sentir un mieux sur Er'ril. De longues minutes où elle ne put que laisser son inquiétude grandir. Elle espérait qu'elle arrivait à l'apaiser un peu, mais elle avait un gros doute. Soigner ou apaiser les autres ne faisaient pas vraiment parti des choses qu'elle avait appris à faire. Mais cela avait été plus fort qu'elle, elle avait besoin de le toucher, de lui montrer qu'elle était là pour le soutenir. Au moins un peu. Puis petit à petit, elle eut l'impression que ses traits se détendirent un peu. Il parvint même à lever une main, attrapant celle de la jeune fille qui n'était pas dans ses cheveux. « Tu as fais tout ce qu'il fallait. » Elle n'en était pas sure. Elle serra un peu plus fort sa main dans la sienne, alors que la voix d'Er'ril montrait à quel point il souffrait encore. Elle tourna finalement la main, entrelaçant ses doigts au sien, avant de serrer encore. « Tu ne dois pas t'inquiéter, soigner n'est pas juste effacer ce qui ne va pas. C'est un ... transfert si tu préféré, je prend ton mal et je dois ensuite laisser mon corps l’éliminer. » Son cœur se serra. Elle s'était douté que c'était quelque chose dans le genre, mais là ce qu'elle pensait surtout, c'était qu'il souffrait parce qu'il avait voulu la guérir. Il souffrait à cause d'elle. Et elle détestait ça. Elle détestait l'idée qu'il souffre, mais que ce soit pour elle était encore pire. « J'aurais du te prévenir avant. Je ne voulais pas te faire peur. » Elle laissa échapper un long soupir, comme si elle laissait aussi son inquiétude s'envoler un peu. Il allait bientôt aller de nouveau bien, c'était ce qu'elle devait se dire. Mais cela ne l'apaisait qu'à moitié. Sans doute qu'il fallait quelle puisse le voir de nouveau se tenir sur ses jambes pour vraiment le croire. Elle se pencha finalement en avant, posant son front contre le sien.

Elle resta un instant ainsi. Tentant de rassembler ses idées. Mais la peur qui l'avait étreint ne semblait pas vouloir se dissiper totalement. Elle tenait encore plus à lui qu'elle ne le croyait, et cette idée lui faisait tout autant peur. Elle ne pourrait plus jamais partir loin de lui en sachant qu'il était peut-être en train de souffrir quelques part parce qu'il avait aidée quelqu'un. Elle se redressa de nouveau, déposant un baiser sur son front avant de recommencer à passer et repasser sa main dans ses cheveux. Son autre main tenait toujours la sienne et elle ne voulait pas la lâcher. Elle avait besoin de sentir la chaleur de la paume du jeune homme contre la sienne. « Tu n'aurais pas dû me soigner. » Murmura-t-elle finalement. Même si elle lui était reconnaissante, elle trouvait que la douleur qu'il ressentait maintenant n'en valait pas la peine. « Ça pouvait guérir tout seul. Et ce n'était pas si grave que ça. J'en ai vu d'autres. » Ça, elle en avait vu d'autres. Certaines personnes peuvent réagir violemment quand il trouve une fille avec la main sur leur pièces d'ors. Mais bon, pas la peine de lui raconter tout ça. Déjà qu'elle était en train de perdre ses moyens et ne s'inquiétaient plus vraiment qu'il voit son tatouage. Elle avait d'autres préoccupations bien plus importante pour le moment. « Je déteste te voir souffrir. Surtout pour moi. » Souffla-t-elle finalement. Qui aurait cru qu'un jour elle se soucierait à ce point d'un autre être humain. Il y avait bien des personnes pour qui elle s'inquiétait, pour qui elle ne souhaitait que du bonheur. Mais pas avec cette force, cette intensité. Er'ril était le premier homme qui avait agit avec elle avec tendresse. Sa gentillesse avait totalement cassé les barrières qu'elle avait pu érigé autour de son cœur. En peu de temps, il était devenue son point faible. Et si quelques jours auparavant, elle le déplorait. Maintenant qu'elle était auprès de lui et qu'encore une fois il lui montrait sa gentillesse, elle s'en moquait éperdument. Elle n'avait plus qu'une envie, celle de le protéger, de faire en sorte qu'il reste à jamais ce garçon tendre et charmant qui lui faisait perdre ses moyens. Sa main glissa de ses cheveux pour finalement se glisser sur la joue d'Er'ril. Une nouvelle fois, elle était prise de l'envie folle de poser ses lèvres sur les siennes. Ou peut-être qu'elle voulait qu'il soit sien. Mais elle se retint, se rappelant qu'il était trop bien pour elle. Et qu'il venait encore de le prouver. Elle se contente alors de caresser sa joue. « Combien de temps tu restes comme ça ? » Demande-t-elle finalement, toujours inquiéte.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Er'ril Kempe


∆ AVENTURES : 31

MessageSujet: Re: ER'RIL + i take a picture with my memory, so i can fall asleep with you next to me   Mer 13 Mai - 20:01

[quote="Er'ril Kempe"]
i take a picture with my memory, so i can fall asleep with you next to me
Elle posa son front contre le mien, nos doigts entrelacés, je me sentais bien mieux que je n'aurais dû après avoir soigné sa blessure, pourtant sa présence, sa douceurs et ces mots m'aident à reprendre le dessus, à me concentrer sur autre chose que cette douleur qui pulsait au rythme de mon cœur dans ma boite crânienne, ces lèvres se posèrent alors sur mon front, une douce caresse qui me donna envie de l'embrasser à mon tour. Je ne bougeais pourtant pas tout de suite, je savourais le moment, même s'il fut trop court à mon gout, je me rendais compte que les sentiments que j'avais pour elle, n'était peut être pas à sens unique. Pourtant, elle ne semblait pas apprécier que je l'ai soigné, je fronçais les sourcils, ne comprenant pas sur le moment, ce qui pouvait la déranger, après tout j'étais guérisseur, s'était mon boulot et il aurait été bête de laisser le risque que la plaie s'infecte, là mine de rien s'était quand même rien à soigner par rapport à une plaie qui se serait gravement infecté, car en plus de la douleur, il se retrouvait également fiévreux et s'était tout de suite plus difficile à gérer. Je la regardais silencieusement, la laissant expliquer la raison qui la poussait à regretter mon choix de la soigner. Puis je ne pus m'empêcher de sourire, elle ne voulait pas me voir souffrir, surtout à cause d'elle. Je serrais doucement sa main toujours capturer dans la mienne, avant de lever l'autre, je la reposais sur sa joue, la caressant doucement avec mon pouce. Et moi, je ne supporterais pas de te voir souffrir alors que je peux t'aider à aller mieux. J'aurais pus me redresser, saisir son visage entre mes mains et saisir doucement ces lèvres, j'en avais envie, pourtant, je restais immobile, la main sur sa joue à la regarder droit dans les yeux. Je n'avais pas peur de le faire, non, loin de là, mais je ne le pouvais pas, j'étais fiancé à une autre, il y avait un risque que nous ne réussissions pas à éviter le mariage. Je ne voulais pas lui imposer une relation qui n'aurait peut être aucune avenir, elle devait connaitre la vérité avant tout.

Le moment passa, elle reprit contenance la première, elle reprit alors la parole, elle voulait savoir combien de temps j'allais être comme ça. Et bien tout dépend de la blessure ou de la malade, plus c'est grave et plus la douleur est vive et met du temps à s'estompe. Avec ton mollet, je pensais être incapable de bouger et pourtant, ta présence fait que je vais déjà beaucoup mieux. Je pris alors sa mains et embrassais le dos avec tendresse, une manière à moi de la remercier pour sa présence, s'était bien la première fois que l'on restait ainsi à mes côtés. Bon je serrais bien resté allongé ainsi contre elle, pourtant je devais lui parler et je ne pouvais pas le faire ainsi. Je vais essayer de me redresser. Mêlant le geste à la parole, je réussis à me mettre en position assise, mais je sentais bien que je ne pourrais pas rester ainsi des heures, la pièce tanguait, La tenant par la main, je l’entraînais avec moi afin que nous soyons adosser au mur. Neelann, je voudrais parler. J'allais surement la perdre, quand j'aurais finis mon petit discours elle allait surement partir sans un regard en arrière et alors j'aurais tout perdu. Je ne lui en voudrais pas pourtant, elle aurait eut raison de m'en vouloir. On ne se connait pas vraiment, pourtant, tu es devenue importante pour moi. Je... ressens des choses pour toi. Bon je n'avais pas vraiment l'impression de bien m'y prendre, lui déclarer ma flamme avant de lui expliquer que j'étais fiancé n'était peut être pas la meilleure des choses à faire, pourtant, maintenant que je m'étais lancé, je devais continuer. Je viens d'une longue lignée de mage tu sais, des guérisseurs, nous sommes assez puissant, mais à ma naissance, mon père à reçut une prédiction. S'il choisissait bien la mère des enfants que j'aurais alors notre lignée deviendrait excessivement puissante. Alors le jour de ma naissance, il a arrangé mon mariage. Je déglutis, je détestais cet arrangement, je voulais y échapper à tout prix. J'avais peur qu'elle ne me laisse pas finir qu'elle cherche à fuir alors je gardais fermement sa main dans la mienne. Je l'ai rencontré, il y a deux jours pour ces 18 ans et nos parents espèrent nous marié l'année prochaine. Pourtant, aucun de nous deux ne veux de ce mariage. Pour moi le faite que Seryë me repousse, cherche à trouver un moyen d'annulé les noces était une bénédiction. Je n'ai jamais voulu d'un mariage arrangé et plus encore depuis que je t'ai croisé. Voilà je venais de tout lui expliquer, la vérité vrai, je l'aimais elle, j'étais dans un engagement forcé, mais il y avait un espoir que l'on fasse tout annuler. Je desserrais légèrement ma main, je ne la quittais pas des yeux et je lui laissais le choix maintenant, rester auprès de moi ou alors fuir maintenant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Neelann Devlin


∆ AVENTURES : 43

MessageSujet: Re: ER'RIL + i take a picture with my memory, so i can fall asleep with you next to me   Mer 13 Mai - 23:16


Er'ril & Neelann
    i take a picture with my memory, so i can fall asleep with you next to me

Le voir souffrir lui était difficile. Surtout maintenant qu'elle savait que c'était pour elle. Et elle avait presque envie de le disputer. Elle n'aurait jamais autant souffert pour cette blessure. Du moins pas d'un coup. Mais quand elle lui dit qu'il n'aurait pas dû la soigner si c'était pour souffrir, il se contente de sourire. De ce sourire doux et tendre qui la faisait toujours fondre. Elle sentit une nouvelle pression de sa main autour de la sienne, et sa deuxième main se leva, pour venir se poser sur sa joue, la caressant du bout du pouce. Elle avait subitement eut envie de fermer les yeux et de pencher la tête pour profiter encore davantage de cette caresse. Mais elle se retint, encore une fois. « Et moi, je ne supporterais pas de te voir souffrir alors que je peux t'aider à aller mieux. » Elle se mordilla la lèvre inférieure, se retenant de laisser libre court à ses sentiments. Il fallait croire qu'il avait toutes les clefs pour diriger son cœur. Mais elle finit par détourner le regard, avant de perdre tout contrôle. Elle lui demande alors combien temps il risque de rester comme ça, bloqué par la douleur.  Elle n'était pas sure de pouvoir supporter ça encore longtemps. « Et bien tout dépend de la blessure ou de la malade, plus c'est grave et plus la douleur est vive et met du temps à s'estompe. Avec ton mollet, je pensais être incapable de bouger et pourtant, ta présence fait que je vais déjà beaucoup mieux. » Elle ne peut retenir un petit sourire. Elle aimerait avoir réellement un pouvoir sur sa douleur, mais elle en doutait un peu. Elle ne devait quand même pas être la première personne à rester auprès de lui dans ses moments là. Et puis, elle n'était pas vraiment le genre de personne à avoir ce genre de pouvoir. Elle était plus douée pour lester de l'argent que de la douleur. Il attira alors la main qu'il tenait à ses lèvres y déposant un baiser. Ce qui ne l'aidait pas vraiment à garder le contrôle. Elle risquait d'y prendre goût. « Je vais essayer de me redresser. » Il se redressait déjà, sans lui laisser le temps de répondre. Elle tenta tout de même. « Prends ton temps. Te forces pas si ça va pas. » Mais, lui tenant toujours la main, il l'attira contre le mur, pour pouvoir s'y adosser. Elle le suivit, se laissant faire. De toute façon, elle n'avait aucune envie de le laisser pour l'instant. Et personne ne l'attendait. « Neelann, je voudrais parler. » Elle tourna doucement la tête vers lui, alors que leurs mains ne s'était pas encore lâchée. Et cela lui allait parfaitement en définitive. « On ne se connait pas vraiment, pourtant, tu es devenue importante pour moi. Je... ressens des choses pour toi. » Non, ça c'était pas la bonne discussion à avoir. Il ne devait pas avoir de sentiments pour elle. Et de toute façon, s'il en avait, c'était simplement parce qu'il ne savait pas tout sur elle. A la minute où il saurait ce qu'elle faisait pour gagner sa vie -si on pouvait vraiment nommé ça ainsi- il voudrait partir et ne plus jamais la voir. « Je viens d'une longue lignée de mage tu sais, des guérisseurs, nous sommes assez puissant, mais à ma naissance, mon père à reçut une prédiction. S'il choisissait bien la mère des enfants que j'aurais alors notre lignée deviendrait excessivement puissante. Alors le jour de ma naissance, il a arrangé mon mariage. » Elle se figea en entendant cette dernière phrase et fut bien incapable de bouger sur le moment. L'imaginer se marier à une autre lui était trop douloureux. Elle en détourna le regard, regardant alors leurs mains toujours jointes. Elle sentait presque ses doigts se pressés davantage autour des siens, comme si elle pouvait vouloir le lâcher de toute façon. Mais il avait une vie autre vie, loin d'elle, elle ne le voyait que davantage. « Je l'ai rencontré, il y a deux jours pour ces 18 ans et nos parents espèrent nous marié l'année prochaine. Pourtant, aucun de nous deux ne veux de ce mariage. » Elle releva la tête vers lui, tentant de déchiffrer les expressions qui se lisaient dans son regard. Mais qu'attendait-il d'elle ? Ce n'était pas à elle de briser ses fiançailles. Elle n'était qu'une inconnue qu'il avait croisé à de nombreuses reprises. Elle n'était rien. Absolument rien. « Je n'ai jamais voulu d'un mariage arrangé et plus encore depuis que je t'ai croisé. » Il devait avoir dit tout ce qu'il avait à dire, puisqu'elle sentait ses doigts se relâcher autour des siens. Comme s'il lui donnait la permission de s'enfuir. C'était pourtant à lui de s'enfuir, si seulement il savait la vérité. Et alors qu'elle se perd une nouvelle fois dans la contemplation de ses yeux, elle se dit qu'elle devrait tout lui avoué, là maintenant. Lui laissé une chance de se construire une vie loin de la voleuse qu'elle était. Mais l'idée de voir du dégoût dans ses yeux lui faisait aussi mal que de l'imaginer avec une autre. Pourtant elle allait devoir le repousser, elle en avait conscience maintenant.

Mais franchement, elle ne savait pas si elle allait en avoir la force. Elle se décida finalement à faire quelque chose d'encore plus stupide, mais elle devait le faire au moins une fois, sinon elle allait le regretter toute sa vie. Elle se pencha alors vers lui avant de déposer ses lèvres sur les siennes.

Elle en rêvait depuis si longtemps, et c'était sans doute encore mieux que tout ce qu'elle aurait pu imaginer. Et elle se demandait comment elle avait pu vivre jusque là sans avoir goûter aux lèvres d'Er'ril. Et comment elle allait le faire pour continuer à vivre sans revivre ça. Pourtant elle allait bien devoir le faire. Elle allait devoir dire au revoir au seul homme qu'elle avait jamais aimé. Celui qui lui avait montré qu'elle était encore capable de ressentir ça. Elle se détache alors finalement de lui. Libérant aussi sa main. Elle fixa un instant son visage avant de se décider à reprendre la parole. « Tu ferais mieux de m'oublier. Tout ce que je pourrais t'apporter c'est de la souffrance. » Dit-elle alors. Elle n'arrivait même pas à le repousser correctement, elle savait que sa voix était trop douce. Et pire que ça, elle leva sa main pour la poser sur sa joue. « Je ne suis pas celle que tu croies. Et tu n'as pas envie de rencontrer la vraie moi, je te l'assure. » Elle laissa finalement sa main glisser, avant de se redresser et de se lever. Elle ferait mieux de partir, mais elle se rendait compte qu'elle n'en avait pas vraiment la force. « Je suis désolée. » Murmura-t-elle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Er'ril Kempe


∆ AVENTURES : 31

MessageSujet: Re: ER'RIL + i take a picture with my memory, so i can fall asleep with you next to me   Mer 13 Mai - 23:53

i take a picture with my memory, so i can fall asleep with you next to me
Je m'attendais à ce que son visage se ferme, à ce que la colère brule dans ces yeux et pourtant, alors que je venais de terminé ma petite histoire. Je la voyais déjà se lever pour me dire combien j'étais un monstre alors que j'étais engagé ailleurs de la faire espérer, de me montrer si doux et tendre envers elle alors que je n'en avais pas le droit. Je m'y attendais et pourtant, rien ne vint, son visage toujours aussi tendre me regardais avec ces yeux clairs. Je restais immobile à la regarder osant à peine respirer alors qu'elle réfléchissait à ce qu'elle allait faire et le moins que l'on puisse dire c'est que ça réaction me surprit, je ne m'attendais pas à la voir s'approcher lentement de moi, à fermer les yeux et à poser ces lèvres sur les miennes, un baiser léger, un baiser chaste, mais un baiser qui voulait dire tant de chose. J'avais fermer les yeux un peu après qu'elle eut capturer mes lèvres, et je l'avais vu, ce tatouage derrière son oreille. Pourtant, sur le moment, je n'y prêtais pas tellement attention, je ne me focalisais que sur une chose, ce qui était en train de se passer. Nous nous tenions toujours la main et la douleur sembla soudain totalement disparaître de ma tête. Pourtant, les choses ne semblaient pas aussi simple, elle finit par se reculer, par lâcher ma main et son regard se fit triste et je compris qu'elle avait elle aussi des choses à me dire, des choses en rapport avec son tatouage peut être. Pourtant contre toute attente, elle préférait me fuir, elle ne voulait pas me voir souffrir en étant avec elle, alors elle voulait que je la laisse partir. Elle disait ces mots qui aurait du me déchirer le cœur, mais non, je n'étais pas triste car tout dans ces gestes, sa voix et même sa posture me montrais qu'elle ne voulait pas quitter cet endroit. Attends. Je l'avais laisser parler, restant silencieux alors que je la regardais tenter de se persuadé que tout était mieux ainsi, je me redressais soudain et grimaçais quand une douleur vive me traversa la tête. Je lui avais saisit la main, je ne pouvais pas me lever et je ne pouvais pas prendre le risque de la voir s'éloigner.

Je respirais profondément, avant de tirer sur son bras, la forçant à revenir s'asseoir, enfin plutôt à s'installer à moitié sur moi. Elle m'avait embrassé, elle m'aimait et je ne pensais pas que cette proximité la gênerait. Je ne veux pas que tu partes. Nous ne le voulions pas tout les deux j'en étais sur, tout comme je savais que sa fuite était du au tatouage. Je remis d'ailleurs une mèche de cheveux derrière son oreille droite, en profitant pour la dégager et laisser apparaître le dessin de la rose. Je le regardais un instant avec un petit sourire, bien sur l'idée qu'elle détrousse des gens pour vivre n'était pas ce que je pouvait appeler l'idéal, mais je ne pouvais pas la rejeter pour cela, mon cœur me l'interdisait. Je ne la quittais pas des yeux alors que je m'avançais vers elle, j'aurais pu l'embrasser, d'ailleurs l'envie de capturer de nouveau ces lèvres étaient fortes, mais non, avant je devais lui prouver que je l'aimais entièrement et pas juste son physique, que je comptais la garder, avec son passé, avec sa guilde et que rien ne changerais pas. Sans un mot je déposais alors un baiser derrière son oreille, pile sur le tatouage, m'y attardant quelques seconde, je respirais profondément fermant les yeux. Je ne reculais ensuite que de quelques centimètre pour lui parler à l'oreille. Tu es une voleuse, mais cela ne change rien pour moi. Mes bras avaient enserrer sa taille pour la garder près de moi, mes lèvres qui auraient du reculer après ma petite phrase déposèrent des baiser sur son cou avant de remonter le long de la mâchoire. Elle m'avait conquise, j'étais tout à elle et je comptais bien me battre contre mon père, car si je devais me marier un jour, se serait avec elle et personne d'autre. Je finis par arriver près de sa bouche et me reculait un peu en souriant. Reste.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Neelann Devlin


∆ AVENTURES : 43

MessageSujet: Re: ER'RIL + i take a picture with my memory, so i can fall asleep with you next to me   Jeu 14 Mai - 0:51


Er'ril & Neelann
    i take a picture with my memory, so i can fall asleep with you next to me

Elle devait partir, Neelann le savait parfaitement. Pourtant, elle ne pouvait même pas s'y résoudre. Si elle avait fait un premier pas en se levant, elle n'arrivait pas à faire le second. Mais elle ne parvenait même plus à soutenir son regard. Elle releva tout de même les yeux vers lui alors qu'elle le sentit faire un mouvement. « Attends. » Il attrapait de nouveau sa main. Mais elle l'avait vu, la grimace de douleur qui avait traversé son visage. Encore une fois, il se fichait de la douleur. Pour elle. Et avant qu'elle ne comprenne ce qui se passait, il tirait sur son bras, et elle se retrouvait sur lui, assise sur ses jambes. « Arrêtes tu vas te faire mal encore. » Mais il ne l'écoutait pas. « Je ne veux pas que tu partes. » Elle n'en avait pas envie plus que lui. Pourtant il le fallait, elle le savait. Puis il fit un geste qui la prit totalement au dépourvue. Il remit une mèche de cheveux derrière son oreille, dégageant totalement cette partie. Elle écarquilla les yeux en comprenant ce qu'il se passait. Il l'avait vu. Elle ne pouvait plus en douter. Elle s'attendait alors à voir cette lueur de peur et de dégoût passé dans ses yeux, mais c'était loin d'être le cas. Il souriait, tout simplement. Comment pouvait-il sourire alors qu'il comprenait maintenant qu'elle n'était rien d'autres qu'une voleuse. Que quand ils se sont rencontrés, elle n'était pas une invité, elle s'était glissé dans la salle de réception. Elle avait discuté avec lui alors que sous ses jupons, elle cachait ses prises de la soirée. Il se penchait vers elle et elle était incapable de comprendre ou d'anticiper ce qu'il faisait. Surtout quand à sa grand surprise, il posa ses lèvre sur ce tatouage. Cette marque qui montrait qui elle était. Elle respira plus rapidement alors qu'elle sentait ses douces lèvres s'attardait là. Elle sentit son souffle contre sa peau et il ne lui fallait alors pas grand chose de plus pour basculer dans la folie. Il se redressa doucement, s’arrêtant au niveau de son oreille. « Tu es une voleuse, mais cela ne change rien pour moi. » Comment pouvait-il dire ça ? Ça changeait pourtant des tas de choses pour lui. Il ne se rendait pas compte de ce que tout cela impliquait. Elle posa ses mains sur son torse alors qu'elle sentait ses bras l’enserrer davantage et que ses lèvres retrouvèrent sa peau. Il laissa un un long sillage brûlant alors qu'il déposait des baisers dans son cou et le long de sa mâchoire. Voilà, elle allait sombrer dans la folie, elle en était sure maintenant. Mais il se recula un peu, avec ce sourire qui fit accélérer les battements de son cœur. « Reste. » Comme si elle pouvait aller quelques part maintenant. Elle leva finalement un main, la posant sur sa joue, puis un de ses doigts se mit à caresser les lèvres d'Er'ril.  

Elle avait bien envie de l'embrasser de nouveau. Et recommencer encore et encore. « Tu te rends pas compte de ce que ça veut dire d'être avec moi... » Murmura-t-elle finalement. Elle allait devoir lui expliquer tout ça et elle n'était pas sure de savoir le faire. Se dévoiler, elle ne l'avait jamais fait. En même temps, elle n'en avait jamais eu envie non plus. « Je n'ai jamais rien fait d'autres de ma vie. Si toi tu viens d'une grande famille, c'est loin d'être mon cas. Ma famille c'est... » Elle marqua une pause, avant de laisser sa main quitter son visage, pour se poser sur son tatouage qu'il avait embrassé quelques secondes avant. « ...ça. » Elle prit une profonde inspiration. Elle n'avait jamais pris le temps de raconter son histoire à qui que ce soit. Er'ril était vraiment capable de lui faire faire des tas de nouvelles choses. « Je suis une orpheline. On m'a déposé bébé à la porte d'un membre de la guilde. Il était ce que j'avais de plus proches d'un père. Et quand les filles de mon âge jouait à la poupée, moi j’apprenais à tirer à l'arc. » Parler de Tyodond était plus douloureux qu'elle ne le croyait. Un sourire triste apparut sur son visage. « Et j'aime ça. Tout comme j'ai insisté pendant des années pour partir en mission avec lui. J'avais 13 ans la première fois que j'ai volé quelqu'un. A 16 ans, j'étais un membre à part entière de la guilde et j'ai déjà rechercher dans quelques villes. » Elle s'attendait toujours à ce qu'elle en dise trop. A voir dans son regard qu'elle avait réussi à le dégoutter, qu'il n'allait plus jamais vouloir la voir. Mais ce moment ne semblait pas venir. Il était décidément trop bien pour elle. A croire qu'il était prêt à tout accepter pour elle. Mais elle ne voulait pas le voir faire des sacrifices pour elle. Elle reposa finalement sa main sur son torse, là où était toujours sa deuxième main. « Tu as un avenir devant toi. Pas moi. Mon seul talent c'est de ne jamais rater ma cible quand j'ai un arc et des flèches entre les mains. » Lui il sauvait les gens, quand elle, elle leur prenait tout. On ne pouvait pas faire plus différend l'un de l'autre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Er'ril Kempe


∆ AVENTURES : 31

MessageSujet: Re: ER'RIL + i take a picture with my memory, so i can fall asleep with you next to me   Jeu 14 Mai - 13:13

i take a picture with my memory, so i can fall asleep with you next to me
Je n'avais jamais vécu cette intimité qui s'était installé en quelques secondes entre nous, toute ces sensations étaient nouvelles pour moi alors que je faisait tout pour la convaincre de rester auprès de moi, de ne plus me fuir. Je ne voulais plus la lâcher, mes bras enserrant sa taille un peu plus alors que sa main se posait sur ma joue avant de caresser mes lèvres, je fermais un instant les yeux respirant profondément avant d'embrasser son doigt en souriant. Pourtant, elle ne voulait pas céder, enfin pas totalement, elle voulait que je vois combien elle ne convenait pas pour un homme de mon rang. Au début je ne l'interrompis pas écoutant son histoire en silence. Sans m'en rendre compte ma main se mit à lui caresser le dos, son histoire était difficile, certes sa vie de famille à lui n'était pas un conte de fée loin de là, mais sa mère avait toujours été présente pour lui donner de l'amour et de la tendresse. Je n'avais jamais manqué de rien et je ne saurais surement jamais ce qu'est là faim et de devoir voler ou mendier pour l'obtenir, mais j'étais seul, désespérément seul, alors l'idée qu'elle veuille que je l'abandonne pour embrasser mon avenir me fit grimacer. Neelan, je suis désolée que tu ai eu une vie si difficile. Je la serrais un peu plus dans mes bras, nos corps étaient collés l'un à l'autre d'une manière inconvenante, pourtant, je n'aurais pas voulu qu'elle s'éloigne de moi, la douleur était finalement partis, en faite je ne m'en était même pas rendus compte, être avec elle à discuter, m'avait fait oublié la pulsation désagréable au fond de mon crâne, comme si mon cœur avait soudain changer de place et s'était logé dans mon cerveau. Là je n'y pensais plus, je l'avais oublié et je ne m'en portais pas plus mal, car cela voulait dire que j'avais les idées plus clair pour lui exposer mon point de vue. Ce que tu voudrais pour moi, c'est un mariage avec une femme que je n'aime pas et ne m'aime pas non plus, où je devrais m'installer ici pour soigner les gens riche qui pense en avoir besoin. Pour moi cette idée n'était pas affriolante du tout, j'avais la nausée rien qu'à l'idée que ce que je disais pourrais effectivement être cela.

Je laisse cette idée en suspend quelques minutes, car bien sur je n'ai pas finis, j'ai un autre avenir qui s'ouvre à nous, un avenir bien plus plaisant et pendant ces quelques secondes là, j'en profite pour l'embrasser, je capture ces lèvres avec douceur, avec tendresse et surtout avec amour. Pourtant, je sens que mes baisers se font plus fougueux qu'au début, plus passionnée aussi. Nous devrions garder une certaines réserves pourtant, mais s'était impossible de ne pas la toucher et l'embrasser alors qu'elle était là près de moi et que j'en avais eut envie dès le moment où je l'avais rencontré. Je finis par me reculer, le souffle court, je souris un peu béatement, un instant je ne me rappelais plus ce que je voulais dire, puis soudain ça me revient, je plaide ma cause pour qu'elle veuille rester près de moi, qu'elle veuille tenter l'aventure, que nous tentions ensemble de se créer un avenir. Ou alors je pourrais avoir l'avenir qui me plait vraiment, où je serais sur les routes à guérir ceux qui en ont réellement besoin, au côté de la femme que j'aime. Loin de tous ces faux semblant de la noblesse, je ne me suis jamais sentie bien avec eux Neelann, ma vie est sur la route, je suis un mage guérisseur et toi tu es celle que je choisis. Je savais qu'elle ne se sentait pas assez bien pour moi, pourtant, même si elle avait vécu en tant que hors la loi, elle était celle dont j'avais besoin. Je caressais lentement son visage avant d'enfoncer le clou. Tu es parfaite pour moi, tu n'as pas en douter. Je ne pouvais pas en faire plus, je lui avait ouvert mon coeur, je lui avait exposer comment je voyais l'avenir idéal pour moi, pour nous je l'espérais, maintenant s'était à elle de prendre sa décision, je ne bougeais alors plus, la regardant droit dans les yeux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Neelann Devlin


∆ AVENTURES : 43

MessageSujet: Re: ER'RIL + i take a picture with my memory, so i can fall asleep with you next to me   Jeu 14 Mai - 17:34


Er'ril & Neelann
    i take a picture with my memory, so i can fall asleep with you next to me

La sensation des mains d'Er'ril caressant son dos semblait l'aider à parler. Il était bien le seul à qui elle pouvait raconter sa vie. Peut-être même qu'avec lui elle pourrait réussir à parler de Tyodond et de cette lettre qu'elle n'arrivait toujours pas à lire. « Neelan, je suis désolée que tu ai eu une vie si difficile. » Elle secoua la tête. Il ne comprenait pas vraiment. Elle ne s'était jamais plaint de son enfance. Elle avait été heureuse en réalité. Même si sa vie n'avait pas vraiment été comme celle des autres. Elle avait choisi de devenir une voleuse. Certes, autour d'elle à part cette voie là et celle de la prostitution elle n'en connaissait pas beaucoup d'autres. Mais elle avait conscience qu'elle aurait pu aussi quitter Nilanvant. Tyodond ne l'aurait jamais obligé à rester. Il avait toujours tout fait pour qu'elle sa propre opinion, et qu'elle n'est jamais peur de la mettre en avant. Elle avait choisi de devenir une voleuse, ça ne lui était pas tombée dessus. Encore une raison qui faisait qu'elle n'était pas faite pour lui. Tout comme le fait qu'elle était installée sur lui, que leurs corps n'avaient jamais été aussi proche, ce qui était loin ce qu'une fille de bonne famille aurait fait. Elle s'était toujours moquée de ses gens qui laissaient des règles stupides contrôlés ce qu'ils devaient faire, comment ils devaient agir. Mais elle n'avait même pas la force de lui expliquer tout ça. Comment lui dire qu'elle aimait voler, en réalité ? « Ce que tu voudrais pour moi, c'est un mariage avec une femme que je n'aime pas et ne m'aime pas non plus, où je devrais m'installer ici pour soigner les gens riche qui pense en avoir besoin. » Il savait très bien qu'elle ne voulait pas ça. Mais elle voulait qu'il est toute les chances de son côté. Et elle n'en faisait pas parti. Elle allait le tirer vers le fond. Mais encore une fois elle hésite à lui dire tout ça. Elle sentait bien qu'il allait trouver tout les moyens possibles pour lui faire changer d'avis. Et rapidement, le moment pour tenter de dire quelque chose s'était envolée. Tout comme le peu de courage qui lui restait pour le repousser alors qu'il posait ses lèvres sur les siennes. Un baiser qui sonne différemment pour la jeune femme. Si auparavant il était doux et tendre, il avait sonné comme un au revoir pour elle. Mais là, celui-ci était bien plus passionnée, lui donnant envie de croire qu'elle pourrait vraiment avoir un avenir avec lui. Il lui donnait même envie d'abandonner sa vie actuelle, devenir une fille un peu plus respectable. Une fille digne de lui. Mais cela lui ressemblait si peu. Ses mains, toujours posés sur son torses, agrippent alors sa chemise. Mais ce baiser s'arrête bien vite. Ramenant trop vite Neelann sur terre. Même si son sourire la maintient encore en plein rêve. « Ou alors je pourrais avoir l'avenir qui me plait vraiment, où je serais sur les routes à guérir ceux qui en ont réellement besoin, au côté de la femme que j'aime. Loin de tous ces faux semblant de la noblesse, je ne me suis jamais sentie bien avec eux Neelann, ma vie est sur la route, je suis un mage guérisseur et toi tu es celle que je choisis. » La femme qu'il aime... Elle n'aurait pas cru que ce genre de mots soient si doux à ses oreilles. Et sur l'instant, elle pourrait bien se laisser convaincre et s'imaginer avec lui, tout les jours, tout le temps. Il ne serait plus seul quand il serait prit de douleurs en ayant soigné quelqu'un. Elle pourrait être auprès de lui, comme elle l'avait été tout juste avant. Mais une autre image bien moins plaisante venait de s'installer dans son esprit. Comment pourrait-il vivre en sachant qu'à chaque fois qu'elle ramènerait un peu d'argent, ce serait parce qu'elle l'avait pris à quelqu'un ? Il posa alors sa main sur joue, la caressant doucement. Une caresse qu'elle aimait trop. « Tu es parfaite pour moi, tu n'as pas en douter. »

Il n'y avait aucun doute dans le regard. Il semblait si sure de ce qu'il voulait. Il était tellement sure qu'elle n'était plus du tout capable de dire à voix haute tout les doutes qui continuaient l'assaillir. Sans doute parce que s'il y avait une chose qu'elle voulait vraiment, c'était le rendre heureux. Après tout, elle pouvait faire ça. Se donner une chance d'être heureuse avec lui. Parce qu'elle savait qu'elle le serait. Elle ne pouvait pas en douter. Ils pourraient peut-être réussir à passer au dessus de tout ce qui semblait les séparer. Finalement, elle avait envie de croire qu'il y avait un espoir. « Oui, je veux ça moi aussi. » Murmura-t-elle finalement. Il lui vint même vaguement à l'esprit que pour lui, elle pourrait arrêter de voler. Même si elle ne savait pas vraiment qui elle était sans ça. De toute façon pour le moment, elle ne voulait qu'une chose. Et elle comptait bien l'obtenir tout de suite. Elle captura alors de nouveau ses lèvres. Elle ne pouvait même plus s'en passer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Er'ril Kempe


∆ AVENTURES : 31

MessageSujet: Re: ER'RIL + i take a picture with my memory, so i can fall asleep with you next to me   Jeu 14 Mai - 18:51

i take a picture with my memory, so i can fall asleep with you next to me
Le silence dura quelques secondes, elle prenait le temps de réfléchir à ce qu'elle voulait, je les lui accordais alors tentant de cacher la tension que j'éprouvais. Pourtant, elle finit par répondre, un murmure s'élevant doucement dans le calme de la maison et un grand sourire s'afficha sur mon visage. Elle voulait rester auprès de moi, elle voulait partager ma vie et je sentis ma poitrine se gonfler de joie. Je ne pus rien dire de plus car elle captura mes lèvres de nouveau, un baiser tendre et plein de promesse. Pourtant bien vite les choses accélèrent, nos baisers se firent plus fougueux, plus intense, nos mains partaient à la découverte du corps de l'autre. Rien dans tout cela ne fut prémédité, mais la passion que nous éprouvions l'un pour l'autre trouva la manière de s'extérioriser, nous faisant surement brûler des étapes pourtant, quand je dénouais sa cape de voyage l'étalant au sol pour ensuite nous étendre dessus, j'étais à cent mille lieux de me poser des questions. Je m'allongeais à ces côtés, mes lèvres ne quittant que rarement les siennes, alors que ma main caressait son visage avec lenteur avant de descendre le long de son coup, de sa poitrine, de son ventre et plus bas encore. Elle n'était pas en reste bien sur, tout les deux animés d'une envie de sceller notre amour par un moment d'intimité. Il n'y avait aucune précipitation dans nos gestes, nous savourions chaque seconde passé ensemble alors que petit à petit nos vêtements disparaissaient petit à petit. Mes sens étaient en éveil alors que je m'unis à elle, ensemble nous ne formions qu'un et dans cette étreinte de plaisir, de murmure et de douceur, je lâchais prise avec la réalité.

J'avais le souffle court, hérétique, mon cœur ne semblait pas vouloir se calmer alors qu'allongé sur Neelann nous redescendions tous les deux sur terre, je caressais ces cheveux un instant avant de déposé un baiser sur ces lèvres. Je me poussais alors pour ne pas l'écrasé, l'attirant à moi alors que je retombais sur le dos et saisissant ma cape qui se trouvais un peu plus loin je nous couvrais tout les deux. J'avais l'impression de planer et je restais immobile à regarder le plafond, alors que mes doigts allaient et venaient lentement sur son bras. Nous avions fait l'amour, chose qui n'était pas du tout prémédité, mais je ne regrettais en rien. Maintenant l'idée du mariage me rebutait encore plus, je ne pouvais même plus faire semblant et même si je devais le jouer finement, j'étais bien décidé à le faire capoter. Je tournais alors ma tête vers elle, un petit sourire au coin des lèvres. Je vais en parler avec mon père, je vais lui expliquer que je ne veux pas épouser Seryë, que je ne veux pas d'une vie ici. Je lui caressais la joue en souriant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Neelann Devlin


∆ AVENTURES : 43

MessageSujet: Re: ER'RIL + i take a picture with my memory, so i can fall asleep with you next to me   Jeu 14 Mai - 22:20


Er'ril & Neelann
    i take a picture with my memory, so i can fall asleep with you next to me

Elle avait connu d'autres hommes auparavant, elle ne pouvait pas le cacher. Elle avait grandit dans un monde où une femme n'avait pas à préserver sa virginité ou à suivre certaine convenance. Et pourtant, elle avait l'impression de vivre une première fois. Jamais elle n'avait voulu un homme aussi fort. Jamais ses mains n'avaient été aussi avide de toucher la peau d'un homme. Cela n'avait jamais été aussi tendre et amoureux pour elle. En même temps, elle n'avait jamais été amoureuse d'un homme. Et elle se rendait compte que ça changeait beaucoup de choses. Jamais être dans les bras d'un homme lui avait paru aussi intense, aussi merveilleux. Il ne lui traversa même pas la tête que le sol aurait du être inconfortable, même avec sa cape. Elle avait tout simplement perdu pied avec la réalité alors qu'elle partait doucement à la découverte du corps d'Er'ril. Elle en oubliait tout le reste. Ce n'était pas plus mal, sinon, sans doute n'aurait-elle pas pu profiter autant de ce moment en se rendant compte qu'ils ne faisaient pas vraiment les choses dans l'ordre. Qu'ils allaient un peu vite. Mais elle s'en moquait, elle profitait juste et vivait ce moment.

Le retour à la réalité se fit doucement, même elle n'avait aucune envie de quitter son nuage. Alors quand Er'ril se glisse sur le côté, après un dernier baiser, elle ne peut que le laisser l'attirer contre lui et se blottir encore davantage, la respiration courte. Elle voulait que ce moment dure toujours, là contre lui, une simple cape les couvrant, ses jambes au milieu des siennes, alors qu'elle était plus heureuse qu'elle ne l'avait jamais été. Elle était tout simplement bien, sereine. Elle ne voulait plus jamais quitté cette maison. Elle aurait pu tout simplement s'endormir là, bercé par la caresse des doigts d'Er'ril sur son bras. Mais la réalité la rattrape bien vite. « Je vais en parler avec mon père, je vais lui expliquer que je ne veux pas épouser Seryë, que je ne veux pas d'une vie ici. » Il avait beau sourire, la peur étreignait le cœur de Neelann. D'autant plus que maintenant elle pouvait nommée cette fiancée qui jusque là lui parraissait bien vague. Tout cela ne faisait que lui rappeler douloureusement qu'elle pouvait le perdre rapidement. Peut-être trop facilement. Si les choses paraissaient faciles, naturels et presque inéluctables entre eux,  le monde extérieur risquait bien de compliquer les choses. Elle qui avait toujours fui à la moindre complication, voilà qu'elle allait devoir se battre pour obtenir ce qu'elle voulait. Elle bougea alors légèrement de façon à mieux voir son visage. Elle déposa un rapide baiser sur son torse avant de prendre la parole. « Tu crois qu'il t'écoutera ? » Demanda-t-elle à voix basse. Elle était bien mal placée pour savoir comme un parent pouvait réagir. Mais en sachant qu'il l'avait fiancé à sa naissance, il imaginait bien lui faire changer d'avis risquait d'être ardue. Surtout qu'elle n'était elle-même pas du tout le genre de belle-fille qu'il pouvait accepter. Pour la première fois depuis des années, elle se remit à imaginer que ses parents étaient des nobles, comme ce qu'elle se disait pour s'endormir petite fille. Cela aurait pu faciliter les choses, elle devait bien se l'avouer. Mais là, elle était totalement l'inverse. Ce fut douloureux pour elle de se dire qu'elle ne pourrait sans doute jamais rencontrer la famille d'Er'ril, qu'il y aurait une part de lui qu'elle ne pourrait pas connaître. « Et elle, comment est-elle ? Ta fiancée. » Elle ne savait même pas ce qui l'avait poussée à poser cette question. La curiosité sûrement. Ou peut-être qu'elle voulait savoir à qui pouvait lui préférer le père de l'homme qu'elle aimait. Bien qu'une voix malveillante lui rappelait que n'importe qui devrait être mieux qu'elle pour cet homme.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Er'ril Kempe


∆ AVENTURES : 31

MessageSujet: Re: ER'RIL + i take a picture with my memory, so i can fall asleep with you next to me   Jeu 14 Mai - 23:11

i take a picture with my memory, so i can fall asleep with you next to me
Allongé nus sur le sol de cette maison vide, voilà qui faisait un drôle d'endroit pour débuter une histoire d'amour, pourtant, nous y étions bien, dans les bras l'un de l'autre savourant encore pour quelques minutes la plénitude offert par la jouissance. Nos corps entrelacés semblaient être fait l'un pour l'autre, nous étions bien ensemble alors que je caressais doucement son bras, je fus pris du besoin de parler, de lui assurer encore que mes propos n'étaient pas de vaine parole pour obtenir ces instants avec elle. Je voulais réellement être auprès d'elle pour le reste de ma vie, même si pour cela je devais m'opposer à mon père. Elle bougea alors déposant un baiser sur mon torse qui me fis sourire me rappelant les moments que nous avions partager juste avant, pourtant sa question toute légitime me força à revenir au présent et à une discussion beaucoup plus sérieuse. Je restais un moment silencieux, mon père m'écouter, en faite il y avait peu de chance, il était têtu et totalement dans son idée que ces petits-enfants soient des mages puissants qu'il en oubliait totalement que j'était un être humains ayant le droit au bonheur. Il ne voyait que son but, que le nom de la famille soit associer à la puissance. Pourtant je n'étais pas inquiet, je pensais avoir quelques atout dans ma manche pour le convaincre et en dernier recours, j'étais prêt à quitter la région pour échapper à tout cela. Je lui souris tendrement, effleurant sa bouche avec mon pouce. Je ne dis pas que se sera facile, mais je me battrais pour faire annuler cet arrangement. Je vais déjà en parler à mon père, s'il refuse d'entendre raison alors au prochain dîner officiel, avec elle je ferais une annonce devant tout le monde, il ne pourra alors plus rien faire. Bien sur il pourrait me déshériter, m'interdire de revenir à la maison, mais je n'étais pas sur que se soit une si lourde punition finalement. Je soupirais, cette histoire prendrais surement encore plusieurs semaines, je savais que le père de Seryë l'emmenait en voyage avec lui, alors il faudrait surement attendre la fixation de la date du mariage pour que nous nous recroisions de nouveau. Sa deuxième question m'arracha un petit sourire, je me redressais alors pour l'embrasser, je ne voulais pas qu'elle se sente en danger par rapport à elle, ni qu'elle cherche à se comparer à celle que l'on m'avait imposer à ma naissance. Je ne répondis pas tout de suite, le baiser que je lui avais volé dura plus longtemps que je ne le pensais. Je reculais finalement un peu toujours souriant, le souffle un peu court. C'est une jeune femme qui n'a presque jamais vu le monde, qui à été élevé pour devenir une épouse, une mère et gérer son intérieur. Depuis qu'elle est petite ces parents lui ont bourré le crâne de précepte étrange l'empêchant de se sentir libre de parler comme elle le voudrait. C'est aussi une noble, jusqu'aux bout des ongles, qui malgré le rang de ma famille me regarde comme si je n'étais un pas grand chose. Elle n'est pas méchante, mais elle ne m’intéresse pas. Je réfléchis un instant, je ne savais pas si ma description pourrait l'aider à comprendre le personnage, mais j'eus alors une idée car elle ne devait pas être jalouse de Seryë. Tu voudrais la rencontrer ? Je ne sais pas si je n'étais pas en train de me diriger vers un terrain glissant, mais dans l'histoire Seryë serait notre meilleure soutient et notre meilleur chance à tous d'obtenir ce que nous voulions.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Neelann Devlin


∆ AVENTURES : 43

MessageSujet: Re: ER'RIL + i take a picture with my memory, so i can fall asleep with you next to me   Ven 15 Mai - 0:20


Er'ril & Neelann
    i take a picture with my memory, so i can fall asleep with you next to me

Elle devait l'avouer, elle aurait aimé que ce moment reste comme il l'était. Qu'ils n'aient pas à parler davantage. Qu'ils n'aient pas à devoir prévoir pour le futur, pour savoir ce qu'ils allaient devenir. Mais elle savait qu'il fallait bien en arriver là. Pourtant, elle n'était pas prête à quitter la chaleur réconfortante de ses bras. Et elle n'avait absolument pas hâte de voir ce moment arrivé. Elle laissa donc libre court à son interrogation. « Je ne dis pas que se sera facile, mais je me battrais pour faire annuler cet arrangement. Je vais déjà en parler à mon père, s'il refuse d'entendre raison alors au prochain dîner officiel, avec elle je ferais une annonce devant tout le monde, il ne pourra alors plus rien faire. » Il allait se mettre dans une situation impossible, à cause d'elle. Non, elle devait arrêter de culpabiliser, de tout de suite se voir lui faire du mal. Il était prêt à le faire pour eux, pour qu'ils puissent être un véritable couple. Mais l'idée de rendre une personne heureuse était nouvelle pour elle. Et il fallait que ça fasse un bout de chemin dans sa tête. « Tu n'as pas peur de te fâcher avec lui ? C'est ta famille... » Dans le fond, c'était sans doute une crainte d'orpheline tout ça. Elle avait si longtemps rêvé de sa propre famille, qu'elle ne voulait pas être celle qui allait en brisée une. Sans doute pour ça, qu'elle n'avait jamais pu se fâcher avec Tyodond. Du moins pas pu de quelques heures. C'est sûrement quand on en a pas qu'on idéalise les familles et les parents.

Puis finalement, elle ose une question sur la dite fiancée. Une question qui semblait amusée Er'ril au vu du sourire qu'il lui offrit. Elle se demanda un instant le visage qu'elle devait offrir à cet instant. Sûrement celui d'une fille jalouse. Bien que ce qu'elle jalousait était une chose qu'elle n'aurait jamais cru vouloir un jour. Mais avant qu'elle ne se pose plus de question sur elle-même, il l'embrasse une nouvelle fois. Il fallait croire qu'elle ne s’habituerait jamais à la sensation des lèvres sur les siennes. A croire qu'il devait avoir un morceau de paradis en lui. Et ce baiser semble les prendre tout les deux par surprise alors qu'ils ont tout deux la respiration un peu courte. « C'est une jeune femme qui n'a presque jamais vu le monde, qui à été élevé pour devenir une épouse, une mère et gérer son intérieur. Depuis qu'elle est petite ces parents lui ont bourré le crâne de précepte étrange l'empêchant de se sentir libre de parler comme elle le voudrait. C'est aussi une noble, jusqu'aux bout des ongles, qui malgré le rang de ma famille me regarde comme si je n'étais un pas grand chose. Elle n'est pas méchante, mais elle ne m’intéresse pas. » Une fille qui était tout simplement l'inverse d'elle. La seule chose qu'elle pouvait vraiment jalouser c'était juste que elle, elle avait l'approbation de la famille d'Er'ril. « Tu voudrais la rencontrer ? » Neelann ne put retenir un petit sourire. « T'es sûr qu'elle ne risque pas d'être effrayée de rencontrer une hors la loi. » Elle, elle pouvait déjà s'imaginer la scène. Même si elle pouvait toujours tenter de se faire passer pour quelqu'un d'autres. Comme elle le faisait quand elle avait rencontré Er'ril. Mais bon, on pouvait facilement se rendre compte qu'elle n'avait rien d'une noble. Suffisait de voir comment elle brisait les règles de la bienséance à la moindre occasion. Et de toute façon, elle sentait bien qu'elle n'avait plus aucune envie de mentir sur qui elle était. Sauf peut-être si c'était pour voler. Les réflexes ont la vie dures. « Mais pourquoi pas. J'ai envie d'en savoir plus sur ta vie. » Dit-elle finalement en reprenant son sérieux. Même si elle ne pourrait sûrement jamais faire partie de cette partie là de sa vie, elle pouvait au moins essayer d'en savoir un peu plus. « De toute façon, j'avais prévue de rester quelques temps ici. » Comme si elle allait vouloir partir loin de lui maintenant de toute façon. Mais elle allait pouvoir en profiter pour en apprendre un plus sur ses origines. Peut-être que la lettre de Tyodond allait finir par la mener quelques part.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Er'ril Kempe


∆ AVENTURES : 31

MessageSujet: Re: ER'RIL + i take a picture with my memory, so i can fall asleep with you next to me   Sam 16 Mai - 0:47

i take a picture with my memory, so i can fall asleep with you next to me
Je réflechis longuement à sa question, avais-je peur de me fâcher avec mon père, s'était une question difficile finalement, j'aurais du dire oui, je ne voulais pas me disputer avec eux, je ne voulais pas les contrarier, me les mettre à dos et pourtant, on était pas plus loin de la vérité. Nous n'avions jamais été une famille, mon père ne m'avait jamais vu comme un fils à aimer, mais comme une marchandise promettant une descendance puissante. Je soupirais alors et me passais la main dans les cheveux nerveusement, parler de ma famille, je ne l'avais jamais fait auparavant car toute les personnes qu'il avait pu croiser tenait ces parents en haute estime. Neelann était la première à qui il pouvait envisager de le faire. Nous ne sommes pas réellement une famille. Ma mère m'a aimé, elle a tenter de me protéger au maximum, mais au final ça n'a rien changé, j'avais 5 ans quand mon père est devenu mon maître et moi son apprenti il a passé 15 ans à faire de moi un mage et pour cela, se n'était pas avec des câlins. Je grimaçais à se souvenir, à toute les fois où il avait manier la trique pour me faire faire les choses comme il pensait qu'elle devait être fait. Je n'avais pas eut de père, il n'en avait que le nom, mais avait été incapable de s'occuper de moi autrement qu'en me donnant des ordres. Alors non, je n'ai pas peur de me fâcher avec lui, la seule pour qui j'ai du respect, ça reste ma mère, mais elle est complètement sous le joug de mon père. En faite, quand j'y réfléchissais bien, j'étais même presque pressé avoir cette discussion avec lui, de pouvoir lui dire haut et fort que malgré ces efforts, il n'avait aucune emprise sur moi et que je ne me plierais pas à ces volontés.

Je ne savais pas si parler de Seryë était une bonne idée, pourtant, je savais aussi que je ne voulais pas qu'elle s'imagine que je pouvais avoir des vues sur elle. Alors d'un ton détaché je lui avait brossé un portrait de la jeune fille. Je finis même par lui proposer de la rencontré, après tout, elle serait notre alliée dans l'histoire, je voulais pas forcément qu'elle devienne amie, mais au moins qu'elles se connaissent. Neelann souleva alors un point intéressant qui finit par me faire rire. Elle pourrait avoir peur, mais cela ne pourrait pas lui faire de mal. Je tentais déjà d'imaginé la frêle et prude Seryë faisant face à une voleuse qui pourrait faire main basse sur sa petite personne, j'eus un sourire aux lèvres alors qu'elle me parlait de vouloir en connaître plus sur ma vie. Tu sais il n'y a pas grand chose à entendre sur ma vie. Avant mon départ sur la route elle à été ennuyeuse, studieuse et morose. Elle comptait rester dans le coin pendant quelques jours, je grognais alors désapprobation, me tournant je la fis rouler pour reprendre ma place au dessus d'elle. Je refuse que tu t'éloigne, je veux que tu reste près de moi. Je l'embrassais alors passionnément, nous avions assez parlé du passé, des fiancés et du reste du monde, je voulais juste être avec elle et profiter de ce moment. Pourtant ce moment fut interrompus par nos estomac qui crièrent famine, je m'arrêtais souriant contre ces lèvres alors que mes mains étaient repartis à l'aventure sur son corps. Je me redressais un peu avant d'embrasser son nez. Avant de continuer cette conversation des plus intéressante, si j'allais nous acheter de quoi manger. Je ponctuais chaque mot d'un baiser sur son visage, je n'avais pas envie de quitter cette maison et encore moins la chaleur de son corps alors que nous étions enlacés l'un contre l'autre, mais nous avions sauté le déjeuner et la faim se faisait ressentir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Neelann Devlin


∆ AVENTURES : 43

MessageSujet: Re: ER'RIL + i take a picture with my memory, so i can fall asleep with you next to me   Sam 16 Mai - 15:01


Er'ril & Neelann
    i take a picture with my memory, so i can fall asleep with you next to me

Il ne semblait pas vraiment à l'aise pour parler de sa famille. Elle le devinait facilement à son soupir et à sa main qui la quitta pour passer dans ses cheveux. Même si elle était curieuse d'en savoir plus, elle n'avait pas vraiment envie de le forcer à parler s'il ne le voulait pas. Après tout, elle pouvait le comprendre. Elle se demandait même si elle ne serait pas dans un état pire si elle devait parler de Tyodond. Même si son problème principal serait sans doute qu'il était mort récemment. Elle s’apprêtait donc à le stopper, à lui dire qu'il n'était pas obligé d'en parler. Mais il fut plus rapide. « Nous ne sommes pas réellement une famille. Ma mère m'a aimé, elle a tenter de me protéger au maximum, mais au final ça n'a rien changé, j'avais 5 ans quand mon père est devenu mon maître et moi son apprenti il a passé 15 ans à faire de moi un mage et pour cela, se n'était pas avec des câlins. » Elle n'aimait pas vraiment la grimace qui passa sur son visage. Finalement, elle avait sûrement eut une enfance plus heureuse que lui. Tyodond n'avait jamais levé la main sur elle. Une de ses maîtresses qui la gardait quand il était en mission l'avait fait une fois. Neelann n'eut plus jamais à la voir. Tyodond avait fait en sorte qu'elle quitte leurs vies. Non, elle n'avait pas eu une enfance malheureuse. Compliquée et souvent incompréhensible pour certains, mais elle avait été heureuse. « Alors non, je n'ai pas peur de me fâcher avec lui, la seule pour qui j'ai du respect, ça reste ma mère, mais elle est complètement sous le joug de mon père. » Neelann était bien incapable de savoir quoi lui dire, de trouver les mots justes. Elle se rendait compte que quand il s'agissait de famille, elle n'avait aucun conseil à donner. Ni aucun avis à dire. Si elle avait tendance à idéaliser les liens familiaux, elle savait très bien que c’était se montrer un peu naïf. Il y avait des mauvais parents, comme des enfants ingrats partout. Elle fit donc la seule chose qui lui venait à l'esprit pour tenter de l'apaiser un peu. Elle attrapa sa main et la porta à ses lèvres, y déposant un baiser emplie de douceur.

La conversation en arriva dériva finalement sur la fiancée. Er'ril lui proposa alors de la rencontrer. Neelann ne savait pas vraiment à quoi pourrait ressembler cette rencontre. Elle se demandait même si cette idée n'allait pas plutôt faire peur à la jeune et noble fiancée. Cela en fit rire Er'ril. Elle aimait entendre ce rire. « Elle pourrait avoir peur, mais cela ne pourrait pas lui faire de mal. » Elle aussi ça l'amusait elle devait l'avouer. Elle n'était pas très impressionnante en général, mais c'était face à des hommes. Et ils s'intéressaient  pas vraiment à elle, du moins, pas de la manière que le ferait une femme quoi. Mais finalement, elle avait bien envie de la rencontrer. D'en découvrir davantage sur Er'ril. Elle savait qu'il y avait des choses qu'elle ne savait pas sur lui. Elle venait de découvrir qu'il pouvait guérir les autres juste en posant ses mains. « Tu sais il n'y a pas grand chose à entendre sur ma vie. Avant mon départ sur la route elle à été ennuyeuse, studieuse et morose. » Elle en doutait vraiment. Mais bon, ils avaient tout le temps du monde pour apprendre à se connaître. Pour savoir le moindre petits détails du passé de chacun. Même si le sien risquait fort d'être non-conventionnel. Elle lui glissa d'ailleurs qu'elle comptait rester quelque temps en ville. Elle put retenir un rire alors qu'il émit une sorte de grognement avant de se placer au dessus d'elle, la dominant totalement. « Je refuse que tu t'éloigne, je veux que tu reste près de moi. » Un autre sourire s'étira sur les lèvres de Neelann, alors qu'elle passait ses bras autour de son cou. « Tu as de la chance alors. Étant donné que je ne compte pas m'éloigner. » Il se pencha alors pour se saisir de ses lèvres. Encore une fois la passion sembla les emporter. Et alors que ses mains se glissait dans les cheveux d'Er'ril, celle du jeune homme semblait être reparti à la découverte de son corps. Ils durent s'arrêter alors que leurs corps leur rappelait qu'ils avaient d'autres besoins plus urgent pour le moment. Er'ril se redressa pour déposer un baiser sur le nez de la jeune fille. Et quand il reprit la parole, se fut en déposant un baiser à chaque mot. Ce qui fit alors rire Neelann. « Avant de continuer cette conversation des plus intéressante, si j'allais nous acheter de quoi manger. » Elle leva la tête pour déposer un baiser sur ses lèvres. « Vas-y. Je te promets que tu me retrouvera ici à ton retour. » Mais il eut bien du mal à bouger. Et c'est avec un large sourire qu'elle le regarda se rhabiller. Et quand il récupéra sa cape, elle en profita pour enfiler sa chemise. Le côté pratique de s'habiller comme un homme, c'était que quand elle voulait juste enfiler quelque chose pour ne pas être totalement nu, elle trouvait facilement. Les vêtements féminins étaient si peu pratiques.

Une fois qu'il fut parti, elle en profita pour reunir toutes ses affaires dans un coin de la pièce, plutôt que de les laisser éparpiller un peu partout par leur empressement à se déshabiller plus tôt. C'est comme ça qu'elle découvrit la lettre de Tyodond, qui avait glisser hors de son sac. Se rallongeant sur sa propre cape, elle s'installa sur le ventre avant de l'ouvrir, pour tenter de la déchiffrer une nouvelle fois. Peut-être que maintenant qu'elle était de bien meilleure humeur, elle allait réussir à comprendre d'autres mots.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Er'ril Kempe


∆ AVENTURES : 31

MessageSujet: Re: ER'RIL + i take a picture with my memory, so i can fall asleep with you next to me   Sam 16 Mai - 19:45

i take a picture with my memory, so i can fall asleep with you next to me
Elle m'avait promis de ne pas bouger, de rester là jusqu'à mon retour et malgré ça, j'avais eut un mal fou à quitter notre lit improvisé, à quitté ces bras surtout, pourtant au bout d'un moment, j'avais commencé à me rhabiller, sous le regard gourmand de Neelann ce qui m'avait donné envie à plusieurs reprises de retourner la rejoindre, mais finalement, après un dernier baiser, je quittais la maison et partie rapidement en direction du marché. J'avais l'impression d'être sur un petit nuage, la vie qui me semblait si terne depuis mon retour ici avait pris un tournant inattendus et absolument délicieux. Je ne voyais rien autour de moi, si j'étais ici, mon esprit était toujours dans cette vieille maison. J'arrivais rapidement sur le marché qui heureusement était à deux pas et alors j'achetais du pain, du fromage, un peu de viande et des fruits. Je ne savais pas ce qui pourrait lui faire envie, alors j'avais pris un peu de tout. Alors que j'allais repartir, mon regard tomba sur un étal, la vieille femme présente vendait des bijoux de toute sorte et un collier me tapa tout de suite dans l’œil, il était pourtant simple, sans prétention et avec une pierre violette en forme de goutte avec une fleur enroulée autour. Je restais un moment à l'observer, puis je finis par l'acheter, nous n'étions pas ensemble depuis longtemps pourtant, déjà nous savions que nous étions tout l'un pour l'autre et si une bague aurait été étrange, je voulais avec ce cadeau, lui dire que peu importe l'endroit où je serais quand je n'étais pas avec elle, alors je serais toujours près d'elle.

Je fis le trajet retour en un temps record, on avait essayer de me saluer, de me retenir, pourtant, j'avais réussis à esquiver tout les badaud pour retourner auprès d'elle. J'ouvris doucement la porte, je ne m'étais absenté qu'un vingtaine de minute et je la trouvais allongé sur le ventre perdu dans la contemplation d'une lettre, je posais mes provision doucement avant d'aller la rejoindre, je m'agenouillais et posais ma main sur son mollet attirant son attention et son sourire, je m'allongeais à côté d'elle, laissant ma main effleurer sa peau, je capturais ces lèvres avec douceurs. Je crois que je vais être incapable de te laisser repartir tout à l'heure. La main sur son dos je souris avant de chercher le petit paquet dans ma poche, je n'étais pas doué pour faire des cadeaux, je n'avais pas le don de faire des surprises, alors je lui tendit tout simplement avec un petit sourire, espérant que cela lui plairait. J'ai pensé à toi quand je l'ai vu.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Neelann Devlin


∆ AVENTURES : 43

MessageSujet: Re: ER'RIL + i take a picture with my memory, so i can fall asleep with you next to me   Sam 16 Mai - 20:45


Er'ril & Neelann
    i take a picture with my memory, so i can fall asleep with you next to me

Elle avait beau parcourir encore et encore la lettre, elle n'arrivait pas à déchiffrer davantage de mots. Mais au moins, pour une fois, elle n'était pas totalement déprimé en la lisant. Elle avait une raison de se réjouir maintenant. Même si cette lettre restait la preuve évidente de la douleur et la faiblesse qui avait accaparé Tyodond dans ses derniers instants. Elle entendit la porte s'ouvrir et se refermer, mais ne bougea pas tout de suite, reconnaissant les pas d'Er'ril. Ce n'était pas demain la veille que quelqu'un allait prendre par surprise une voleuse comme elle. C'était plutôt elle qui prenait les gens par surprise. Elle tourna la tête vers lui quand elle sentit sa main se poser sur son mollet. Et un large sourire était apparu sur son visage. Et elle ne put que lui rendre son baiser quand il se pencha vers elle en s'allongeant à son tour. Il ne s'était pourtant pas passé beaucoup de temps depuis qu'il était parti, mais elle était déjà en manque de ses baisers. « Je crois que je vais être incapable de te laisser repartir tout à l'heure. » Elle lui rendit son sourire. « C'est peut-être mon but. » Plaisanta-t-elle alors. Même si elle partageait totalement le sentiment. Elle redoutait déjà le moment où elle allait devoir se retrouver toute seule. Il sortit alors un paquet de sa poche. Elle fronça les sourcils. « J'ai pensé à toi quand je l'ai vu. » Elle secoua doucement la tête en s'en saisissant, posant sa lettre au sol. Elle se redressa alors, s'asseyant en tailleur. « T'avais pas à me faire un cadeau. » Dit-elle alors qu'un sourire apparaissait quand même sur ses lèvres. Il fallait dire qu'on lui avait rarement fait des cadeaux. Sauf quand elle était petite fille, et encore, c'était des choses volés pour la plupart. Mais pas depuis longtemps. Elle ouvrit alors doucement le paquet, avant de faire tomber ce qu'il contenait dans sa main. C'était un collier. Rien de bien prétentieux, ce qui ne lui aurait pas du tout ressembler. Mais sa simplicité était tout simplement magnifique. Une pierre violette, cerclée par une fleur. Il était juste parfait. Elle releva la tête vers lui. « Il est magnifique. » Serrant le collier d'une main, elle se pencha vers lui et posa sa main sur sa joue, avant de capturer ses lèvres. « Merci. » Murmura-t-elle contre ses lèvres avant de se redresser. Elle lui tendit le collier à Er'ril. « Tu me l'attaches ? » Elle se déplaça alors, montrant son dos au jeune homme pour qu'il puisse lui mettre autour du cou. Elle dégagea sa nuque en basculant sa tresse sur son épaule. Elle sentait bien qu'elle n'allait jamais le quitter. Tout comme sa couverture d'enfant qui était toujours dans son sac de voyage. Qui aurait cru qu'elle pourrait se montrer aussi sentimental ? Sûrement pas elle. Portant, quand le pendentif arriva sur sa poitrine, elle ne put s'empêcher de le prendre entre ses doigts, un sourire béat sur le visage. Le premier cadeau de l'homme qu'elle aimait. Et même si elle aurait sûrement dû s’effrayer de la vitesse à laquelle les choses se passaient entre eux, elle n'arrivait pas à le faire. Elle était juste trop heureuse pour s'inquiéter d'autres choses. « Et tu nous a trouvé de quoi manger ? » Demanda-t-elle alors que son ventre se rappelait une nouvelle fois à elle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Er'ril Kempe


∆ AVENTURES : 31

MessageSujet: Re: ER'RIL + i take a picture with my memory, so i can fall asleep with you next to me   Lun 25 Mai - 17:28

[quote="Er'ril Kempe"]
i take a picture with my memory, so i can fall asleep with you next to me
Je sortis le paquet pour le lui offrir, je me sentais soudain tout bête, ne sachant pas si elle allait aimer ou non. Je savais que nous n'étions pas ensemble depuis longtemps que les choses allaient beaucoup trop rapidement pourtant, quand j'avais vu le bijou, il m'avait fait penser à elle. Je voulais aussi qu'elle est quelque chose venant de moi, quelque chose qui lui montrerait quand je n'étais pas prêt d'elle que je l'aimais, que je lui appartenait et qu'elle devait me faire confiance pour toujours la retrouver, la rejoindre. Elle me dit que je n'avais pas besoin de lui offrir un cadeau, pourtant son visage s'illumina, un sourire se glissa sur son visage alors qu'elle prenait son temps pour ouvrir le paquet. Je restais silencieux, l'observant alors qu'elle découvrait le collier, ces yeux pétillèrent et je souris quand elle le trouva magnifique. Beaucoup d'autres femmes ne l'auraient qu'à peine regarder, les femmes qui m'avaient entouré dans mon enfance était des nobles et ne voulait que des bijoux qui montraient leur rang, alors que Neelann appréciait ce bijou. Je ne dis pourtant rien, la laissant le regarde. Son remerciement fut d'une grande tendresse quand elle posa une main sur ma joue avant de m'embrasser. De rien Ma réponse était toute bête, pourtant, je ne pouvais en dire plus, je ne pouvais lui expliquer les raisons de mon achat, j'avais peur qu'elle ne prenne peur en se rendant compte de combien ce cadeau était important pour moi. Elle semblait seulement heureuse et cela me suffit amplement, d'ailleurs, elle me demanda rapidement de lui accrocher, pour cela elle me tourna le dos, déplaçant sa natte et découvrant ainsi sa nuque, je l'avais vu nue, je lui avais fait l'amour et pourtant, sa nuque gracile me contracta l'estomac, je pris mon temps pour l'accrocher, effleurant sa peau avant de laisser la petite chaine retomber. Avant qu'elle ne bouge, je déposais un baiser sur son cou et sur son épaule qui était apparut quand sa chemise avait glissé, je souriait un peu bêtement je dois bien l'avouer.

Pendant un instant j'avais oublié la faim, je me contentais d'apprécier sa présence contre moi, la chaleur qui se dégageait d'elle et qui avait le don de me faire oublier tout le reste. Pourtant au bout de quelques minutes, son ventre se remit à faire du bruit et elle me demanda si j'avais tout de même réussit à ramener à manger. Je souris en coin avant de lui désigner les paquets. J'ai pris pas mal de chose, car je ne savais pas vraiment ce que tu aimais. Je me levais alors rapidement pour aller chercher la nourriture que j'avais abandonné prêt de la porte. Il ne me fallut que quelque seconde pour revenir prêt d'elle et m'installer derrière elle, la laissant s'appuyer contre mon torse alors que je déballait le pain, le fromage, la viande et les fruits que j'avais ramener. Tout avait déjà été découper, je l'avais expressément demander, car je n'avais pas de couteau sur moi, mais surtout car ainsi, nous pouvions manger ce qui nous faisais envie, sans qu'elle ai besoin de s'éloigner de moi. Pendant un moment, nous mangeâmes en silence, savourant juste le faite d'être tout les deux. Je finis de manger un morceau de viande, j'étais rassasié et j'en avais évidemment pris beaucoup trop, je caressais doucement son bras avant de déposer un baiser sur son front. Quand j'aurais tout régler ici, je reprendrais la route. Je ne comptais pas m'éternisé ici, je ne correspondais plus à cette vie là. Tu viendras avec moi n'est ce pas ? Je sais que je m'avançais que pour le moment, nous n'en étions pas encore à partir sur les routes, pourtant, je voulais en parler, car je ne voulais pas qu'elle s'imagine que je comptais rester ici. Mes intentions étaient d'annuler le mariage puis de retourner à ce que je faisais depuis trois ans maintenant, sauf que cette fois je la voulais à mes côtés. Je ne serais pas très riche, je n'aurais pas une jolie maison à t'offrir, mais on pourrais être ensemble. Tu en pense quoi ? Je savais qu'elle aimait elle aussi être sur les routes, pourtant, dans le fond, j'étais près à m'établir si s'était également là son choix, car je voulais surtout être en sa compagnie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Neelann Devlin


∆ AVENTURES : 43

MessageSujet: Re: ER'RIL + i take a picture with my memory, so i can fall asleep with you next to me   Jeu 28 Mai - 1:13


Er'ril & Neelann
    i take a picture with my memory, so i can fall asleep with you next to me

Qui aurait cru qu'une simple petit bijou pouvait la rendre aussi heureuse ? Pas elle en tout cas. Elle avait toujours tout fait pour ne pas s'attacher à des objets. En réalité, il n'y avait que sa couverture d'enfant qui avait une réelle signification sentimentale pour elle. Elle tenait à son arc, mais comme un guerrier tient à son épée. Elle pourrait tout aussi bien tirer avec un autre. Mais il suffit de quelques secondes pour que ce collier gagne tout de suite un statut différent à ses yeux. Et elle ne peut que le remercier. En même temps, ce n'est pas tout les jours qu'elle reçoit un cadeau. « De rien. » Elle lui demande finalement de le lui attaché autour du cou. Elle retint avec peine le frisson qui la parcourut quand elle sentit ses mains sur sa peau. Mais elle ne put le retenir quand se furent ses lèvres qui touchèrent sa peau. Elle se demandait si un jour elle s'habituerait à son contact. Si elle pourrait ne serait-ce tenir sa main sans que cela ne déclenche quelque choses chez elle.

Son estomac se décida à se rappeler à elle, brisant un peu le moment. Même si elle doutait que quelque chose puisse vraiment briser ce qu'elle ressentait en cette instant. Elle se reconnaissait à peine. « J'ai pris pas mal de chose, car je ne savais pas vraiment ce que tu aimais. » Il se leva rapidement, attrapant le sac pour revenir auprès d'elle tout aussi rapidement. « Tu remarqueras vite que je mange de tout. » Après tout, elle avait eut ds moments où elle ne pouvait pas vraiment jouer sa difficile. Presque toujours en réalité. Les repas vraiment bon, c'étaient les jours de fêtes. Ce qui voulait dire quand Tyodond réussissait un gros coup, quand elle était enfant. Et aujourd'hui, quand c'était elle qui amassait un trésor. Elle se laissa retomber contre lui, posant son dos contre son torse. Elle se sentait tout simplement à l'aise et heureuse. Elle ne voyait pas ce qu'elle pourrait demander de plus. Toute la nourriture était déjà découpé et elle ne se fit pas prier avant de prendre un morceau de pain de fromage. Ils mangèrent ainsi, en silence. Savourant juste leur repas et leur proximité. Et un sourire naquit sur ses lèvres alors qu'elle sentait la caresse des doigts d'Er'ril sur son bras, et la douceur de ses lèvres sur son front. Elle s'empara d'un morceau de fruit quand il reprit alors la parole. « Quand j'aurais tout régler ici, je reprendrais la route. » Elle leva les yeux vers lui, tout en mâchant. Elle avait bien compris qu'il ne comptait pas rester ici et cela lui allait parfaitement. Elle n'était pas faites pour rester au même endroit. Même pour lui, elle n'était pas sure de pouvoir le supporter. « Tu viendras avec moi n'est ce pas ? » Un sourire apparut de nouveau sur les lèvres de la jeune femme. Elle se redressa légèrement, pour déposer un baiser sur sa mâchoire. La réponse coulait de source pour elle. Elle ne savait pas encore comment ils allaient gérer son statut de voleuse dans la vie de tout les jours, mais elle était prête à tenter tout ça. Sinon, elle se serait enfuie, elle n'aurait pas craquer pour se retrouver de cette manière dans ses bras. Mais il semblait avoir besoin de mettre les choses à plat. D'autant plus qu'il reprit la parole. « Je ne serais pas très riche, je n'aurais pas une jolie maison à t'offrir, mais on pourrais être ensemble. Tu en pense quoi ? » « Que c'est parfait. » Murmura-t-elle finalement. Elle se redressa avant de se mettre face à lui. Elle avait l'impression que pour ce genre de discussion, il valait mieux qu'elle puisse voir son visage. Et qu'il voit le sien, qu'il voit bien qu'elle était sincère. « J'ai jamais rêvé de ça tu sais. Une jolie maison et tout ça. C'est pas ma vie. » Elle avait bien un endroit où retomber quand elle en avait besoin, entre deux missions, mais si elle appelait la maison de Tyodond chez elle, elle se sentait toujours mieux sur les routes, quand elle ne savait même pas où elle dormirait le lendemain. Quand elle prévoyait rien du tout. « J'aurais déjà jamais cru partager ma vie avec quelqu'un. Alors tu m'offres déjà plus que je ne l'aurais jamais espéré. » Et elle était totalement sincère. Comme pour lui prouver, elle alla l'embrasser. Lui offrant un baiser tendre et amoureux. Elle se remit comme avant, posant son dos contre son torse, avant d’attraper sa main. « C'est toi qui est surtout perdant avec moi. » Ajouta-t-elle en portant sa main à ses lèvres. « Et puis j'ai une maison moi. Depuis peu, mais elle est bien à moi. Même si je ne suis pas sure que le quartier va te plaire. » Pourtant, elle aurait aimé l'y emmener. Lui montré là où elle avait grandit. Lui faire découvrir son univers. Même si elle ne savait pas vraiment ce qu'elle pouvait se permettre de lui montrer vraiment.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Er'ril Kempe


∆ AVENTURES : 31

MessageSujet: Re: ER'RIL + i take a picture with my memory, so i can fall asleep with you next to me   Mer 17 Juin - 20:06

i take a picture with my memory, so i can fall asleep with you next to me
Le repas se passa dans le silence, elle m'avait rassuré, elle n'était pas difficile et mangeait de tout, d'ailleurs, elle gouta à tout, grignotant en même temps que moi la viande, le pain, le fromage et les fruits, se n'était pas grand repas, mais je préférais largement ça à ces repas interminable que je vivais à la maison. J'avais voulu la rassurer, notre vie serait sur les routes et pas ici, pas dans une maison à regarder les domestiques faire pour nous, à son sourire, à son visage, je me rendis compte qu'elle était soulagé et à ma demande qu'elle m'accompagne, elle semblait heureuse, son baiser sur ma mâchoire le démontra à cet instant et je souris à mon tour. Si mes parents étaient riches, je n'avais aucun doute que ce qui allait se passer avec Seryë allait très certainement me déshériter. Je savais qu'elle n'était pas à vivre dans le luxe, mais j'aurais voulu lui offrir un avenir où l'argent n'est pas un problème tout de même, pourtant, elle sembla réellement s'en réjouir, non vraiment Neelann n'était pas comme toute ces autres filles qu'il avait pu croiser. Elle voulait juste être avec lui et voir comment la vie se déroulait au jour le jour. Elle me fit face, j'avais dis ce que j'en pensais s'était maintenant son tour, car je n'étais pas non plus de ces hommes qui impose son point de vue à la femme qui partagea sa vie, elle avait ces opinions et je voulais toujours savoir ce qu'elle pensait, sans quoi les choses ne pourraient pas fonctionner. Je souris en coin, nous étions réellement fait l'un pour l'autre, nous voulions les mêmes choses et surtout nous étions totalement amoureux l'un de l'autre tout comme elle venait encore de me l'annoncer à demi-mot, mais se sont ces lèvres qui furent la plus belle déclaration d'amour, elle se replaça contre mon torse et je murmurais à son oreille alors qu'elle m'embrassait la main Je ne me suis jamais sentit aussi chanceux que depuis que tu m'as embrassé tout à l'heure et plus encore maintenant que tu as accepter de faire la route avec moi Je me penchais embrassant son cou juste derrière son oreille pour avoir le plaisir de la voir frissonner.

Elle me parla alors de sa maison, elle l'avait acquise depuis peu et l'idée qu'elle devait être à son père fit son chemin en moi. Si seulement je lui avait dit ce que je pouvais faire, alors peut être cet homme serait-il encore en vie. Je ne dis rien, la laissant jouer avec ma main alors que j'étais plongé dans mes pensées. J'eus un petit sourire triste tout de même, je ne comprenais pas pourquoi elle passait son temps à se rabaisser, à dénigrer ce qu'elle était alors que s'était ce qui m'avait attiré chez elle. Je soupirais doucement, me penchais pour déposer de petit bisous léger le long de sa mâchoire me dirigeant lentement mais surement vers son cou. Neelann, je serais heureux de découvrir d'où tu viens. Tu as eu un aperçus de qui j'étais, mais je veux moi aussi mieux te connaitre Je respirais profondément son parfum, alors que je quittais son cou pour son épaule dont je repoussais petit à petit le tissus. Tu es une femme splendide qui n'a rien à envier à toute celle qui vivent dans ces grandes maison, tu es charmante, débrouillarde et tu ne compte pas sur les autres pour vivre Ma main se glissa sur son ventre alors que mes lèvres s'égaraient sur sa peau, j'étais en train de devenir accro, je ne savais pas comment j'allais faire pour quitter cette maison, pour rester loin d'elle même pour quelques heures seulement. Soit fière de la femme que tu es car tu es celle qui me plait et pas une autre Je remontais lentement mon visage vers elle, laissant glisser mon nez le long de sa peau avant de revenir à son visage lui souriant avec tendresse avant de l'embrasser.Et je te le répéterais et te le prouverais tous les jours jusqu'à ce que tu le crois toi aussi. Je la regardais droit dans les yeux, je voulais qu'elle me croit, qu'elle s'en rende compte et qu'elle n'est pas honte de me partager son histoire et de me faire visiter les endroits qui la caractérisait.
[/quote]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Neelann Devlin


∆ AVENTURES : 43

MessageSujet: Re: ER'RIL + i take a picture with my memory, so i can fall asleep with you next to me   Mar 23 Juin - 13:39


Er'ril & Neelann
    i take a picture with my memory, so i can fall asleep with you next to me

Neelann se sentait plus détendue qu'elle ne l'avait jamais été depuis longtemps. Elle était tout simplement bien là, auprès d'Er'ril. Comme si elle venait de trouver sa place dans l'univers. Cela avait un côté naïf qu'elle ne reconnaissait pas chez elle. Elle avait toujours été si loin de tout ça... Pourtant, l'avenir qu'ils s'imaginaient ensemble, elle le voulait déjà plus que tout. Elle ne pouvait pas non plus nier qu'il restait des parts d'ombres. Elle doutait toujours de la façon dont il allait réellement vivre avec ce qu'elle faisait au quotidien pour survivre. Mais bon, pour le moment, elle pouvait juste profiter du moment, ils allaient bien assez vite devoir vivre tout ça. « Je ne me suis jamais sentit aussi chanceux que depuis que tu m'as embrassé tout à l'heure et plus encore maintenant que tu as accepter de faire la route avec moi. » Un frisson la travers alors, autant pour ses paroles que pour la sensation de ses lèvres sur son cou. A croire qu'il savait déjà où appuyé pour déclencher des tas de sensations différentes chez elle. Comme s'il avait déjà les clefs de son cœur et de son corps. Et des baisers continuent à passer sur sa mâchoire. Pourtant, la conversation n'ait pas totalement finie. Et si le reste de ses paroles elle l'avait dit sur un ton qui se voulait léger, lui, il ne semble pas vraiment le prendre ainsi. « Neelann, je serais heureux de découvrir d'où tu viens. Tu as eu un aperçus de qui j'étais, mais je veux moi aussi mieux te connaître. » Elle ne peut même pas répondre, alors que ses lèvres se perdent sur son épaule et qu'elle perd un peu plus le contrôle sur elle même. « Tu es une femme splendide qui n'a rien à envier à toute celle qui vivent dans ces grandes maison, tu es charmante, débrouillarde et tu ne compte pas sur les autres pour vivre. » Et maintenant c'est sa main qui se perd sur sa peau alors que ses mots l'atteignent aussi en plein cœur. Il fallait croire qu'elle devenait sensible aux compliments. Sûrement aussi parce que c'était la première fois que quelqu'un lui disait ça avec autant de sincérité. La première fois qu'elle y croyait. « Soit fière de la femme que tu es car tu es celle qui me plait et pas une autre. » Se rendait-il compte que ce n'était pas comme ça qu'elle allait réussir à lui répondre ? Là elle voulait juste se perdre dans ses bras et quand il l'embrasse, ses mains se glissent automatiquement dans sa nuque, jouant avec ses cheveux. « Et je te le répéterais et te le prouverais tous les jours jusqu'à ce que tu le crois toi aussi. » Il arrête finalement les baisers, plongeant son regard dans le sien. Elle peut finalement enfin parler, sans se sentir assailli par d'autres sentiments qu'il créée en elle. Pourtant les papillons qui évoluent au fond de son estomac ne semble pas se calme davantage. Elle passe doucement sa main dans les cheveux d'Er'ril. « Je n'ai pas honte de qui je suis, tu sais. Je l'ai aimé comme elle était et si je ne t'avais pas rencontré, je pense que je ne me serais jamais rendue compte qu'il me manquait quelque chose. » Elle continua a caresser ses cheveux, tentant d'exprimer clairement ses sentiments. Mais elle n'était pas sure de se comprendre elle-même. « Mais j'ai l'impression que tu m'idéalises un peu trop, que tu ne rends pas compte vraiment de ce qu'implique mon mode de vie. Quand je nous ramènerai de l'argent ou à manger, pourras-tu accepter au quotidien que je l'ai volé ? » Finalement, elle mettait les pieds dans le plat et disait le fond du problème. Tout simplement parce qu'elle n'était pas sure de pouvoir changer, ou même de le vouloir. Elle n'était pas ce genre de femme a attendre sagement que monsieur ramène l'argent, elle avait besoin d'action, elle ne pouvait pas rester inactive. Parce que même si elle ne volait jamais des gens dans le besoin, elle restait une voleuse. « Même si tu dis que tu l'acceptes maintenant, j'ai peur que cela finisse par te ronger petit à petit. J'ai envie de te montrer toutes les facettes de ma vie, saches le, mais je ne veux pas non plus que tu sacrifies qui tu es. Je t'aime comme tu es, généreux. Mais moi je ne le suis pas. » Que pouvait-elle ajouter à ça ? Rien du tout, c'était à lui de faire son choix maintenant. Et l'attente semblait comprimée son cœur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

“ Contenu sponsorisé ”



MessageSujet: Re: ER'RIL + i take a picture with my memory, so i can fall asleep with you next to me   

Revenir en haut Aller en bas
 

ER'RIL + i take a picture with my memory, so i can fall asleep with you next to me

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» picture perfect memories - nolà
» [TEST] Vernis Acrylic Picture Varnish Matt n°115 : Succès
» Mirlande Manigat présente les 3 raisons de la popularité de Titid en Haiti
» Cité Soleil, Evens serait le plus riche des pauvres
» 1- Marissa Miller VS Maryse Ouellet

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Hibéria :: 
Clairval
 :: Roncevieille ; Capitale :: Le marché
-